semaine 47

Nos amis les cons se surpassent

Pasta par Michel Noirret, le 25 juin 2022

Dessin de Wich

Vous vous en étiez sûrement déjà aperçu, surtout en cette période de guerre, certes encore assez lointaine, mais...
J’ai presque envie de mettre un « s » à « surpassent », tellement ils sont nombreux et tellement leurs efforts s’enchainent inexorablement sous nos yeux et à notre grande impuissance.
Puis à la réflexion, et après examen méticuleux, je dois bien conclure que se surpasser est la norme chez les con§s. C’est leur état normal; il leur est impossible de rester inactifs, ou, pour le moins de se faire oublier, eux et leurs œuvres. Toujours plus, telle est leur devise, leur raison d’être !
Plus localement, ainsi devons-nous à notre ami Théo Frankenstein quelques beaux exploits lorsqu’il était secrétaire d’État à la migration. Bien décidé à ne pas en rester là, par la suite il se plaignit amèrement lors de la formation du gouvernement fédéral (sans son parti) de n’avoir pas été nommé ministre. Même pas repêché dans le gouvernement flamand. Quelle sévère injustice à son égard, lui qui avait tellement donné de sa personne !
Il est vrai qu’avant lui, un certain José Happart, Wallon de son état, s’était lamenté sur le même sujet.
Être nommé ministre après n’avoir pas lésiné sur les services rendus au parti, et par là aux citoyens, car les partis représentent les citoyens, n’importe quel élu vous le confirmera (les citoyens, ces ingrats, moins). Il s’agit là, selon les brillants phénoménologues ci-dessus, d’un Droit de l’Homme politique. Carrément.
Allons, la pensée circule encore entre les élites flamandes et francophones.
Ces jours-ci, donc notre Théo, même plus national, récidive.
Le 16/06, la Libre Belgique nous informe qu’il se fait le héraut de la NVA dans une entreprise vouée à un resplendissant avenir : L’aéroport de Zaventem ne doit plus être national, mais devenir flamand, puisqu’il est situé en territoire flamand. C’est simple à comprendre, non ?
Le bon sens même !
Ce qui n’a pas manqué d’amener la réplique d’un député PS bruxellois. Je résume : « Chouette ! On va en profiter pour interdire le survol de Bruxelles par les avions de Zaventem ».
Il est vrai que ça résoudrait un problème qui empoisonne la vie de nombreux Bruxellois qui n’en peuvent mais depuis de multiples années. Et puis le bruit des avions serait un bruit entièrement flamand, à leur exclusif usage. Une solide avancée vers le Confédéralisme.
Pour n’ai-je pas écrit : « Fédéralisme » ?.. Devinez!!!
Oui, mais bon ! On pourrait donc penser que, finalement, c’est pas si con que ça !
On aurait pu s’attendre à de vifs encouragements bruxellois, mais non, rien. Le bide.
Tout le monde avait compris que cette sortie ne visait qu’à faire parler de sa personne, habilement mise en scène par de coûteux spécialistes en com’ qui avaient trouvé un bon client.
Il y a les cons, mais il y a aussi ceux qui prennent les autres pour des cons, pas toujours à tort. Et se font du blé sans trop se fatiguer.

Les amateurs de grosses cylindrées seront des cons privilégiés. C’est officiel.
Le Soir du 10/06, nous révèle que « l’amendement Ferrari » voté par le parlement européen ne concernera pas les super-bagnoles à gros moteurs thermiques qui coûtent la peau des fesses et ses environs immédiats. L’argument c’est qu’il n’y a pas grand monde à pouvoir se payer ces caisses à sal’cons, donc leurs propriétaires ne pollueront pas tellement. On va pas les embêter pour ça.
Eh oui, faut se faire une raison messieurs-dames, la lutte pour sauver le climat ne concerne pas les superfriqués. Ils ne sont pas tellement nombreux, donc ils ne saloperont pas trop le climat. Regardez le patron d’Ali baba ou Elon Musk. Ils peuvent s’envoler avec une fusée qui consomme des tonnes de carburant dégueulasse, rien que pour le plaisir d’aller faire un « tit tour dans l’espace.
C’est pas grave, ils ne sont que deux à l’avoir fait. Jusqu’à présent. Jeff Bezos, le patron d’Amazon y pense toujours le matin en se rasant ou il est passé aux actes ? Faut dire que je ne suis pas de très près l’actualité des bourrés d’oseilles.
Avec une bonne promo et un marketing efficace, sûr qu’on arrivera à faire baisser les prix du “tit tour dans l’espace. Ce qui devrait tôt ou tard le mettre à portée du citoyen lambda, via les agences de tourisme. Il n’y a aucune raison que ce malheureux Lambda soit privé d’un honnête plaisir, au nom d’on ne sait quelle idéologie écologique élitiste et nocive pour la croissance économique.
Il est vrai qu’on est presque arrivé à saccager l’environnement de pays entiers au nom des congés payés, lesquels sont incontestablement une avancée sociale majeure; mais le goût d’empiler du pognon a permis d’en faire un véritable désastre.
C’est le problème majeur du comportement humain qui n’a toujours pas intégré que le mieux est l’ennemi du bien.

La drogue, c’est mal !
Je vous le disais il y a peu ! Et si, suivant mes conseils, au lieu de s’enfoncer dans la répression on la libéralisait, comme par exemple l’alcool, il est fort probable qu’on se s’entreflinguerait moins à Molenbeek. Évidemment, personne ne m’écoute.
Tssss !

Sinon, à Waterloo, du 18 au 21 juin, avec flonflons d’usage, on a fêté en s’amusant bien en compagnie des petits n’enfants, l’épouvantable carnage de la bataille du même nom.
C’est comme si on fêtait les victoires, certes moins connues, de telle ou telle association maffieuse contre telle ou telle autre !
L’Histoire de ce qu’on appelle les États et celle de leurs rois, empereurs, ducs, comtes, émirs, califes et autres grands timoniers, petits pères des peuples, guides suprêmes auxquels on érige des statues dans les squares et avenues, mais aussi dans nos têtes; que l’on considère comme les bâtisseurs de nos civilisations (avec bien sûr leurs petits défauts) ne sont, à y regarder de plus près, que d’immondes voyous. Leurs faits et gestes - droit de tuer, de voler, de torturer, de rançonner, de piller même leurs propres ‘sujets’ - nous éclairent sur leur sens du respect humain.  Organisés entre eux comme n’importe quelle organisation maffieuse, ils ont, au fil des siècles, réussi au point de pouvoir s’afficher au grand jour, être la référence en matière de l’histoire de l’humanité.
Ils n’avaient rien d’honorable, pas plus en tout cas que n’importe quel truand.
Ça n’empêchait pas qu’ils puissent être de grands amateurs d’art, de se piquer de philosophie et de bonnes manières. Faut pas se figurer cette canaille sous l’aspect d’un Salah Abdeslam, par exemple. Mais ils ne valaient pas mieux dès qu’on touchait à leur pouvoir, garant de ‘leurs biens’. De leurs rapines, serait plus exact.
J’en parle au passé, car les Lumières ont un peu modifié la donne et redistribué les cartes, bien qu’assez localement.
Lecture conseillée pour mieux comprendre ce phénomène venu de la nuit des temps : ‘Homo Domesticus’ de James Scott, anthropologue, éditions La Découverte.

Bonne lecture et que le Monstre en Spaghetti Volant vous touche de son appendice nouilleux.
Ramen

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !