Histoire de l’autre, pour mieux comprendre le conflit

Humeurs d'un alterpubliciste Patrick Willemarck

Voilà un vieux petit livre à mettre entre toutes les mains de nos lecteurs et de certains de nos chroniqueurs. Il raconte deux peuples, deux récits, deux légitimités et un conflit qui n’en finit pas. Le livre, lui, est sans danger, à l’origine il était destiné aux jeunes Israéliens et Palestiniens dans leurs écoles respectives pour les sensibiliser à l’histoire de l’autre. Pour les sortir du récit univoque des peuples en guerre. Ce livre a plus de vingt ans, il ne résout rien, mais il ouvre les yeux et des portes. Préface du Palestinien, David Chemla et postface de l’Israélien Elie Barnavi.

La France déprimée

l’œil et l’oreille Joker

La meilleure căng tin

À table avec l'Ogre L'Ogre

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester informé.

Chaque samedi le meilleur de la semaine.

Soutenez la presse indépendante !

Aidez à maintenir la gratuité de l’information en ligne.

/ Lectures, arts, gastronomie /

Gratter entre les lignes

Trouver sa place

Les yeux ouverts Boris Almayer

Thierry Robberecht dirige son écriture vers un état des lieux qui empire chaque année et que, bien que devenu permanent, l’on s’obstine, encore et toujours à nommer « la crise des sans-papiers ». S’il pose un regard désemparé et néanmoins romanesque sur le décor odieux de cette horreur installée, l’auteur pourtant nous rappelle, par ce court roman, que ce décor est bien le nôtre et qu’il y bouillonne une multitude de drames parallèles. Moussa, Marleen et un troisième homme vont, malgré eux, faire tragédie.
Lire l’article