semaine 43
Portrait de Robert Lemaire
A PA PEUR

Garçon, l'addition !

Le 06 juin 2020

Mesdames mesdemoiselles messieurs, chers amis, chères amies

...et bien voilà : j'ai quelques questions à vous poser : croyez-vous aux méfaits du hasard ? Croyez-vous à l'intervention de l'esprit de certains défunts sur votre futur ? Croyez-vous aux rêves prémonitoires ? Croyez-vous aux faits étranges et inexplicables ? Croyez-vous aux Ovnis, aux Ufos, aux Mibs, aux Extra-terrestres, aux Reptiliens, aux apparitions mystérieuses, croyez-vous à l'astrologie, aux prédictions de l'horoscope, croyez-vous être responsable de toutes les catastrophes et de toutes les turpitudes que subit l'humanité ?

Si oui, Bienvenue ! Car je suis venu vous apporter la bonne parole ! Je suis là pour vous rassurer, braves gens : je vous le dis haut et fort : non, vous n'êtes pas maudits, non vous ne portez pas malheurs aux autres, non vous n'êtes pas possédés par une addiction aux jeux de hasard ou à Face-book, et non encore, il n'y a personne dans votre entourage qui vous a jeté un sort et vous ne portez pas tous les péchés du monde sur le dos !!!

Pourquoi ?

Mais c'est très simple et certainement certain !...parce que vous êtes potentiellement une personne étonnante, intelligente, pondérée, réfléchie et surtout remarquable de par le fait que vous faites partie des hominidés, l'espèce vivante qui a pris le pouvoir sur la planète Terre !... et, qu'on se le dise une fois pour toutes : dans votre globalité vous êtes unique, vous êtes une personne entière et indivisible, et votre avenir s'annonce toujours et encore, brillant même si vos 81 ans que vous fêtez aujourd'hui, (comme moi), vous indique que, selon les statistiques, vous êtes engagé dans la toute dernière compétition dont le vainqueur sera comme toujours, un outsider, un inconnu (comme vous) qui vous volera la vedette ! Mais ne vous en faites pas, même si l'avenir à l'air de se réduire comme une peau de chagrin, je vous assure et je vous rassure :vous aurez encore de bons moments ! Alors ne partez pas encore ! Ne partez pas déjà ! Pas aujourd'hui, ni demain ni surtout pas tout de suite ! Et moi non plus je ne partirai pas !

Je resterai encore un peu, le temps de vous faire savoir ce que vous devriez savoir depuis longtemps, que vous comme moi, nous les sages, les octogénaires, les vieux et les vieilles, les vieux de la vieille, ceux à qui on ne la fait pas, ceux et celles qui ont tout connus, les guerres comme les révolutions, les bons et les mauvais moments, les histoires drôles, les histoires tristes, les jours de bonheurs dont on se souvient plus facilement que de ceux où le malheur a frappé à la porte !

Si, si, c'est à vous spécialement que je m'adresse aujourd'hui en ce mois sixième de l'année 2020 ! Je vous le dis et je vous le répète, ne croyez pas les toute-boites et leurs publicités mensongères, ne croyez pas à la gratuité du 2ième flacon offert avec le premier, ne croyez pas non plus aux bêtises des ignorants, aux zieverderas comme on dit à Bruxelles, à ces paroles sentencieuses et dogmatiques que racontent beaucoup de politiciens qui cherchent à se faire valoir aux yeux de la populace. Prenez avec des pincettes les informations dont on vous submergent chaque jour, pour ne pas risquer de vous salir les mains, pour ne pas tomber dans le piège qui pourrait vous faire croire, par exemple que la fin du monde est proche parce qu'un météorite gros comme une maison bourgeoise va frapper la terre! ...Soyez circonspect quand on vous dit que si vous n'achetez pas une voiture tout-électrique, vous n'irez pas au paradis !!! ...Bref, restez vigilant, ayez l'oreille à l'écoute, gardez l’œil aux aguets afin de déceler les fausses informations qui vous grignotent le cerveau comme un rat grignote le fromage qu'il a volé, bref ne soyez attentifs qu'à ceux dont la parole vous grandit ...

Savez-vous qui a dit : « ...Mais aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années »...Racine ou Corneille ? Corneille bien entendu, dans « Le Cid » ! Et cette phrase pourrait vouloir dire, à contrario, que malgré votre âge avancé, vous avez encore beaucoup de connaissances à acquérir ! Vous qui aviez cru être au terminus, et ben non, vous n'êtes pas arrivé au bout !...mais sachez-le, rien n'est perdu, il reste une infinité de choses à acquérir et, s'il le faut, vous pourriez vous lever encore plus tôt, bon pied, bon œil, perçant les brumes de l'aube révélatrice d'un renouveau mystérieux ! Moi, je vous le dis et vous pouvez me croire : le destin vous a peut-être désigné pour exécuter une action fondamentale, une action bénéfique pour l'existence de l'humanité toute entière ! Vous allez peut-être (et même sans doute) avoir une idée étonnante, formidable, grandiose même, et il suffira de la réaliser, de la mettre en pratique pour que quelque chose change dans le monde et corollairement dans votre petite vie bien rangée ! Ne désespérez de rien ! Tout est possible, encore, l'horizon est à portée de main quoiqu'on dise, le soleil va réapparaître une fois de plus et va inonder la terre de sa bienfaisante chaleur et faire croire à tous les êtres vivants que tout va bien, et que les hommes et les femmes vont accomplir de grandes choses !

Du moins, je l'espère...

On ne s'en rendait pas compte, mais la situation aurait pu être pire si on avait laissé faire ! Mais pire signifie quoi au juste ? Pire que quoi ? Pire que ce qui s'est déjà passé ? Mais qu'est-ce qui s'est déjà passé auparavant ? N'était-ce pas déjà pire que ce qui avait déjà eut lieu ? Donc ce qui va peut-être être pire maintenant est probablement deux fois pire que ce qui s'est déjà passé ! Et le pire de tout, c'est qu'on ne sait pas au juste ce qui s'est passé ! On ne le sait pas, parce qu'on ne fait que le supposer ! On n'a pas retenu ce qui s'est passé, on a perdu la mémoire de ces moments difficiles qu'on croyait être pire que ce qu'on avait déjà vécu ! Mais hélas ceux qui avait vécu le pire sont maintenant entre 4 planches, six pieds sous terre et, on s'en doutait, ne peuvent plus témoigner, de ce qui s'est passé, !

On supposait que ce qu'ils avaient vécu était moins pire que maintenant mais au fond on ne savait pas vraiment si le meilleur qu'ils avaient pu vivre leur avait fait croire que dans l'avenir ce serait autre chose, et que ce serait sans doute pour entrer dans une période moins faste... mais au fond, à leur époque, toute cette prise de conscience n'était encore que vagues suppositions et prémices aléatoires ! Alors, aujourd'hui, qui sait et qui pourrait dire ce que nous réserve un avenir aussi incertain que celui-ci !...

Ainsi donc, à l'heure qu'il est, nous nous projetons dans le futur : chacun d'entre nous suppute sur les conditions de vie que nous allons avoir, chacun d'entre nous suppose que le meilleur est sûrement là, quelque part, devant nous et que le pire n'est plus qu'un mauvais souvenir qu'il va falloir oublier pour tenter de reconstruire quelque chose qui pourrait nous faire vivre de façon plus agréable, en ne faisant rien par exemple, mais en gagnant beaucoup d'argent ! ...Et pourquoi pas ?...Mais oui, c'est évident, c'est certain, c'est même ça exactement : c'est ça le meilleur moyen pour éviter de se laisser prendre au même piège, de retomber dans l'ornière, c'est de trouver un truc, une ficelle, une astuce pour éviter et contrer le malheur que nous avons connu et que nous abhorrons !!!

Mais ce malheur, mesdames-mesdemoiselles-messieurs, il est passé, il est derrière nous, ce n'est plus qu'un mauvais souvenir... nous en sommes persuadés ! Cependant, sans le vouloir vraiment, les souvenirs désagréables demeurent dans la mémoire...et ça, ça nous obsède !... ça nous turlupine ! On a beau se dire : 

« N'y pense plus mon vieux, ça n'en vaut pas la peine, tu ne peux rien y changer, c'était une erreur ! »...

Et on ressasse, on ressasse et on revoit les diverses péripéties qui ont précédés les événements néfastes, et évidemment, à cette vision diabolique du passé, on attrape des sueurs froides, des insomnies et ça se termine, finalement devant quelques verres d'alcool pour, croit-on, faire passer ces colique qui vous tordent les tripes !!! ...C'est complètement ridicule : prendre du tord-boyaux pour tordre le cou aux maux de ventre ? Vous vous rendez compte ? Allons mes amis et mes amies, soyons sérieux : cette sorte d'auto-médication est une aberration, il ne faut pas céder à la tentation et l'éviter à tous prix !...

Encore que, boire un petit coup.....

Conclusion : prenez garde aux additions de l'addiction ! Aah mesdames messieurs, que l'écriture est une chose étonnante ! Prenez ce terme « addiction », qui signifie en gros, être dépendant de quelque chose, être l'esclave de quelqu'un ou d'un produit illicite...Et bien dans addiction, il suffit de supprimer le « cé » placé au mitan du mot, pour que la signification change ! Voila qui est admirable aurait dit monsieur Jourdain dans le Bourgeois gentilhomme...Cette suppression provoque l'apparition un autre mot qui ressemble étrangement au premier mais signifie autre chose : addition, ajouter quelque chose à quelque chose, ou réunir deux ou plusieurs choses entre elles ! En cherchant un tant soit peu, on pourrait aussi trouver une corrélation entre les deux mots : addiction et addition ! On pourrait croire par exemple que additionner les petits verres de pékets serait le chemin qui conduit à une addiction...et inversement, avoir une addiction au pékèt pourrait voir s'additionner les petits verres emplit de ce breuvage délicieux ! On pourrait aussi extrapoler !...et conclure que l'addiction au pèkèt peut produire une augmentation de l'addition sur l'ardoise !!! Je me répète et je l'affirme : l'écriture est un formidable jeu de société, comparable à un traitement de textes qui ne fonctionnerait qu'avec le déploiement des synapses de l'individu nanti de la faculté de connaître les astuces du langage, et ainsi capable de s'amuser à manipuler les lettres de l'alphabet et à jongler avec les mots  ! ...

Mesdames, messieurs, le temps imparti aux divagations est écoulé ! Il est grand temps pour moi de fermer ma grande gueule et de regretter de n'avoir pas fait tourner 7 fois plus longtemps ma langue dans ma bouche ! Pourtant j'étais bien parti, ça tournait comme sur des roulettes et je percevais dans mon imagination, les nombreux lecteurs, ces compagnons de jeu s'amusant, autant que moi, et souriant des facéties que j'inventais hic et nunc ! Mais voilà, toutes les bonnes choses ont une fin et c'est en vous souhaitant des vacances encore plus merveilleuses que celles de l'été de 2019 que je m'arrête ici et que je vous dis un au revoir sans être un adieu, puisque en principe, on devrait se retrouve en août ou en septembre, si tout va bien, si nous avons d'autres choses à méditer, d'autres paroles sentencieuses, d'autres sottises à commettre sans se prendre au sérieux...donc "a pa peur"

Image: 

Photo © Robert Lemaire

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN