semaine 30

Le manège

Une édition originale par Thierry Robberecht, le 16 juin 2021

© Serge Goldwicht

Il vient de sortir de la maison de cette femme depuis quelques secondes à peine mais il décide d’y retourner illico pour lui avouer qu’il est encore amoureux d’elle malgré tout ce qu’il lui a dit. Ce fut probablement une erreur parce que leur histoire est définitivement terminée, enterrée, basta ! Mais aussi parce que ce retour en arrière soudain et instinctif, il ne peut plus l’arrêter. La machine infernale est en marche. Arrière toute, le manège ! Il revient sur ses courses au Supermarché, la veille. Il n’aurait pas dû acheter tant d’alcool et il n’aurait pas dû fixer si longtemps l’opulente poitrine de la jeune caissière qu’il avait mis mal à l’aise. La semaine d’avant, il n’aurait pas dû visionner tant de séries policières américaines à cause du confinement qui a bon dos. Les semaines passent à l’envers et les années défilent. Il revit avec émotion la naissance de ses enfants, les plus beaux jours de sa vie, et des ruptures, beaucoup de ruptures, trop de ruptures. Des milliards de femmes sur terre mais il n’en a aimé que quelques unes. On n’aime jamais assez. La mort de sa mère et son corps maigre et désespéré à la morgue. Il repasse la catastrophe de Tchernobyl où on lui a raconté des salades qu’il n’a pas cru. L’affaire dramatique concernant « Julie et Melissa » qui l’a laissé sans réaction à part marcher avec la foule.

A l’instant où le manège le ramène à ses quarante ans, la machine tourne de plus en plus vite. Une petite fille disparaît, des amis meurent, il perd ses illusions au milieu de la foire de la vie où la foule hilare mange des frites et se moustache de barbe à papa. Le manège ramène jusqu’à la deuxième guerre du golfe, encore des salades, pas de réaction. Il remonte le temps au fil des guerres, des catastrophes, des famines. Des drames devant lesquels il n’a pas réagi. Voici revenu le temps de l’école où il ne comprenait pas ce qu’on lui voulait : Un métier ? un avenir ? C’est quoi l’avenir ? Quand le manège tournait dans l’autre sens, le sens naturel de la vie, il n’y comprenait rien non plus. A présent, le carrousel tourne à l’envers et à toute vitesse. Il retrouve sa mère jeune qui cuisine et s’inquiète pour ses gosses comme elle l’a toujours fait. Il est trop triste ce tour de manège à l’envers pendant lequel il ne parvient pas à attraper la « floche ». Il décide d’en descendre mais il a un peu peur de sauter de la machine en marche. Voilà que le manège tourne un peu plus lentement. On dirait même qu’il va s’arrêter. Au moment où le carrousel fou stoppe sa course, il en descend et rejoint l’immense foule qui fait la file pour acheter des frites et des smoutebollekes.

- Notre père est mort cette nuit ? Comment çà s’est passé ? Il se portait bien hier, d’après vous, demandent ses enfants au médecin qui ne donne jamais de réponse.

- Son cœur s’est arrêté cette nuit dans son sommeil. Nous ignorons les causes du décès.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !