semaine 39
Portrait de Yolande Valois
Décodage EXPRESS

Jade : un nom de rêve, un nom mystique

Le 28 janvier 2022

Le jade, connu en Chine depuis la période néolithique, apprécié pour sa dureté, a servi à la confection de haches de 5500 à 4500 avant J.C.

Il faudra l’invasion des conquistadors espagnols pour qu’il arrive en Occident au XVI s. Très intéressés, car ils en avaient appris les propriétés thérapeutiques, ils lui ont donné le nom de illada ou “la pierre pour la fosse iliaque” c’est-à-dire” la guérisseuse “ car, selon les croyances Maya, elle guérit des coliques néphrétiques et des maux de reins ou du colon. La pierre chasse aussi le mauvais esprit qui amène la confusion des genres.

Jade et Néphrite ont la même origine : Nephreticus en latin, signifie “La pierre du flanc”, référence à nouveau à son utilisation pour soigner les maux corporels.

Il y a trois sortes de jade, souvent confondues, on en fait un amalgame. On les assimile au “faux jade” responsable de tant d’arnaques. Issus de trois minerais, la jadéite, la néphrite et le kosmochlor se ressemblent à quelques nuances près: la Jadéite est dense, dure, c’est un silicate de sodium d’aluminium; la Néphrite est composée de silicate de sodium et de magnésium, elle est beaucoup plus facile à travailler lorsqu’il s’agit de façonner des objets d’arts et de la joaillerie, c’est la plus employée et la plus connue. Enfin, le Kosmochlor ou Jade impérial (silicate et chrome) produit un jade superbe dont la couleur émeraude a donné des créations sublimes d’objets d’arts et de bijoux réservés aux dynasties de la Chine impériale.

Où se trouve ce précieux minerai ? Un peu partout, en Russie, Chine, Kazakhstan, Nouvelle Zélande, Canada, Guatemala, Birmanie et, découverte de 2020, dans les Alpes Italiennes. Sa gamme de couleurs est surprenante. Elle évolue du blanc au noir, en passant par un camaïeu de vert, olivâtre, absinthe, jusqu’au brunâtre, avec, parfois, une touche de rose tendre.

Le jade adulé des Chinois, le vert impérial, vient souvent de Birmanie. Il est extrait dans des conditions souvent pénibles, sans beaucoup de moyens. Rappelons-nous l’accident et la mort de 174 ouvriers dans un effondrement de gisement en 2021.

Si le jade a été apprécié un peu partout grâce à la lithothérapie, c’est en Chine, depuis des temps ancestraux, qu’il a atteint le statut de pierre impériale, accompagné d’un cortège de légendes fondatrices de l’Empire du milieu. Ainsi, ce serait NUWA, créatrice du monde, qui, constatant des fêlures dans le dôme céleste, les aurait colmatées en broyant cinq pierres de couleurs différentes, la poussière obtenue aurait recouvert la terre pour y créer un monde de magnificence et le Jade est apparu pour écarter le mal. Il s’associe à l’empereur qui porte le sceptre de jade lors des cérémonies officielles. Des tablettes du même minerai sont distribuées aux cinq rangs de princes. Malheur à eux s’ils en font mauvais usage : si la tablette est détériorée, ils sont destitués.

Le jade est synonyme de pureté, de clarté d’esprit, de tolérance et, surtout, il protège des esprits négatifs.il joue donc un grand rôle dans les rites funéraires. A leur décès, les Empereurs avant les Han, étaient revêtus d’une tunique faite de milliers de plaquettes de jade réunies à l’aide de fil d’or. Les hauts dignitaires y avaient droit également mais les plaquettes étaient assemblées par des fils de soie. L’idée était de protéger la dépouille de la putréfaction. D’autre part, on plaçait dans la bouche du mort une cigale de jade, symbole de la résurrection. D’ailleurs les 9 orifices du corps étaient bouchés par des languettes de la précieuse pierre si appréciée par Confucius.

Les Portugais au XVI s. en ont compris l’importance au niveau thérapeutique et symbolique. Ils ont réalisé des objets d’art somptueux, Les Grecs l’ont apprécié pour les soins des reins et des yeux. En France, au XVIIème siècle, les lettres de l’Hôtel Rambouillet en clamaient la beauté et l’utilité d’un bracelet de jade pour soigner les douleurs néphrétiques.

Aujourd’hui encore, il est dit que les hommes d’affaires ne dédaignent pas de caresser un galet de la Pierre magique, dissimulé aux regards, lors de grandes transactions, afin de garder son honnêteté en toutes circonstances.

Aujourd’hui, les Chinois récupèrent dans les grandes ventes à New, York, Hongkong, Londres et Paris les chefs d’œuvres exportés partout depuis la création de la compagnie des Indes, particulièrement, les pièces provenant des dynasties impériales Ming et Ching.

Il est parfois difficile de ne pas se faire arnaquer car le “faux jade” inonde le marché. En effet l’Antigorite, une serpentine chauffée et colorisée, se substitue avec brio au Jade pur. C’est à l’aide d’instruments spéciaux que les gemmologues détectent les supercheries impossibles à deviner à l’œil nu. Certains faussaires sont parvenus à copier les plus belles réalisations en matière de bijoux. Aujourd’hui le marché du jade se porte bien pour les pièces de grande valeur. Ainsi la Maison Cartier a racheté dernièrement, pour sa collection particulière, le collier de jade impérial, commande réalisée par eux longtemps auparavant pour Barbara Hutton, richissime petite fille du fondateur des magasins Woolworth aux États-Unis. Vingt-sept boules parfaites d’un même bloc de jade, adjugé 27,44 millions de $. Un record pour un bijou de jadéite, mais quelle beauté !

 

Image: 

Le collier Hutton – Mdivani en perles de jadéite a été acheté par la Maison Cartier. Photo © Sotheby

Mots-clés

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !