semaine 38

Crier au loup

Edito par Jean Rebuffat

Liberté, liberté, liberté - ou liberté, égalité, fraternité? Photo © Jean Rebuffat

Le discours libertaire de celles et ceux qui brandissent la menace totalitaire quand on évoque la possibilité d'une obligation même très partielle de la vaccination contre le covid oublie deux pans essentiels: la première liberté, c'est d'être en vie, et la seconde, c'est que jamais cette liberté ne fut absolue. Crier au totalitarisme comme d'aucuns jadis criaient au loup produit le même effet: quand le loup arrivera, plus personne n'écoutera. La liberté a toujours eu des limites, qu'il convient certes de toujours reculer, mais sans nuire à l'espèce. On le voit bien avec les problèmes environnementaux. Dans un monde idéal, chaque individu agirait sans mépriser l'intérêt collectif. La nécessité d'encadrer cette notion de liberté se retrouve dans la célèbre trilogie liberté égalité fraternité qui n'est pas seulement la devise de la République française mais aussi un ensemble de notions qui ne vont pas l'une sans l'autre et qui interagissent. Sans l'égalité, la liberté est souvent la loi du plus fort; sans la fraternité, l'égalité est illusoire; sans la liberté, même l'adhésion philosophique aux deux autres notions n'est pas possible.

On peut bien sûr analyser les dernières mesures prises en France (et qui auraient été discutées en Belgique sans les inondations meurtrières de ces derniers jours) comme étant une obligation pratique de se faire vacciner. C'est évidemment le but de la manœuvre. Il s'agissait de convaincre la masse hésitante, encore très importante, qui attendait encore, dans le souci compréhensible d'éviter d'éventuels effets tardifs d'une vaccination, et qui désormais franchit massivement le pas, parfois de mauvais gré, il convient de le concéder. La vie sans vaccin, pourtant, reste pour les irréductibles parfaitement possible, encore que très peu pratique.

Que faire quand les arguments de la raison ne suffisent pas?

Il est clairement établi que la vaccination est une arme très efficace contre le covid et qu'elle est très peu risquée. On peut même dire, scientifiquement parlant, que c'est mieux qu'espéré et que la stratégie du virus, qui en mutant voit sélectionnés des variants de plus en plus contagieux, ne la met pas hors-jeu et en tout cas, la vaccination atténue dans des proportions considérables les issues fatales et les formes les plus graves de la maladie.

On a même entendu des cris qui dépassaient les frontières de l'indécence. Prétendre que les non-vaccinés sont soumis à l'étoile jaune, par exemple.

À un moment donné, clairement, oui, le doute n'est plus permis, il faut trancher dans l'intérêt collectif en chatouillant certaines susceptibilités personnelles qui, désolé de l'écrire aussi sèchement, sont des atteintes tant à la liberté d'autrui qu'à la nécessaire fraternité – et qui, à force de perdurer, finiront par engendrer des mesures coercitives autrement plus sévères que celles édictées en France. Et là, peut-être, se décider à crier au loup. À bon escient.

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !