semaine 44

Ensor, visite à domicile

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 27 août 2020

Après six années de purgatoire, la Maison Ensor à nouveau accessible aux visiteurs ©L.VdWalle

Ostende, Reine des plages, dit-on en Belgique ! Une plage qui a connu ses belles heures au siècle dernier où aristocrates et bourgeois découvraient les bains de mer. Depuis, Ostende est restée une destination de vacances pour pas mal de familles, lesquelles ont aussi adopté d’autres localités ponctuant notre littoral long de soixante-six kilomètres. Ce qui est rare est précieux ! 

Cette ville d’Ostende est aussi indissociable du tout aussi belge peintre James Ensor (1860 -1949). Il y est né et il y a vécu. Toute sa vie d’artiste s’est passée dans une même maison contiguë au logis familial qui n’existe plus.

Cette "Maison Ensor" qui fut fermée au public pendant six longues années accueille à nouveau des visiteurs. Alors, quoi de neuf dans cet antre connu pour être singulier, à l’image de cet artiste hors catégorie, à l’univers pictural envahi de squelettes et de masques de déguisement, de monstres et de diables ?  

La maison elle-même est restée fidèle à son célébrissime occupant. Ainsi, dans chacune des pièces de l’habitation demeure tout ce qui faisait partie de l’environnement habituel de ce personnage qui avait ses maniaqueries. Il y a toujours cette fameuse vitrine aux coquillages, aux maquettes de bateaux, aux sujets en porcelaine, tous reliquats de la boutique de curiosités d’Ostende tenue par sa mère. Il y a encore, par exemple, et toujours conservé en l’état, son inaltérable salon avec l’épais tapis aux grosses fleurs, le canapé jaune complètement fatigué, à l’imposant harmonium qui s’adaptait  aux singularités musicales de James Ensor, compositeur à ses heures. 

Toutefois l’accès à cette Maison Ensor se fait par le bâtiment voisin,  le Centre Ensor qui est un nouvel espace moderne dédié à l’artiste. On s’y procure notamment un audioguide bien utile pour décoder les différents documents, objets et films qui permettent d’appréhender le cheminement du peintre. Bien entendu, tout cela est soutenu par les technologies ad hoc, notamment pour découvrir certaines oeuvres. Car il n’a pas sur place de tableaux d’Ensor. Au mieux il y a des copies. Pour voir quelques originaux du maître, il faut se rendre au Mu.Zee d’Ostende, lequel accueille quelques toiles pendant un temps. Mais la majorité des oeuvres d’Ensor sont réparties dans plusieurs musées en Belgique et un peu partout dans le monde.

Afin de combler ce déficit d’originaux, le Centre Ensor dispose d’une salle d’exposition temporaire qui propose en ce moment James Ensor et Ostende, soit un choix de dessins et gravures. Il s’agit d’évoquer un côté moins connu de l’artiste célébrant notamment sa ville avec ses rues, ses toits. Il y a des marines. Tout cela n’est pas spécialement renversant sauf, et cela vaut vraiment la visite,  le très satirique « Bains d’Ostende », dont le côté « animé » renvoie, par-delà le temps, à d’édifiantes images "balnéaires" récemment passées en boucle sur tous les médias.


Maison Ensor, 29, Vlaanderenstraat, 8400 Ostende.  Voir : ensorstad.be

Exposition James Ensor et Ostende, jusqu’au 27 septembre 2020

Mu.Zee. Romestraat,11, 8400 Ostende.  Voir : muzee.be

 

 

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN