semaine 50

Le mur est au bout du cul-de-sac

Edito par Jean Rebuffat, le 22 novembre 2019

Image: 

Assurer un réseau ferroviaire digne de ce nom, n'est-ce pas une excellente manière de s'endetter ? Photo © Jean-Frédéric Hannssens

Faites vos jeux, rien ne va plus… Cette rituelle formule des croupiers de casino correspond assez à l'état du monde. Ne parlons même pas des épiphénomènes comme la crise gouvernementale belge ou l'ardeur anniversaire des gilets jaunes. La planète agonise, la sixième extinction massive des espèces est perceptible, l'économie tourne fou, la démocratie est en rade et tout cela prépare peu de lendemains enchantés. 
C'est dans ce cadre qu'il convient d'étudier le problème qui agite les cénacles ces derniers temps, qui sont très occupés à la confection des budgets. Devant les limites évidentes du dogme des déséquilibres budgétaires à amenuiser, certains proposent de sortir des comptes (et même certains le font-ils déjà) les investissements pour tenter de résoudre les grands défis humains, sociaux et environnementaux qui crèvent les yeux même de ceux qui voudraient bien regarder ailleurs. Il y a évidemment un bon sens ménager là-dessous. Peu de gens ont assez d’argent pour acheter une maison sans s’endetter parfois pour très longtemps. Ils empruntent et tout le monde est content, et ce qui, en matière économique, est assez rare pour être noté. En soi, cela n’a donc rien d’inquiétant de combler un manque de liquidités par un appel aux marchés financiers. Tout le monde sait cependant que cette démarche a des limites et que si celles-ci ne sont pas respectées, tout déraille, comme l’a amplement montré la crise des subprimes. Personne n’ignore non plus que le sens même de l’emprunt est entropique et que quand l’inflation s’affole, là aussi, le système s’écroule. 
Le drame c’est qu’entre ces quelques constatations, des théories ayant généralement leurs zélateurs dogmatiques font semblant d’être des sciences exactes alors que la masse des variables est telle qu’à côté les prévisions météorologiques à moyen et long terme font figure de plaisanterie. Pour faire simple, disons que les modèles mathématiques globaux n’ont jamais fonctionné parfaitement et que toutes les théories, de droite comme de gauche, ont déjà montré leurs points faibles et leurs points forts. Sans en revenir à un keynésisme de stricte observance, il serait tout de même temps de se rappeler qu’on ne laisse pas que des dettes aux générations futures quand on leur a assuré un patrimoine sain qui ne menace pas la planète et qui ne les fera pas partir dans cette cavalerie de la croissance considérée comme une vertu intrinsèque. Plein d’infrastructures qui vieillissent ou qui aident à relever le défi écologique sont à restaurer ou à créer. Ce qui est sûr, c’est que se retrancher derrière une impossibilité de moyens suite à quelque orthodoxie à respecter est le plus sûr moyen de donner raison aux collapsologues.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN