semaine 39

Boulevard des Crimes coloniaux

Edito par Jean Rebuffat, le 12 juin 2020

Image: 

Et puis aussi cette manie d'enfourcher Rossinante... Photo © Jean-Frédéric Hanssens

L'histoire est un palimpseste et les grattages qu'il faut faire pour la recommencer sont douloureux. Quelle est la première polémique belgo-belge de l'après-confinement? Léopold II! Qui n'a pas son opinion sur la nécessité d'ôter de la vue des foules ce roi à la longue barbe, mort en 1909, et propriétaire du Congo qu'il légua à la Belgique?

Côté pour, il y a le fait indéniable que Léopold II n'est pas un individu hautement sympathique. Cependant, dans sa famille, il n'est pas le seul à prêter le flanc à la critique. Personnellement, cette manie de coller des statues des différents rois de Belgique un peu partout m'a toujours agacé. Il y a beaucoup à redire, pourtant, à propos des trois Léopold, des deux Albert et du Baudouin. Une part de la malédiction est à mon sens inhérente à la notion même de royauté. Comment voulez-vous que ces gens se sentent comme les autres à partir du moment où ils comprennent que justement, ils ne le sont pas? Quel choix de vie véritable s'ouvre aux membres des familles royales?

Ce comportement hors du peuple en trouve encore une superbe illustration avec le neveu du roi qui va en Espagne sans quarantaine et sans respect des normes sanitaires pour faire la fiesta avec sa copine.

Mais passons. La tentation iconoclaste a toujours existé et beaucoup d'idéologies, religieuses ou politiques, en ont usé et abusé. La statue, il est vrai, possède une apparence humaine en trois dimensions qui lui confère une sorte d'incarnation symbolique. Délibérée, d'ailleurs: ces statues sont faites pour montrer l'importance de ceux qui en sont les modèles, souvent même de leur vivant. Elles ne racontent donc pas l'histoire mais participent d'un mythe.

À cet égard, l'histoire de la Belgique en regorge et la dynastie a réussi à en créer quelques uns d'assez tenaces. Arrivant dans l'enseignement belge après le coup de nos ancêtres les Gaulois de l'enseignement français, j'ai eu droit au roi bâtisseur et très peu à l'affreux colonialiste, au capitaliste à tout crin: généreux, Léopold II a sur son lit de mort légué son pays à son royaume pour le plus grand bien des deux. Ensuite, Albert Ier, le Roi-Chevalier boutant le Teuton hors de ses terres. Les faux pas de Léopold III ayant été faits dans le mauvais sens, vae victis, il fallait bien dire un mot de la question royale heureusement résolue par Baudouin, lequel, éduqué dans le mythe, s'est fendu le 30 juin 1960 d'un discours où il vantait les mérites de son ancêtre, grand civilisateur comme on sait, et dont les bontés avaient entre autres consisté à construire des routes, des écoles et des hôpitaux, avant de se rendre coupable d'une interruption volontaire de règne.

La seule vérité historique, c'est qu'elle n'existe pas, la vérité historique. L'histoire du monde est jonchée d'horreurs, de crimes, de guerres, d'invasions et de dominations en tous genres. Le cortège des bonnes raisons à ces exactions a toujours été bien fourni. En supprimant, plus de soixante ans plus tard, les traces de la dynastie dans l'espace public, y changera-t-on quelque chose? Non, ni dans un sens ni dans l'autre, celui de l'honneur comme celui du temps béni des colonies qui fleurit à tout va sur les réseaux sociaux, le mythe du grand roi étant encore florissant; c'est juste se donner bonne conscience à bon compte et un peu trop tard. La mort de ce pauvre George Floyd, finalement, qu'a-t-elle à voir avec Léopold II, qui n'a jamais mis le pied au Congo mais qui l'a bien saigné, tout le monde en est d'accord? Autre chose serait par exemple de créer un mémorial aux victimes de la colonisation et de l'esclavagisme, encore que la Belgique ne fut jamais un pays esclavagiste, étant née trop tard...

Se souvenir positivement des crimes ancestraux aide à une prise de conscience collective salutaire. Alors, rangeons si l'on veut les statues au musée, mais surtout, n'hésitons pas à débaptiser le tunnel et le boulevard Léopold II. Une suggestion de nom? Tunnel du 30 juin 1960 et boulevard des Crimes coloniaux.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Commentaires

Portrait de suzanne mousset
L'Histoire se refait à chaque tournant (de l'histoire!!) et nous sommes à un de ces tournants. Et tant mieux! Mais il est inutile de vouloir effacer notre histoire en déboulonnant des statues, car il me semble que bien d'autres seraient également à déboulonner, comme Godefroid de Bouillon Place royale par ex...etc etc.Et la ville se retrouverait bien nue.Mieux vaut assumer son passé et reconnaitre ses erreurs et horreurs . Un telle reconnaissance (et demande de pardon?) par la famille royale et le gouvernement me semblerait bienvenue. Et bien sûr, mettre cette matière impérativement et obligatoirement au programme de l'enseignement secondaire.
Portrait de Claude Javeau
Epistémologiquement (?) dit, le problème ainsi (bien) décrit est celui des rapports entre "histoire" et "mémoire". La première substitue un discours savant aux assertions communes, la seconde est faite d'émotions et de prises de position émotionnelles. Peut-on réconcilier les deux ? That is the question.
Portrait de raul zorita diaz
Les EEUU ont été bâtis sur le génocide des populations autochtones et l'esclavage infligé à la population noire. Je crois que dans le subconscient de la population anglo-saxonne reste un sentiment de supériorité et mépris face à des populations noires et hispaniques. Les EEUU ont nié, manipulé ou justifique la réalité historique, comme des autres pays (Belgique, France, Espagne, Royaume Uni), sa ce traduit dans des demandes et manifestations de la partie plus humaine de la société.

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN