semaine 39

Enfin une religion qui me va

Emois et moi par Jean Rebuffat, le 09 décembre 2016

Michel Noirret, à droite sur la photo, Grand Nouilleux de Belgique avec son ministre du culte face à l'Autel du MSV.

Le cachet tamponneur faisant foi pour avoir accès au buffet pastafarien et pour identifier les bienfaisants donateurs.

Le restaurant "l'architecte" affichait complet.

Vous le trouverez à la librairie d'architecture au 19 Place Flagey aux Presses Universitaires de Bruxelles et chez TaPage http://www.tapageweb.be/

Michel Noirret, Grand Nouilleux de Belgique Photo © Olivier Polet

Michel Noirret, Grand Nouilleux de Belgique Photo © Olivier Polet

Michel Noirret et François De Smet, directeur en philosophie Photo © Olivier Polet

Patrick Willemarck, Grand Camerlingot du Spaghetti Universel et directeur des PUB, Michel Noirret, Grand Nouilleux de Belgique et François De Smet, directeur en philosophie Photo © Olivier Polet

Photo © Olivier Polet

Le dessinateur Wichel, Grand Jeune Pâtawan Photo © Olivier Polet

Photo © Olivier Polet

Michel Noirret, Grand Nouilleux de Belgique Photo © Olivier Polet

Michel Noirret, Grand Nouilleux de Belgique Photo © Olivier Polet

Photo © Olivier Polet

Patrick willemarck, Michel Noirret et François De Smet, directeur en philosophie. Photo © Olivier Polet

Patrick Willemarck, Grand Camerlingot du Spaghetti Universel et directeur des PUB et Michel Noirret, Grand Nouilleux de Belgique Photo © Olivier Polet

A l'entrée, le public pouvait créer son propre titre pastafariste. Photo © Olivier Polet

Patrick Willemarck, Grand Camerlingot du Spaghetti Universeldirecteur des PUB, Michel Noirret, Grand Nouilleux de Belgique, François De Smet, directeur en philosophie et Thomas Gillet, Maître-assistant en philosophie à la H.E.B, Président de l'asbl PUB. Photo © Olivier Polet

Patrick Willemarck,Michel Noirret et François De Smet Photo © Olivier Polet

Michel Noirret, Grand Nouilleux de Belgique Photo © Olivier Polet

Photo © Olivier Polet

A l'entrée, le public pouvait créer son propre titre pastafariste. Photo © Olivier Polet

Le dessinateur Wichel, Grand Jeune Pâtawan Photo © Olivier Polet

Le dessinateur Wichel, Grand Jeune Pâtawan Photo © Olivier Polet

Résumons. Dieu n'existe pas ou pire, si, dans la tête de gens qui veulent vous persuader parfois assez férocement qu'Il n'est qu'amour, et vous, un vermisseau. Mais si en fait, vous étiez vermicelle? Si vous vous mettez à vous poser des questions métaphysiques en regardant une passoire, la conversion au pastafarisme n'est pas loin. Moi, j'adhère (et ne dites pas que c'est parce que je n'ai pas assez huilé l'eau de cuisson). Et je ne lis plus, en dehors de mes propres productions (1), que "Le Vert Missel" qui sort opportunément de presse ce vendredi et qui m'a été mystérieusement déposé lundi soir par un bienfaiteur inconnu (je soupçonne toutefois l'éditeur) là où j'allais m'asseoir pour travailler d'arrache-pied au progrès d'une humanité qui en a bien besoin.

Michel Noirret, le Grand Nouilleux de Belgique, est l'auteur principal de cet opuscule appelé à un rayonnement d'autant plus vif que la passoire, dans un sens, laisse certes passer l'eau dans laquelle les pâtes auront été cuites (certains rigoristes en mangent tous les jours), mais dans l'autre, laisse passer la lumière pour nous éclairer sur la naissance du monde, le destin de l'homme et l'avenir de la pensée. Il n'est pas le seul dans l'affaire. Un certain Patrick Willemarck, Grand Camerlingot du Spaghetti Universel, et accessoirement Membre Éminent d'Entre les lignes, y a ajouté son grain de sel (nécessaire à la cuisson de pâtes, ainsi que chacun le sait ou devrait le savoir), et rien moins que le Grand Jeune Pâtawan, qui se cache sous le pseudonyme de Wichel, a illustré tout ça (un dessin valant mieux que mille mots, selon un proverbe courant dans les contrées orientales où les pâtes furent inventées bien avant Marco Polo). Quant à Alex Vizorek, Grand Conchigliateur des Croyants, il fait son coming out dès la préface et ne regrette qu'une chose: qu'il n'ait pas inventé lui-même le pastafarisme.

Est-il vraiment ridicule de se promener avec une passoire sur la tête? Cela fait rigoler, en effet (c'est toujours ça de pris sur la morosité ambiante). Comme fait rigoler la genèse selon le prophète du pastafarisme, Bobby Henderson, un physicien alors âgé de 24 ans qui en 2005, expédia une lettre au Comité de l'éducation du Kansas qui entendait qu'on enseigne à valeur égale la théorie du Dessein intelligent (Dieu a créé le monde, c'est écrit) et selon (je cite) "une conjecture logique fondée sur des preuves irréfutables et observables", la science, quoi, pour faire bref. Il protestait contre le fait qu'on n'enseignât pas sur le même pied la théorie du Monstre en Spaghetti Volant, qui a créé l'univers un soir où il était bourré, ce qui explique les imperfections de Sa création. Bon, je ne vais pas me fatiguer, je continue à citer le Grand Nouilleux lui-même, qui à la grave question: "Le pastafarisme est-il un pastiche des religions existantes, une plaisanterie de potaches?" répond: "Toute personne un peu sensée conviendra que si la crédibilité d'une religion se mesure à la vraisemblance des écrits, (...) alors le pastafarisme est une religion comme une autre".

Et là je sors de ma torpeur intellectuelle, je me dresse et je bondis: non, le pastafarisme n'est pas une religion comme une autre! Elle ne condamne pas, par exemple, la gestation pour autrui alors qu'elle en est issue, pas vrai, Jésus Marie Joseph? Elle n'imagine pas un paradis où il y a un nombre affolant de vierges attendant le valeureux combattant de la guerre sainte. Elle n'oblige pas ses adeptes à pratiquer des mutilations sexuelles. Elle ne demande même pas à ses croyants de n'avoir qu'une seule religion, c'est dire! En cela, le pastafarisme, comme le souligne le livre, est une vraie religion de paix, et pas comme les autres l'autoproclament chacune pour leur compte en excluant celles et ceux qui n'en sont pas, voire en les zigouillant.

Bref, pas la peine de continuer le prosélytisme, je vous laisse pour m'en aller au paradis pastafarien, qui est évidemment ici et maintenant: le pastafari, en effet, n'envisage nullement de commencer à vivre après sa mort. Et comme l'enfer et le paradis, dans le pastafarisme, sont interchangeables... Vous ne me croyez pas? Pour les pastafaris belges, le paradis est équipé de pompes à bière fraîche et moussante et l'enfer, de pompes à bière tiède et plate. Pour les pastafaris anglais, c'est exactement l'inverse. D'ailleurs, je conclus avec le Grand Nouilleux, "pour l'enfer, pas de problème, il y a tout ce qu'il faut ici". Ramen.

Jean Rebuffat
Grand Collectionneur de Passoires
Grand Chevalier de l'Ordre de la Nouille Absolue
Grand Prince sans Rire de la Sauce au Pistou
Grand Fourreur en chef du Cannelloni Magique
Grand Adorateur de la Pâte Épatante, etc., etc. (J'abrège, les pâtes sont cuites.)

Voir également la vidéo de la rencontre d'auteurs et du débat sur: http://www.entreleslignes.be/m%C3%A9dias/pixels-mouvants/le-vert-missel-...
___________________________________

(1) Quoi? Vous n'avez pas encore acheté "L'Heure du bouclage", chez Jacques André éditeur? Vous n'êtes pas bonne pâte, vous!

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN