semaine 50
Portrait de Thierry Robberecht
Allo, allo, quelle nouvelle

Irina

Le 17 août 2019

Après une journée épuisante où Irina, femme de ménage d’origine polonaise, avait nettoyé chez plus de dix clients, rentra chez elle avec la ferme intention de s’affaler dans le divan pour regarder une quelconque connerie à la télévision. Elle le méritait bien, son corps tout entier la faisait souffrir.

Le film venait à peine de débuter qu’une créature inconnue s’est introduite dans son salon. Une créature bleue dotée de quatre bras.

- Quatre bras, c’est parfait pour nettoyer, pensa-t-elle.

Elle n’éprouva aucune peur parce que la créature ne donnait aucun signe d’agressivité. Au contraire, il émanait d’elle apaisement et sérénité.

La créature s’adressa à Irina dans un polonais épouvantable. Elle lui annonça qu’elle venait d’une a planète lointaine et qu’elle avait pour mission d’observer les mœurs des humains.

- Nous pensons qu’une femme de ménage est la personne idéale pour observer les humains. Vous connaissez les secrets, les manies et les habitudes de vos clients mieux que leur famille et leurs amis. Afin de les observer, je prendrai donc votre apparence et je ferai votre travail pendant, disons..., une année.

- Je comprends bien mais pourquoi moi ? interrogea la femme.

- Rassurez-vous Irina, nous ne adressons pas seulement à vous. Toutes les femmes de ménage des pays riches sont des extraterrestres qui participent à l’observation et à la compréhension des êtres humains.

- Attendez un peu, ajouta Irina, inquiète. Vous prenez mon apparence, vous faites mon travail mais moi, j’ai besoin de l’argent de mes clients pour vivre.

- Ne vous inquiétez pas, répondit la créature bleue, je vous remettrai chaque soir l’argent que j’ai gagné pendant la journée. Sur ma planète, vos billets n’ont pas cours. L’argent n’existe encore que sur les planètes en voie de développement.

- Oui, mais sachez que vous n’observerez qu’une petite partie de la population. Je ne travaille que chez des gens aisés qui peuvent se payer une femme de ménage ajouta Irina. Il y a des pauvres aussi

- Très bien, les bourgeois aisés nous intéressent. Vous avez une liste avec les noms et les adresses de vos clients ?

Irina tendit un papier à la créature qui s’en empara avec son troisième bras

- Je ne vais plus nettoyer chez le premier, lui dit-elle. Depuis que sa femme l’a quitté, il garde tous ses déchets dans son appartement pour lutter contre le changement climatique. Je ne vais plus chez lui, pas possible d’entrer. La porte est bloquée par les déchets.

- Intéressant, dit la créature en polonais.

- Faites gaffe au second sur la liste. Il collectionne les armes dans son appartement pour résister à une invasion étrangère. Et il possède beaucoup de munitions.

- Je vois , répondit l’extraterrestre.

L’extraterrestre prit l’apparence d’Irina et commença son travail. Au début, il pesta contre ces humains qui ne possèdent que deux bras. Pas facile pour nettoyer ! Ces terriens sont définitivement lamentables !

Il suivit les recommandations d’Irina à la lettre et travailla chez tous ses clients. Il nettoya aussi chez l’homme qui, assis sur une chaise, toute la journée, fixe la porte de son appartement et espère. Il espère que demain sera meilleur pour lui et pour l’humanité toute entière. Espérer, c’est attendre.

Il faut le déplacer pour nettoyer sa chaise et passer l’aspirateur sous ses pieds. Pendant un mois, l’extraterrestre travailla à la place d’Irina sans que personne ne s’en rende compte. Seul Bogdan, le mari d’Irina , se demanda pourquoi, depuis quelques temps, sa femme parlait polonais avec un accent épouvantable.

Image: 

© Serge Goldwicht

Commentaires

Portrait de nicole tribehou
Je lis tous vos textes grâce à Serge qui comme par les illustrer. Je vous parle aujourd'hui par ce que j'adore l'extra terrestre de ménage en plein boulot. Merci de votre complicité ! :)
Portrait de Thierry Robberecht
Je vous remercie. Le monde serait moins passionnant sans Serge.
Portrait de anonyme
@Thierry, je voudrais connaître la suite. Je t’embrasse. Mamyriam
Portrait de Jacqueline
J’aimerais que l’extraterrestre puisse me prêter un bras.
Portrait de Thierry Robberecht
Chère Jacqueline, il faudra négocier avec lui.
Portrait de Jacqueline
J’aimerais que l’extraterrestre puisse me prêter un bras.

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN