semaine 22

Quelques vilains défauts

Edito par Jean Rebuffat, le 10 avril 2020

Image: 

Comme dans le poème de Nerval, elle a passé, la jeune fille, vive et preste comme l'oiseau... Mais par temps de confinement, à sept heures du soir, elle n'aurait pas été seule. Photo d'archives © Jean Rebuffat

Les vieux proverbes recèlent une part de vérité utile dans l'analyse de la nature humaine. Comme elle, ils sont souvent contradictoires. Ainsi en va-t-il pour la curiosité durant cette longue crise sanitaire . L'homme veut savoir et trouve cela en définitive trop compliqué car la démarche débouche rarement sur une réponse claire. Alors autant croire n'importe quoi, de la fake news à la religion. Vive la réponse simple et les solutions toutes faites! Pourtant, en théorie, la curiosité est une qualité. Ce qui serait un défaut s'appellerait l'indiscrétion. Mais en fait, la curiosité comme la critique débouchent sur la remise en question des certitudes, des routines et des conformismes; en ce sens, la curiosité contient une part de danger.

Nous nous croyons surinformés, comme si la répétition de chiffres navrants et en contrepoint d'exemples de dévouement étaient des informations. En réalité, il est dans l'instant très difficile de nous informer correctement pour une raison simplissime: on sait peu de ce virus, on sait peu de cette pandémie, on ne sait pas trop comment lutter. Alors raccourcis faciles, conclusions hâtives et polémiques stériles accourent en masse comme les jogueurs français dans les rues à 19 heures – bel exemple d'effet pervers, soit dit en passant. Pourquoi y a-t-il plus de morts en Belgique qu'ailleurs, par exemple? Eh bien peut-être parce qu'on les compte mieux. On n'en sait rien. Il faudra attendre les chiffres de la surmortalité pour vraiment savoir. Les premiers arrivent et concernent la première semaine de confinement; on note une surmortalité de 10% qui grimpera probablement à 25% la semaine d'après et qui est carrément au dessus ces derniers jours. L'intuition peut aider; la méthode scientifique, c'est observer, classer les observations, émettre une théorie et vérifier si oui ou non, et jusqu'à quel point, cette théorie permet de prédire des phénomènes ou d'en expliquer d'autres jusque là incompréhensibles. Il est évident que l'intuition y joue un rôle et que l'humanité le sait de façon pittoresque et anecdotique entre l'eurêka d'Archimède et la pomme de Newton. Il ne faut pas être spécialement doué pour s'en rendre compte: cette pandémie provoque une hécatombe considérable chez les octogénaires et chez les nonagénaires, il suffit de lire la rubrique nécrologique des quotidiens pour s'en apercevoir. C'est pourquoi les maisons de retraite sont aussi durement touchées.

Évidemment, a posteriori, il faudra prendre des mesures pour être armés face à la prochaine fois et il faudra admettre la faillite générale, et pas rien que celle d'une ministre ou d'un président, de ce qu'on avait pris comme mesures préventives cette fois-ci. A-t-on tous assez ricané à propos du principe de précaution qui aboutit à créer un monde aseptisé et à stocker des millions de masques inutiles et coûteux!

Il est plus simple et plus naturel, hélas, devant le désarroi, d'immoler le bouc émissaire. Qu'il y ait eu des lacunes individuelles, c'est hautement probable. Mais réfléchir à notre style de vie ou remettre en question ses présupposés et ses égoïsmes permettrait peut-être aussi de remettre en question une autre chose hautement probable: sommes-nous, en dehors de toute connotation religieuse, innocents de ce qui nous arrive? Et à titre individuel, dans cette optique, que pouvons-nous accepter de changer? Il ne faudrait pas que la réponse à l'observation selon laquelle le monde est mieux avec moins de voitures, tant en ville qu'à la campagne, soit pour chacun oui, mais pas la mienne. Et mon intuition, là, m'incite à penser que ce n'est pas gagné d'avance...

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN