Allons, y a pas que de mauvaises nouvelles

Pasta Michel Noirret

Bien que ça reste symbolique, ça fait tout de même plaisir d’entendre que des assassins de masse sont inculpés de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et autres divertissements humains, « trop humains ». Oh, bien sûr, il ne faut pas s’attendre à ce que ces bandits finissent leurs jours dans quelque cul-de-basse-fosse, mais de les voir enfin désignés comme criminels aux yeux de leur concierge donne un peu confiance sur la toute petite utilité d’instances officielles terriennes. Bref, on se rassure comme on peut face aux horreurs sans limites et impunies dont sont capables les États. Depuis les procès de Nuremberg et ceux de la guerre en Yougoslavie, les abominations à caractère idéologique, nationaliste, mercantile, religieux…