semaine 33

Mondialiser l’OTAN ?

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 10 juin 2022

Un des meilleurs remèdes contre la désinformation, et pour pas cher!

Cela signifierait mondialiser les désastres provoqués par des guerres encore plus graves que celle qui frappe l’Ukraine actuellement.

En effet, c’est sur un « concept stratégique 2022 » que vont se pencher nos gouvernements réunis au sein de l’OTAN fin juin lors d’un sommet à Madrid.  Ce « concept 2022 » est issu d’un rapport OTAN 2030 qui dessine une structure encore plus forte, plus centralisée, plus obéissante au commandement suprême qui reste bien entendu entre les mains des chefs militaires des Etats-Unis. Les pays membres, déjà sommés par Donald Trump et à présent par Joe Biden d’investir encore plus d’argent (jusqu’à 2% du PIB) dans le renforcement des moyens de défense commune, verraient leur droit de véto limité ; le secrétaire général aurait des attributions renforcées et le tout serait capable de prendre des décisions plus rapides… Bref, une antithèse de la démocratie telle qu’on la rêve en Europe. L‘OTAN entend bien empêcher des pays membres de jouer les trublions et les empêcheurs de faire la guerre en rond en instaurant une pratique de concertation entre Alliés avant les réunions d’autres organisations internationales. Histoire de parler d’une seule voix… au détriment des Nations Unies, par exemple. On tente ainsi d’amplifier l’entreprise de sape des instances mondiales tournées vers la paix, la concertation, la négociation, les intermédiations, le respect des règles internationales, etc.

De plus, c’est couper l’herbe sous le pied des quelques rares défenseurs d’une défense européenne où l’Union européenne définirait elle-même ses objectifs stratégiques militaires et de maintien de la paix et les moyens à mettre en œuvre pour cela.

Et c’est un démocrate américain, le président Biden, qui se charge de cette déstructuration du système de paix mondiale créé après les ravages incommensurables des deux guerres mondiales. Il faut bien constater qu’il poursuit et amplifie la politique déstabilisatrice de ses prédécesseurs en ayant le même but clairement affirmé : la prééminence absolue des Etats-Unis sur le reste du monde, appuyée sur une armée gigantesque bénéficiant de moyens démesurés.

Le but de cet OTAN 2030 est bien de contrer la Chine et la Russie, identifiés comme les ennemis principaux, et d’agir sur tous les fronts à savoir « le terrorisme, les cyberattaques, les technologies de rupture (le numérique, l’intelligence artificielle…), le changement climatique», etc. On n'invente rien, tout est là :

https://www.nato.int/nato_static_fl2014/assets/pdf/2020/12/pdf/201201-Reflection-Group-Final-Report-Fre.pdf

Il est intéressant de noter que le « sud » est vu comme une menace à dompter : « les menaces traditionnelles, comme le terrorisme, et de la présence grandissante de la Russie et, dans une moindre mesure, de la Chine. L’OTAN doit continuer, au niveau politique, de mettre l’accent sur le renforcement de la préparation et de la capacité de réponse des forces armées à l’égard du flanc sud/méditerranéen, en particulier en révisant et en mettant à disposition ses plans préétablis et en renforçant le Pôle pour le sud, installé au Commandement allié de forces interarmées de Naples (JFCNP). »

On a vu ce qu’a donné l’intervention brutale de l’OTAN (sous guidance française cette fois) en Libye et la catastrophe pour ce pays et surtout pour sa population et l’on comprend que les pays du « sud » regardent avec méfiance l’actuelle guerre Otan – Ukraine – Russie et ne soutiennent pas aveuglément les « occidentaux » aux Nations Unies. D’autant que les frappes de l’Otan sur la Libye ont aussi visé à empêcher un processus de négociation entamé par l’Union Africaine. Le Sud n’a pas son mot à dire sur la destinée du monde, selon les Etats-Unis et leurs alliés.

Quant à l’obéissance et la loyauté exigées par les Etats-Unis de leurs alliés, on espère que nos gouvernements se souviendront de la manière dont les chefs militaires US de l’OTAN ont unilatéralement quitté en vitesse l’Afghanistan sans se concerter avec leurs « alliés », mettant en danger non seulement la population afghane de Kaboul mais aussi les représentants des pays occidentaux travaillant à titre divers sur ce territoire.

L’OTAN. Jusqu’où ? Jusqu’à quand ?

 Pour y voir plus clair, se souvenir de quelques réalités historiques comme l’intervention criminelle de l’OTAN en ex-Yougoslavie, lisez le « Manière de Voir » du Monde Diplomatique de juin-juillet 2022. Pour 8,90 € vous aurez de nombreux éléments de réponse à la question « L’OTAN Jusqu’où ? Jusqu’à quand ? ». Une lecture à recommander chaudement à nos ministres et chefs de gouvernement avant ce sommet de Madrid, et à tous les citoyens qui refusent la logique de guerre car tout le monde est perdant et qui souhaitent une véritable information sur les enjeux actuels à propos desquels ils ne sont pas consultés.

Et si notre Premier ministre espère, en bon libéral commerçant, que les investissements dans les armements procurent de plantureux retours à nos industries belges, le journal L’Echo du 22 mai 2022 : « quels bénéfices les entreprises belges ont-elles tirés du plan d'investissement précédent, en l'occurrence les 9,2 milliards d’euros consacrés en 2018 par le gouvernement Michel au remplacement des principaux équipements de nos militaires? »

Ils se chiffrent, selon l’Echo, à « 1,286 milliard pour ce qui concerne les quatre principaux programmes d’armement. Ceux-ci représentent 6,7 milliards du total investi. » Il s’agit de l’acquisition d'avions de combat F-35 et de drones auprès des Américains Lockheed Martin et General Atomics, du renouvellement des chasseurs de mines (MCM), ainsi que l'achat de véhicules blindés de nouvelle génération à la France (CaMo).

Donc, un bien mauvais retour sur investissement… Nul doute que de bons accords économiques avec le reste du monde, dans une perspective de développement durable et pacifique, seraient infiniment plus rentables.

- On ne résiste pas à l’envie de donner la parole aux pacifistes français qui se mobilisent contre ce rassemblement mortifère (voir ci-dessous) !

- Voir ici la communication officielle de l’OTAN sur le sommet de Madrid:

https://www.nato.int/cps/fr/natohq/news_196144.htm

- L’article de l’Echo :

https://www.lecho.be/entreprises/defense-aeronautique/l-industrie-belge-a-trop-peu-profite-des-commandes-militaires/10390364.html

A Paris : le plus grand salon de l’armement

Communiqué du Mouvement de la Paix, avec Stop Fuelling War et le GCOMS.
A Paris, le 31 mai 2022.

« Du 13 au 17 juin 2022, se tiendra le « Mondial de la Défense et de la Sécurité », dit EuroSatory, à Villepinte au nord de Paris. Présenté comme le plus grand salon mondial de l’armement, il a lieu tous les deux ans, sauf en 2020 pour cause de COVID. Deux semaines après se tiendra un sommet de l’OTAN à Madrid : un contre-sommet est en préparation par le collectif international « No-to-war, No-to-NATO », « Non à la guerre, Non à l’OTAN ». Mais qu’on se rassure, il n’y aura plus d’exposant russe et deux entreprises ukrainiennes sont déjà annoncées ! En cette période de guerre dans l’est de l’Europe, cet étalage meurtrier a tout d’une provocation mortifère. Comble de la duplicité, le visuel de ce salon comporte un globe terrestre aux couleurs arc-en-ciel de la Paix ! Les livraisons massives annoncées d’armes à l’Ukraine illustrent le fait que le commerce des armes ne fait qu’accroitre l’insécurité générale en prolongeant les hostilités. Il y a urgence à décréter un cessez-le-feu comme le prévoit l’accord Minsk 2 de 2015.

D’après l’institut suédois le SIPRI, les dépenses militaires mondiales en 2021 atteignaient 2113 milliards de Dollars US en dépassant pour la première fois la barre symbolique des 2000 milliards. Ces dépenses ont doublé en 20 ans en dollars constants. Même si le commerce total mondial des armes recule légèrement, les importations en Europe, en Asie de l’Est et en Océanie augmentent. Les exportations à partir de la France et des Etats-Unis sont en croissance forte. Nous pouvons nous attendre pour l’année 2022 à une encore plus forte augmentation de ces budgets pour « alimenter » la guerre en Ukraine en armes et pour reconstituer les stocks des belligérants, l’Ukraine avec les pays de l’OTAN, USA surtout, et la Russie. On peut ainsi affirmer que les grandes gagnantes de cette guerre sont les entreprises d’armement mondiales. En 1922, Anatole France disait « on croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels ».

Cet étalage mercantile meurtrier atteint un niveau intolérable. Les armes sont vendues pour être utilisées, les conséquences de leur mise en œuvre sont multiples, directement contre les biens et les personnes d’abord mais aussi en accélérant le dérèglement climatique et ses conséquences sur les populations.

La mobilisation de l’opinion publique est nécessaire pour exiger que ce marché de la honte ne soit plus autorisé à se tenir et que celui de 2022 soit le dernier.

Un rassemblement se tiendra le mercredi 15 juin place de la République à Paris à l’appel des organisations membres du collectif contre le Salon EuroSatory. Elles seront également présentes à l’entrée du salon (à la sortie du RER). La présence de délégations internationales est annoncée. Plusieurs rassemblements sont prévus dans plusieurs villes de France. Nous vous tiendrons informés des conditions concrètes de ces initiatives.

Une pétition internationale va être très vite proposée à la signature en direction du plus grand nombre de pays compte tenu du caractère mondial de ce Salon. Ses termes reprendront l’essentiel du texte de ce communiqué.

Partout en France, les organisations qui luttent contre le commerce des armes sont appelées à se rassembler pour développer des actions locales auprès de l'opinion publique et des autorités préfectorales.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !