semaine 49
Portrait de André Fromont
Haïculs bénis/André Fromont

Peur de rien

Le 30 août 2019

&

Image: 

Mille téléphones sonnent

Les pluies arrivent

Choc des eaux

Sur une terre invisible

Lumière immobile

Son éteint

Moment tranquille

D'une chaleur montent

Une odeur de propre

Et des poussières

Fertiles

Rien ne cloche

 

Valentine l'oublie

Le regard fixe

Gonflé de sommeil

Le cœur coincé

Au ras du sol

Au-dessus de la brume

Une corneille lui parle

Elle vole et lui parle

Intarissable

Peur de rien

Peur pour rien

Valentine répond :

Les noms d'oiseaux

Sont des injures

Les mots d'oiseaux

De vains vertiges

 

Alfred n'a jamais su

Comment tue la peur

Le moteur tourne

À plein régime

Circuit fermé

Sa peau frémit

D'un rire nerveux

Alfred n'est jamais lui-même

Quand il parle

Les yeux au ciel

Peur de rien

Peur pour rien

La vie comme un moment de gêne

Et où est le reste du monde ?

Il téléphone

La paix règne

Quand tout le monde téléphone

 

Un passant vit

Le choc de l'eau

Sur la terre invisible

Lumière immobile

Son éteint

Moment tranquille

D'une chaleur montent

Une odeur de propre

Et des poussières

Fertiles

Rien ne cloche

À l'arrivée des pluies

Le passant écoute

La corneille qui parle

Au-dessus de la brume

Elle vole et lui parle

Intarissable

 

Peur de rien

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN