semaine 38

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Jean-Pol Baras
Les calepins de Jean-Pol Baras

Le métissage embellit le monde

Le 09 août 2018

Mercredi 1er août

 Tel Zorro mais en toute sérénité, Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa, provoquant un rassemblement immense. Bien qu’en liesse et pas du tout excitée, la foule fit quelque peu paniquer la police qui lâcha des gaz lacrymogènes. Bien protégé, le héros du jour ne semble pas prêt à soulever ses partisans. Il joue clairement la force tranquille. Un nouveau chapitre s’ouvre dans l’histoire de la République démocratique du Congo.

                                                           *

 Faire l’homme à son image, quel manque d’imagination !

Jeudi 2 août

 Il y a une affaire Benalla qui agite le microcosme et transforme Emmanuel Macron en homme politique ordinaire, mais elle ne crée pas le scandale d’Etat que l’on pouvait imaginer. La canicule n’explique pas tout. Le Canard enchaîné, par exemple, l’évoque et la commente sans tapage et surtout sans révélation qui accroîtrait le barouf. La presse étrangère traite davantage le sujet que la presse française. Étrange, donc.

                                                           *

 Jean-Paul II avait effleuré le sujet. Benoît XVI l’avait à son tour rendu quasiment exclu sans que des termes clairs ne soient utilisés. Il a fallu attendre François pour le catéchisme de l’Église catholique mentionne clairement que celle-ci est opposée à la peine de mort. On n’arrête pas le progrès. Ainsi soit-il.

                                                           *

 Le moment est vraiment bien choisi pour annoncer que l’été 2017 avait battu tous les records de chaleur. Prendre connaissance de cette information, c’est se dire automatiquement que l’été 2018 surpassera – et de loin – la performance de l’été 2017. Aussi, ce qui doit intéresser c’est le résultat des étés 2019, 2020 et les suivants… Car si l’évolution prend des allures exponentielles continues, autant savoir que s’y préparer consistera en une question de survie.

Vendredi 3 août

 La Justice étatsunienne est-elle indépendante ? Trump insiste au grand jour pour que l’enquête sur l’éventuelle immixtion russe dans la campagne électorale soit éteinte. Il presse son ministre de la Justice de limoger le procureur qui s’en occupe. Là-bas, on nage en plein Marx. Marx Brothers évidemment…

                                                           *

 Macron s’envole pour le fort de Brégançon où il recevra Theresa May afin de discuter de l’avenir du Brexit. En vacances pour travailler donc… Eh oui ! D’après Le Monde, il voudrait faire de Brégançon un « Élysée d’été ». Quelle belle trouvaille ! Á y penser, on se demande encore comment se serait déroulée la Révolution de ’89 si la Cour était restée aux Tuileries plutôt que d’émigrer à Versailles.

                                                           *

 L’Aquarius, ce bateau qui s’occupe des embarcations fragiles de migrants, pourrait bien devenir l’Exodus du XXIe siècle. Tandis que Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur italien qui se prend pour Mussolini continue de le repousser vers d’autres côtés voisines, une pétition se fait jour afin de soutenir son action humanitaire. Elle est signée d’une vingtaine de personnalités aux qualités très diverses, depuis Isabelle Autissier à Anne Sinclair en passant par Juliette Binoche, Enrico Letta ou Daniel Pennac. Il est certain qu’une liste beaucoup plus dense pourrait aisément s’étoffer.

                                                           *

 Gide : « J’appelle « journalisme » tout ce qui sera moins intéressant hier qu’aujourd’hui. Debray : « Si c’est un plaisir de lire les journaux, ne pas les relire nous en priverait d’un plus grand encore. »

Samedi 4 août

 Réunie à Säo Paulo, la convention du PT (Parti des Travailleurs) désigne officiellement Lula da Silva, qui purge une peine de prison de 12 ans, candidat à l’élection présidentielle d’octobre. De son lieu d’incarcération, à 400 km de là, celui qui présida le Brésil pendant huit ans adressa un message aux participants, suscitant une émotion intense dans une salle en délire. Un cas unique, et une campagne électorale inédite qui s’annonce. Et par delà l’événement propre au Brésil, une occasion de plus de penser la démocratie, plus particulièrement le suffrage universel.

                                                           *

 Donald Trump est fâché. Contrairement à ce qu’il avait prévu et annoncé, la Corée du Nord semble poursuivre son programme nucléaire. Sans blague ? Quelle surprise ! On ne peut se fier à personne. Même ces fichus asiatiques savent désormais pratiquer le système des fake news…

                                                           *

 Mission impossible – Fallout, de Chris Mc Quarrie. Pour la sixième fois, Tom Cruise a encore sauvé le monde. Á voir pour les cascades dans les rues et le ciel de Paris, une performance inouïe et inoubliable, surtout paraît-il pour les différents responsables des instances chargées de gérer la vie dans la capitale (préfecture, police, mairie…)

Dimanche 5 août

 En Italie aussi, le nombre de décès est supérieur au nombre des naissances. Cela signifie que si le pays reste une nation prospère, il le devra en partie aux enfants de migrants. La médaille Fields, appelée couramment « le prix Nobel des Mathématiques » a été attribué à Caucher Birkar, Kurde iranien naturalisé britannique. Qu’on le veuille ou non, la planète est déjà métissée.

                                                           *

 Et de trois ! Après L’origine du monde de Courbet, après La liberté guidant le peuple de Delacroix, Facebook censure La descente de croix de Rubens. La photographie d’Harvey Weinstein, elle, est toujours visible. Ces Américains n’ont pas de pudeur.

                                                           *

 En 1954, Bill Haley chantait Rock around the clock que l’on entend encore parfois aujourd’hui. Claude Moine avait douze ans et cette minute cinquante lui est passée des tympans au cerveau en aller-simple. Ce disque « a tout déclenché » dit-il. Ainsi naquit Eddy Mitchell.

Lundi 6 août

 Beaucoup de journalistes, surtout aux États-Unis, doivent tenir un journal afin de noter les bourdes et les mensonges de Trump. Des livres naîtront qui comporteront sans doute plusieurs volumes tant les sorties verbales du fantasque président sont multiples et diverses. Citoyen ordinaire s’abstenir et attendre les publications futures. Toutefois, de temps en temps, lorsque l’on a le sentiment qu’une étape est franchie qui pourrait conduire à une modification de son statut - et donc de l’équilibre du monde, pas moins… -, on a quand même envie de mentionner le fait. Ainsi, on apprend que Trump a reconnu que son fils avait rencontré une avocate russe pour obtenir des informations sur Hillary Clinton. « Bon. Chef, qu’est-ce qu’on fait avec ça ? » est une question que l’on aura dû prononcer dans bien des rédactions. Normal. Mais cette demande, soyons-en sûrs, ne retentit pas seulement dans les rédactions.

                                                           *

 Une statistique impressionnante : depuis le début du mois de juin, 1137 noyades ont été enregistrées en France ; 251 furent mortelles. C’est pas mal, mais les migrants ont fait mieux.

                                                           *

 Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent

Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps

Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant

Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir

Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant.

 La mort d’Arsène Tchakarian, le dernier survivant du groupe Manouchian, donne l’occasion de se souvenir de l’affiche rouge et du magnifique poème éponyme de Louis Aragon ; de se souvenir aussi que la France n’est jamais aussi belle que lorsqu’elle vaut pour tous les hommes.

                                                           *

 En visitant le vaste domaine de la perfidie. En 1983, Françoise Giroud publia Le Bon plaisir, un roman où il est question d’un petit garçon, fils caché du président de la République. Elle fit paraître son livre aux éditions Mazarine. Le 10 mai 1941, Paul Claudel publia dans Le Figaro une ode au maréchal Pétain qu’il intitula Paroles au Maréchal. Le 23 décembre 1944, dans ce même Figaro, le grand chrétien publia un autre poème, à la gloire cette fois du général de Gaulle. Et puis, en 1947, Claudel tint à publier ces deux textes dans un même ensemble qu’il nomma Laudes. Il choisit les éditions de La Girouette à Bruxelles. L’ouvrage, jamais réédité, est désormais vendu très cher en antiquariat. Le livre de Giroud, toujours disponible en librairie, a donné naissance à un film de Francis Girod en 2002. Le film sur Paul Claudel reste à bâtir. Il y a matière… Une histoire de la perfidie demeure aussi à écrire.

Mardi 7 août

 Il paraît qu’Albert Thibaudet devient fort inconnu au bataillon des références. Quelle perte ! On  décèle pourtant au sein de ses chroniques - réunies notamment dans la collection Bouquins des éditions Laffont - tant d’enseignements et de perspectives bien tracées, cases laissées vides que le lecteur en happy few n’aura plus qu’à remplir. Thibaudet n’est pas un visionnaire, mais par ses analyses, il réussit à extraire le miel de ce qui comptera demain. Ce qui se vérifie dans ses observations et critiques littéraires vaut également pour la politique. Voyons par exemple le dernier article du genre publié dans la NRF. Il date du 1er janvier 1936 et se penche sur les manifestes des intellectuels qui furent publiés en octobre 1935, en cette décennie si tourmentée, annonciatrice d’une autre, infernale. Voici son entrée en matière : « Les trois manifestes d’intellectuels, en octobre, ont rappelé à plusieurs le temps de l’affaire Dreyfus. Il serait d’ailleurs naturel et normal que la République ait son affaire Dreyfus tous les trente ans environ, autrement dit que chaque génération eût droit à la sienne. Je vous souhaite de voir vers 1970 et vers 2000 si cette périodicité continue. » Oui, cher Albert, elle continue cette périodicité… Elle est même resserrée ; une triple décennie d’écart, c’était trop long. Le développement et la vitesse des communications obligent à la multiplication des événements. Notre affaire Dreyfus du moment se nomme Benalla, et l’image ayant supplanté l’écrit, l’objet délictueux n’est plus un bordereau mais un brassard de flic.

Mercredi 8 août

 Investi président de la Colombie, le conservateur Iván Duque rappelle qu’il va retoucher l’accord de paix que son prédécesseur avait laborieusement conclu avec l’ancienne guérilla des FARC. Démolir ce qui avait été réalisé avant son arrivée au pouvoir, voilà ce que les réactionnaires se plaisent à décréter dès leur accession, à l’image du président des États-Unis. C’est obsessionnel. L’élégance et le respect des institutions voudraient que l’héritage fût assumé. C’est trop demander à ces brutes qui mettent l’équilibre du monde en péril. Ainsi, en Colombie, à peine la cérémonie d’investiture achevée, des manifestations de réprobation naquirent dans une trentaine de villes afin de soutenir l’œuvre du président Juan Manuel Santos qui, soulignons-le n’était pas étiqueté gauchiste comme le Vénézuélien Maduro mais honnête gestionnaire de centre-droit.

                                                           *

 Il s’appelle Bashir Abdi. Si la ville de Gand voulait lui bâtir une ode, elle n’aurait qu’à plagier Lily,  la chanson de Pierre Perret. Tout est réunit pour que les vers s’harmonisent : le nom, l’origine, le rythme… « Il arriva de Somalie Abdi… » Bashir Abdi vient de remporter la médaille d’argent du 10.000 mètres aux championnats d’Europe de Berlin, cette ville encore marquée par les Jeux Olympiques de 1936 où les Bashir Abdi étaient ravalés au bord des pistes, méprisés par les partisans de la race aryenne. Abdi exulte. Il s’est emparé du drapeau belge et arbore le symbole tricolore en un tour de piste interminable, sous les acclamations de la foule. Ses dents blanches tressent une couronne de joie en un visage où la transpiration pétille sur la peau noire lisse et dont la brillance des yeux témoigne d’un bonheur accompli. Bashir Abdi a 29 ans. C’était son dernier dix-mille. Il disputera encore le cinq-mille et puis il raccrochera ses crampons. Cette médaille, c’est donc son bâton de maréchal. Sur le podium, il est encore paré du drapeau belge. Il le tient encore sur le dos  comme un drap protecteur lorsqu’il se rend à la conférence de presse. Bashir Abdi est un réfugié somalien. Il est arrivé en Belgique à 13 ans. Heureux de son exploit, il déclare tout de go avant même qu’on ne lui pose une question : « J’ai toujours voulu rendre quelque chose à ce pays qui m’a donné ma chance. Sans lui, je ne sais pas si j’aurais encore été en vie aujourd’hui. Et j’espère que mon exemple incitera d’autres jeunes à rêver. » On pourrait aussi espérer que son exemple incitera monsieur Theo Francken, secrétaire d’État à l’Immigration, à rêver aussi en repensant sa mission mais ça, comme aurait dit Kipling, c’est une autre histoire…

Image: 
Bashir Abdi, en pleine course. Photo © atni.be

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Le visage noir de l’Italie illustré par Matteo Salvini lors d’un meeting réunissant l’extrême-droite anti-immigration. Photo © Youtube
Un livre bouleversant sur Maria Schneider, héroïne malheureuse du film de Bernardo Bertolucci. Photo © D.R.
Trump – Erdogan : ils jouent avec le feu. Photo © Yahoo.fr
Bashir Abdi, en pleine course. Photo © atni.be

L'éclipse de Lune ce 27 juillet: un spectacle magique! Photo Youtube.

Melania Trump, Vladimir Poutine et Donald Trump posent avec la balle offerte par le président russe à son homologue américain, le 16 juillet 2018 à Helsinki (Finlande). Photo ©| SPUTNIK / REUTERS
entreleslignes.be ®2018 design by TWINN