semaine 39

Tiens, vous m'avez appelé Lucien?

Emois et moi par Jean Rebuffat, le 20 janvier 2017

Lucien, le sympathique concierge imaginaire de notre immeuble parisien. (Capture d'écran du débat.)

Quand aura lieu la primaire de la gauche française? Le jour du premier tour des élections présidentielles. Soit le dimanche 23 avril 2017. Il y aura trois candidats (j'oublie les tout petits), Macron, Mélanchon et X, lequel doit lui-même être élu dans un tour préliminaire. Et si c'est Hamon ou Peillon, au moins ce sera bon pour la rime en on.

Et voilà comment, avec un total estimable d'environ minimum 40% des intentions de vote, la gauche ne sera pas au second tour.

Je sais, il ne faut jurer de rien. DSK peut être arrêté et Sylvia Pinel poussée par la marée. Fillon semblait partir gagnant et il patine furieusement. Quant à la Marine, avec un prénom pareil, elle peut connaître son Trafalgar. Mais en gros, il est clair que la jospinisation des candidatures à gauche devrait déboucher sur un très excitant second tour entre droite profonde et extrême-droite...

Voilà ce que je me disais, en regardant hier soir le débat entre les sept prétendants PS et satellites. Je m'ennuyais et avec l'un de mes fils, qui regardait à côté de moi, l'autre œil sur son téléphone, nous nous sommes surpris, ce qui n'est pas bien, quelle éducation vous leur avez donnée, M. Rebuffat, à nous payer la tronche de Jean-Luc Bennahmias qui nous semblait celle de la caricature du concierge parisien. Le gaillard – je parle de mon fils – se servit de son téléphone pour ajouter au candidat un béret basque, un cache-poussière, un balai et au bec, un cigarillo. Il l'appela Lucien (c'est mon deuxième prénom, en prime!) et tout un sketch en résulta, lequel était bien plus drôle que ce curieux enterrement consensuel où tous les intervenants étaient à peu près d'accord sur tout sauf sur le revenu universel. Il faut dire que les journalistes, qui devaient probablement s'amuser autant que nous, s'ingéniaient à leur poser des questions sur lesquelles les sept n'avaient qu'une réponse. Le pire, c'est que j'étais même à peu près d'accord avec ce qu'ils répondaient.

On aurait plutôt dû leur demander si cela ne les dérangeait pas trop de jouer à qui perd gagne. Eux (et elle), c'était à qui gagnera le droit de faire le plus mauvais résultat depuis Gaston Defferre il y a un demi-siècle. Sûr qu'en France, il n'y a pas que la droite à être la plus bête du monde.

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN