semaine 29

Va-t-on manquer de grandes gueules ?

Pasta par Michel Noirret, le 01 avril 2020

© Wich

Entre autres effets secondaires, le Covid 19 a le mérite de mettre encore un peu plus en avant quelques matamores grandiloquents, sûrs d’eux, de leur parole médiatisée et du vide sidéral dans lequel orbitent quelques neurones contrits de se trouver là, n’en pouvant mais, dans l’espace compris entre les deux oreilles de leurs propriétaires. Ce qui ne les empêche nullement d’être toujours aussi nuisibles. Y a pas que le Corona virus dans la vie, on a aussi Trump, Bolsonaro, Orban plus une quantité certaine de religieux qui ne croient pas au Corona virus, mais en Dieu. (Celui-ci change de logo selon la fabrique de mythes, si bien qu’on ne sait pas toujours duquel ils parlent). Nombre d’entre eux souhaitent bourrer les églises, les mosquées, les temples divers, en une sorte de devoir sacré, histoire de montrer aux kouffars, mécréants, athées, impies, laïques et autres francs-maçons, qu’ils ont de la couille, ne reculent pas, eux, devant une petite bestiole de rien du tout. Rester calfeutrés à la maison, assis sur leur stock de PQ, c’est pas leur genre. Dieu leur a donné mission de se contaminer, puis de refiler le mistigri à un maximum d’autres afin de punir pour ses pêchés l’humanité mécréante, fornicante, voire socialiste. Un esprit superficiel pourrait penser que ce sont des imbéciles, mais non  : ce sont des soldats du Seigneur, des martyrs : respect !

Par contre, d’autres ont quasiment disparu.

Il est où Théo Frankenstein, le fier-à-bras, pourfendeur d’immigrés qui veulent bouffer notre pain et nous obliger à manger du couscous ?

Les dernières nouvelles que nous avons de lui remontent à quelque chose comme dix jours. Dans une interview (La libre Belgique, Le Vif ?), il y faisait son Caliméro inconsolable et furieux qu’on ait pas fait appel à lui et sa bande de nazillards pour former un gouvernement avec le PS. La faute au PS et au MR, ces deux salopiots fransquillons. Reconnaissons à Georges-Louis Bouchez-Double qu’il n’a, jusqu’ici, rien dit du genre « Jamais avec la NVA ! » ce qui serait un signe positif en vue d’une coalition avec ce parti.

J’ai pas très bien compris ses explications fumeuses à Théo, lui non plus sans doute, un fumiste ne pouvant être que fumeux. C’est le métier qui veut ça. Mais son parti n’est pour rien dans cet échec ! il ne s’embrouille jamais les pinceaux dans ses comptes d’apothicaires, son parti, car il est exclusivement formé de grands visionnaires, d’immenses stratèges ! C’est trop injuste de ne pas prendre de tels formats dans un gouvernement. Mesquinerie, jalousie, rien d’autre ! Il n’oubliera pas la trahison dit-il, il va se venger Dugenoux, ça va saigner !

Seulement, ces palinodies ne trompent personne, en tout cas pas moi.

Le Rambo de la chasse aux bougnoules et sa bande de braillards plus ou moins avinés ayant démissionné du gouvernement, espérant de la sorte revenir en force, en ont laissé passer un d’immigré, un petit rusé, un teigneux ! Il le leur a mis bien profond aux Tartarins des frontières : le Covid 19 est passé, tranquillou, si ça se trouve en leur faisant un doigt d’honneur ! Ils n’ont rien vu Mangemanche et ses potes, trop occupés à vilipender le Syrien, l’Érythréen, le Soudanais, etc. en haillons. Notons à sa décharge, tout de même, que sa remplaçante aux barbelés n’a rien vu non plus. Mieux : du temps où elle s’occupait de la Santé publique (elle s’en occupe toujours, c’est rassurant !), elle a fait liquider le stock stratégique de masques destinés à protéger les services médicaux, tandis que sa copine, chargée de gérer la monnaie dans le précédent gouvernement et actuellement Première ministre, taillait dans les budgets des hôpitaux (moins que Macron, quand même), le tout sous la houlette de l’Amer Michel qui préfère se faire oublier, mais à l’Europe où il vole de bides en bides. Sans la NVA, il n’est que l’ombre de lui-même. Ça ne l’empêche pas de préparer son chemin pour devenir calife à la place de l’actuelle calife de la Grosse Commission européenne. Alors, pas de vagues !

C’est cette bande de bras cassés qui préside donc à notre survie. Mais c’est une vieille habitude de politiciens. « On vous a mis dans la merde ? Pas de problème ! Votez pour nous, on va vous en sortir, on est des professionnels ! »

Revenons à notre Frankenstein national. Vexé de s’être fait ainsi berner, aurait-il décroché son Mauser (souvenir d’un vieux copain mort sur le Font de l’Est) son Mauser à virus et entrepris, montrant l’exemple au personnel médical, une héroïque chevauchée contre la bête, au mépris de sa vie, sauvant les valeurs occidentales à l’exemple de ses courageux compagnons anciens nazis actifs quoique retraités aujourd’hui, avec le sentiment du devoir de transmission accompli ?

Ou alors, honteux, prenant conscience de ses tartufferies, serait-il allé se terrer dans quelque château hanté au fin fond les Carpates ? Ah non ! Ça c’est Dracula.

Si ça ne concernait que Mangemanche et sa bande, on se contenterait de se foutre de leur gueule. Le problème, c’est que ça nous concerne tous. L’immigré qu’ils ont laissé passer, le seul qu’il ne fallait pas, il a vraiment mauvais caractère, en veut carrément à notre peau et le démontre chaque jour. C’est autre chose que des malheureux entassés dans des camions sur les aires d’autoroutes ou des camionnettes sur lesquelles on tire et si ça tue un enfant, tant pis. Les parents n’avaient pas à emmener leur gosse dans des aventures pareilles. C’est vrai quoi ! Irresponsables en plus de vouloir contaminer notre culture.

Quoi qu’il en soit y a un gouvernement pour s’occuper de la casse virale, qu’on aime ça ou pas, faut faire avec, c’est pas le moment de lui mettre des bâtons dans les roues, il y arrive très bien tout seul. Mais il faudra veiller, à la fin de la virus-partie, à ce que les croyants au ruissellement paradisiaque du libéralisme financier ne ressortent pas leurs missels à provoquer des catastrophes. Vous l’avez sans doute lu ailleurs sous la plume de plus compétents que moi : le Covid 19, n’est pas un accident. C’est le fruit de cinquante ans d’autisme vis-à-vis de l’écologie citoyenne et scientifique et d’écoute appliquée des lobbystes du pognon sans vergogne !

Un moment de honte c’est vite passé.

Jan Jambon s’est rendu à Auschwitz, sans doute pour essayer de se donner un air propre sur lui (c’était le 27 janvier dernier) ; il s’y est écrié : « comment est-il possible que des gens soient prêts à faire cela ? ». Que c’est beau ! Quel humaniste ! Mais il n’avait pas besoin de faire un si pénible voyage. Il avait déjà donné la réponse pour justifier sa fréquentation assidue des mêmes nazis notoires dont il est question ci-dessus : « Ils avaient leur raison ! ». Bon sang ! Mais c’est bien sûr !

Et pour finir, une note plaisante :

La Hongrie et la Pologne étaient des pays beaucoup plus sympas du temps des communistes. On pouvait compatir. C’est fini ! Et si l’Europe les rendait aux Russes ?

Que le MSV vous touche de son appendice nouilleux.

Ramen.

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN