semaine 42

Dans le ventre du Congo

L'as-tu lu,lulu? par Nous on l'a lu, le 30 janvier 2021

Un livre sur notre passé colonial qui nous ouvre l'esprit sur la richesse culturelle du Congo.

Comment mieux décrire la complexité de l’héritage colonial, sinon en l’incarnant dans le destin – tragique – d’une très jeune fille, princesse Bakuba, séduite et abandonnée par un colon belge, puissant et cynique ? A travers elle, Blaise Ndala nous raconte la culture, l’imaginaire des Bakuba, la créativité artistique volée par les marchands d’art nègre, les mauvais traitements, le mépris des colons, l’endoctrinement catholique par les bonnes sœurs…

L’auteur nous fait vivre avec passion cette complexité de la colonisation en même temps que l’éveil à la sexualité de la jeune et belle Tshala. Celle-ci est embarquée de force vers Bruxelles, en 1958, destinée au « village congolais », honte suprême pour ces Congolais qui voient en Patrice Lumumba le symbole de leur possible indépendance.

Là, meurt Tshala. Ainsi commence l’enquête menée par une autre jeune congolaise Nyota, pour retrouver la trace de sa parente. 45 ans après, l’esprit colonial est toujours là. L’ignorance des belges est confondante. Les Congolais façonnent leur pays, leurs cultures modernes, leur foot… Blaise Ndala fait s’entrechoquer des personnages flamboyants ou timorés, et des étincelles jaillissent lors de dialogues ardents.

Le style de l’auteur explosait déjà dans l’excellent et très dur « Sans capote ni kalachnikov » mettant en scène les enfants et jeunes, bourreaux embrigadés dans des milices sanglantes au Kivu.

Au moment où la question coloniale agite nombre de jeunes et moins jeunes belges, congolais et belgo-congolais, ce livre ouvre nos esprits au dialogue avec notre passé commun et avec cet avenir que nous pouvons façonner ensemble. (G.L.)

  • Blaise Ndala. « Dans le ventre du Congo ». Seuil. 2021.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !