semaine 39

Lumières terrestres (25)

Question d'optique par Jean-Frédéric Hanssens, le 07 décembre 2019

C’est avec ces deux photos d’hommes ancrés dans la nature que se termine cette série, tout simplement parce que ma source est tarie sur ce thème, du moins pour l’instant. J’ai découvert par ce travail de recherche que les photographies de paysages pouvaient aussi attirer mon attention. Mon choix pour cette publication s’est porté sur ces deux hommes pour qui la nature, quelque soit la saison et la lumière, est leur lieu de vie, tout simplement. D’abord, ce Touareg photographié dans le sud de l’Algérie. Il nous guidait sur la piste qui menait à l’ermitage du père Charles de Foucauld situé au sommet du plateau de l'Assekrem dans le Hoggar. Partis de Tamanrasset, il nous y emmènera, accompagné d’autres Touaregs, en 6 jours à dos de chameau. C’était en 1976. Nous avons vécu et nous nous sommes nourris comme eux, tantôt invités dans les campements familiaux, ou dormant à la belle étoile dans ce désert énigmatique, parsemé de roches et de pics montagneux. Ces hommes et femmes survivent dans cet environnement terrestre, aride et hostile où les lumières y sont fantomatiques aux levers comme aux couchers du soleil.


Gaucho, Uruguay Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Et puis ce gaucho, rencontré en 2009 dans la pampa uruguayenne. Nous étions accompagnés par mon ami Manucho. Il pleuvait comme vache qui pisse, mais imperturbable, fièrement campé sur sa monture, l'homme poursuivait le rassemblement de son troupeau pour le faire passer de l’autre côté de la route. Tiens, saviez-vous que chaque bovin de ce pays dispose pour paître de l'équivalent de deux terrains de football. C’est ce qu’on appelle de l’élevage extensif. Cet homme représentait, pour moi, les dernières traces encore visibles d’une liberté de vie en harmonie avec la nature dans ce pays dont la capitale, Montevidéo, abrite le Mercosur, le Marché commun de l’Amérique du Sud qui rassemble principalement, l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay. Si le gaucho existe toujours et est mis à l’honneur chaque année en début mars, il aurait tendance à troquer sa monture pour un vulgaire et polluant 4x4. A bientôt, peut-être ?

photos: 

Algérie, désert du Hoggar, Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN