semaine 04

Myanmar, du Sud-Est au Nord-Est en passant par le Sud-Ouest. (4)

Question d'optique par Jean-Frédéric Hanssens, le 03 mars 2020

Deuxième et dernière série de photos sur la vie quotidienne des Birmans saisies dans différentes régions du pays. Je vous en avais déjà parlé l’an dernier et je vous le confirme cette fois, les Birmans sont pour la plupart souriants et accueillants avec l’étranger voyageur. Contrairement à d’autres pays de l’Asie du Sud-Est, cette gentillesse communicative et ces sourires ne sont pas essentiellement liés à la richesse, sonnante et trébuchante que vous représentez, mais bien surtout au fait que votre présence est synonyme d'espoir démocratique, de développement économique et de progrès social. On ressent à leur contact, sur place, combien ce peuple aux multiples ethnies a souffert et souffre encore du manque de libertés dans ce pays dont le gouvernement se définit comme une « démocratie disciplinée », tout un programme. Leur principale angoisse, ils vous le diront, est de ne plus vous voir venir de si loin pour les rencontrer parce que, toute naïveté mise à part, vous représentez la garantie d’un avenir meilleur sur tous les plans, qu’ils soient de leur niveau de vie à l’espoir d’une expression plus libre, en passant par celui d’une santé meilleure. L’angélisme n’a rien à faire dans ces propos. Les Arakanais dans le Nord-Ouest sont en guerre en ce moment contre le gouvernement pour obtenir leur autonomie. Depuis août 2017, environ 740 000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh pour fuir les exactions des militaires birmans et des milices bouddhistes. Plusieurs milliers ont été tués. La Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné le jeudi 23 janvier au Myanmar et à sa représentante Aung San Suu Kyi de prendre « toutes les mesures » en son pouvoir pour prévenir un génocide à l’encontre de la minorité musulmane des Rohingyas. Une injonction qui reste très symbolique. Quand on se risque à poser la question sur le sujet, qu’ils soient bouddhistes, animistes, catholiques ou hindouistes, ils nous parlent, de prime abord et à demi-mots, de leurs craintes face aux militaires encore en place au gouvernement.


Ça commence comme ça et...


..et ça se termine comme ça !


Ici, le poulet noir passe aussi à la casserole.


Une nourriture omniprésente dans les rues du lever au coucher du soleil, comme partout en Asie.


Les trishaws birmans, à la seule puissance des mollets.


Les Hondas CUB 50, bonnes à tout faire, sont made in Thaïland. Les birmans, sont unaniment, les copies chinoises sont de piètre qualité.


Transports collectifs privés, à la portée du maigre salaire birman.


Aux pieds des montagnes du Triangle d'or à hauteur de la Thaïlande.


Les laisser-pour-compte, victimes du tsunami de 2004 que le gouvernement a parqué dans le village de Dalah située en face de la capitale Yangon (Rangoun). Ils vivent de mendicité et de l’aide d’organisations humanitaires.


Sur les bords du Golfe du Bengale


Sur les bords du Golfe du Bengale. Comment tuer la poule aux œufs d'or en faisant sécher les alevins qui ne deviendront jamais adultes.


Sur les bords du Golfe du Bengale. Comment tuer la poule aux œufs d'or en faisant sécher les alevins et petits poissons qui ne deviendront jamais adultes.


Barracudas séchés.


Ngapali au bord du golfe du Bengale.


Départ en ATR 72 vers la ville de Kyaing-Tong située en plein centre du Triangle d'or.


Le Nord-Est du pays. Photos © Jean-Frédéric Hanssens

photos: 

Marché de Ngapali dans le Sud-Ouest. Photos © Jean-Frédéric Hanssens

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !