semaine 21

Otan contre Russie : non à l’incitation à la guerre

Les indignés par GL, le 27 décembre 2021

Le 16 décembre 2021, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg a rencontré le président de l’Ukraine Volodymyr Zelenskyy. Photo © OTAN

Le Comité Surveillance OTAN a publié ce communiqué le 19 décembre 2021. Une lecture des tensions actuelles bien différente que celle diffusée par les Etats-Unis et les partenaires de l’OTAN.

Nous sommes loin de « l’état de mort cérébrale de l’Otan » ! A l’approche du sommet de l’Otan de 2022 destiné à renforcer les liens entre les 30 pays membres de l’Alliance et préparer un « nouveau concept stratégique » , nous sommes abreuvés d’informations stigmatisant la Russie, Poutine, ses sbires, accusés des pires actions ou intentions ; le renseignement américain (dont on connait la fiabilité) affirme à présent que la Russie prépare l’invasion imminente de l’Ukraine ; et les pays de l’Otan et l’Union Européenne rivalisent d’imprécations et de menaces contre la Russie, dénoncée unilatéralement comme l’agresseur.

Depuis l’effondrement du « bloc socialiste » au début des années 90, l’Union Soviétique a éclaté, le Pacte de Varsovie présenté jusque- là comme la raison d’être de l’Otan, a été dissous. Mais l’Alliance Atlantique, loin de se dissoudre suite à la disparition de la « menace soviétique », n’a cessé d’organiser l’encerclement de la Russie.

Depuis les années 2000, les pays de l’Otan n’ont cessé de tenter d’amener l’Ukraine, la Géorgie et la Biélorussie dans la sphère d’influence occidentale, en portant au pouvoir des éléments hostiles à la Russie. En Ukraine, en 2014, l’UE et les Etats-Unis ont soutenu sans vergogne le renversement d’un président légitimement élu, par des groupes qui n’avaient de pacifique que la présentation qui en était faite dans nos médias, et qui comprenaient, au su et au vu des dirigeants occidentaux, des paramilitaires d’extrême droite, tel que « Pravy Sektor », ouvertement nazi, et le parti Svoboda, ex parti National Socialiste.

La glorieuse « révolution démocratique du Maïdan » se résume finalement à ceci : un mouvement armé a pris par la force le pouvoir et destitué un président démocratiquement élu, ce qui s’appelle en général un coup d’état ; l’Otan s’est empressée de reconnaître et de féliciter un gouvernement dans lequel des postes importants étaient occupés par des personnes ouvertement fascistes. Le désastre qui est survenu dans l’Est du pays russophone est la conséquence directe de ce coup et de cette grossière ingérence occidentale et non le résultat d’une « agression russe ».

Aujourd’hui, les troupes de l’Otan patrouillent dans les pays baltes ; les États-Unis et d’autres pays membres de l'Otan placent des navires de guerre en Mer Noire et font survoler la région par des bombardiers stratégiques à quelques kilomètres des frontières russes. L’Otan, qui cherche à affaiblir l’URSS, puis la Russie depuis 1949, fournit de l’équipement militaire et des armes offensives au régime ukrainien et lui fait miroiter un soutien indéfectible. Qui objectivement doit se sentir menacé ?

« Nous avons peur ! » prétendait à la tribune des Nations Unies Paul-Henri Spaak pour justifier la création de l’Otan – cinq ans avant le Pacte de Varsovie. Qui, aujourd’hui est en droit d’avoir peur du déploiement militaire de plus en plus près de ses frontières ?

La Russie demande des garanties écrites que l’Otan ne progresse plus davantage vers ses frontières, en particulier que l’Ukraine ne rentre pas dans l’Alliance, que celle-ci n’y mène aucune activité militaire, et qu’elle ne déploie pas de systèmes d'armes offensifs dans les pays voisins.

Quelle que soit l’opinion que l’on a sur ses dirigeants ou sur son ‘régime’, on ne peut nier que ces demandes de la Russie sont pleinement légitimes. Il devrait être évident qu’aucun dirigeant russe ne pourrait accepter de laisser son pays de plus en plus acculé. Est-il même possible d’imaginer la situation symétrique, les Etats-Unis cernés progressivement par des forces armées hostiles ? L’Otan en traitant avec mépris les demandes russes, et en se répandant en déclarations arrogantes et menaçantes contre la Russie, attise déraisonnablement le danger de conflit.

Il est clair que l’Otan aurait dû se dissoudre, une fois sa raison d’être officielle disparue, au profit d’une politique de paix et de coopération, et au bénéfice de tous. Au contraire de cela, elle nous impose des dépenses militaires extravagantes, au détriment du développement de la société, et nous fait courir le risque de destruction totale.

Arrêtons cette escalade insensée ! La Belgique doit refuser de participer aux manœuvres militaires aux abords de la Russie, refuser cette politique d’agression continue, et militer pour ouvrir des négociations honnêtes et sérieuses avec la Russie.

  • Plus d’informations sur l’actualité des tensions:

https://www.france24.com/fr/europe/20211226-la-russie-annonce-la-fin-de-man%C5%93uvres-pr%C3%A8s-de-l-ukraine-et-dans-le-sud

https://www.nato.int/cps/en/natohq/opinions_189089.htm

Les nouvelles bombes nucléaires : le 6 décembre 2021, l’AFP annonce que la production de la nouvelle bombe nucléaire américaine B61-12 a débuté : « L’Administration nationale de sécurité nucléaire (NNSA) américaine a terminé « avec succès » la première unité de production (FPU) du programme de prolongation de la durée de vie de la bombe atomique B61-12, appelée notamment à remplacer les engins actuellement déployés en Europe, a annoncé le département de l’Energie. »  « La puissance de chaque bombe peut être réglée pour aller de 0,3 à 360 kilotonnes, soit l’équivalent de 360.000 tonnes de TNT. [24 Hiroshimas] »

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !