semaine 47

Lumières terrestres 18

Question d'optique par Jean-Frédéric Hanssens, le 17 octobre 2019

De Zanzibar, nous nous retrouvons dans le désert de Namib en Namibie. C’était en mars 2017. La couleur rouge omniprésente du lever au coucher du soleil dans ce désert de dunes, de roches, aux paysages grandioses ne doit pas faire oublier que cet écosystème fragile est particulièrement sujet aux conséquences du réchauffement climatique.


Désert du Namib Photo © Jean-Frédéric hanssens

Même si en 2011, cinq États du Sud de l’Afrique l’Angola, le Botswana, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe ont convenu de confier aux habitants de la région l’exploitation durable et responsable des ressources, selon un modèle similaire à celui des aires communautaires de Namibie. Ce modèle d’autogestion d’aires protégées communautaires constitue un modèle très efficace pour concilier les besoins de la population et la protection des animaux sauvages, tout en favorisant une exploitation durable des ressources. Au sein de ce nouvel ensemble, 36 parcs nationaux, réserves et zones protégées, pour l’instant répartis dans les différents pays de manière isolée, doivent être reliés via des corridors écologiques afin de constituer un réseau sûr pour l’environnement. Malheureusement, tous ces efforts ne suffiront pas, à long terme, à endiguer l’augmentation moyenne de 1,5 °C de la température prévue sur la planète, dans le meilleur des cas. L’ouest de l’Afrique australe devrait s’assécher, connaître des sécheresses plus fréquentes et des vagues de chaleur plus nombreuses à la fin du XXIe siècle. Dans cette région de l’Afrique, les températures devraient même augmenter plus rapidement à 2 °C, et le sud-ouest de la région, en particulier en Afrique du Sud ainsi que certaines zones de la Namibie et du Botswana, devraient connaître les augmentations de température les plus importantes. Saviez-vous que les sécheresses font plus de victimes et provoquent plus de déplacements de populations que cyclones, inondations et séismes réunis. A ce jour, 168 pays (sur 197) se disent touchés par la désertification, processus de détérioration des sols dans les régions arides qui se répercute sur la production alimentaire et qui est exacerbée par la sécheresse.


Namibie. Sossusvlei. La septième plus haute dune au monde. Elle mesure 383 mètres de haut. Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Ces prévisions réalistes sur les conséquences du réchauffement climatique dans cette région d’Afrique est d’autant plus décevante que les populations locales, encouragées par les responsables politiques ont pris en main la gestion de leur écosystème. Et ça, nous avons pu le vérifier sur place lors de notre périple de plus de 7.000 km.


Lire aussi : « Changement climatique : les déserts s'étendent, et voici pourquoi c'est grave »

 

 

 

photos: 

Désert du Namib Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !