semaine 15
Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

Ozmo et la lutte contre le sida.

Le 15 janvier 2020

Le Mur 12 a apposé un cartel à droite de la fresque d’Ozmo pour présenter l’œuvre : « Pour la 12e fresque du Mur du 12, et à l’occasion de la journée internationale de lutte contre le sida du 1 décembre 2019, l’artiste italien Ozmo réalise une fresque en hommage au peintre flamand Rubens et de son œuvre San Sebastiano, patron de la lutte contre les épidémies ».

La fresque d’Ozmo nous interroge : Quel est le rapport entre la lutte contre le sida et saint Sébastien ? Pourquoi ce trait rouge qui traverse toute l’œuvre ? Quid de ces petits personnages de cartoons qui détonnent dans une représentation religieuse ?

Saint Sébastien est un martyr chrétien qui survécut à la sagittation[1]. Comme un grand nombre de saints, saint Sébastien était adoré comme protecteur de la peste. La corrélation entre flèche et peste peut nous sembler étonnante aujourd’hui. Les flèches du supplice étaient associées à la propagation des maladies contagieuses car on pensait que les miasmes se propageaient dans l’air, comme les flèches. De la peste qui ravagea le moyen-âge, par extension, Saint Sébastien fut réputé protéger des maladies. Toujours par extension, aujourd’hui, le culte du saint perdure auprès des catholiques homosexuels qui le revendiquent comme saint patron et intercesseur au grand dam de l’Église apostolique et romaine. Il est vrai que depuis la Renaissance et surtout le début du XIXème siècle, Saint Sébastien est un symbole homoérotique et une icône homosexuelle.

Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’Ozmo, qui à plusieurs reprises a représenté saint Sébastien, a, en toute connaissance de cause, choisi de peindre le saint patron des homosexuels, population particulièrement touchée par l’épidémie.

Notons au passage que l’hommage d’Ozmo n’est pas une reproduction à l’identique de son modèle. De nombreuses différences existent qui ne sont pas des détails. D’abord (ceci est une évidence) saint Sébastien a été couché pour prendre en compte la forme du mur bien sûr mais aussi et plus sérieusement parce qu’Ozmo est coutumier du procédé. Mettre à l’horizontale une image iconique c’est la faire descendre de son piédestal et, en quelque sorte, renverser la statue du Commandeur, désacraliser les images sacrées. De plus, il modifie la position des bras et des mains, réduit le périzonium, pixellise le visage, inverse la cambrure du corps. Par contre, l’artiste s’est efforcé de reproduire ce que je désignerais comme « l’identité visuelle » de Rubens, dans le jeu des ombres et des lumières et une forme « classique ».

Si l’audace est de peindre une icône gay pour combattre le sida, Ozmo veut témoigner de sa fidélité au modèle, le tableau de Rubens. Il apparait de cette manière comme une référence culturelle explicite.

Venons-en à ce grand trait rouge qui enveloppe le corps de saint Sébastien sans le traverser. J’y vois une référence claire au ruban rouge qui symbolise la lutte contre le sida. Quant aux petits personnages de cartoons, ils sont, peut-être, les virus qui se carapatent, fuyant le corps soigné. Un clin d’œil de l’artiste à ses premières productions, une façon à la fois de s’approprier le tableau de Rubens et de dédramatiser la scène du martyre.

Le visage du martyr chrétien a été comme pixellisé. Là aussi clin d’œil entre le classicisme du tableau modèle et le procédé moderne qui sert à gommer l’identité d’une personne. On peut y voir la marque d’un miroir ; toi, le regardeur, tu pourrais être à la place de saint Sébastien. Le corps est anonyme donc il peut potentiellement être le corps de tout le monde.

Si la fresque d’Ozmo est originale dans la production française, elle ne l’est pas dans la production de l’artiste. Les sujets religieux, plus précisément, chrétiens, encore plus précisément, les représentations des œuvres les plus universellement connues sont pour l’artiste un terrain de jeu. Un jeu sur les formes, un jeu également sur la réinterprétation des lectures.

L’œuvre d’Ozmo est, avant d’être un hommage au tableau de Rubens, une œuvre pour que chacun se sente concerné par la lutte contre le sida. Une « œuvre de combat » dirons-nous, dont l’intérêt est la prégnance de l’iconographie religieuse dans le street art.

 

[1] Mise à mort par tir à l’arc.

Image: 
Le saint Sébastien d'Ozmo
Détail du visage.
Détail.
Détail.
Les "virus", tout droit issus des codes du cartoon.
Le martyre de saint Sébastien par Rubens.
Saint Sébastien de Eni Guido.
Saint Sébastien de Pierre et Gilles (photographie)
Exemple de pixellisation.
Oeuvre d'Ozmo.
Mural d'Ozmo.
Saint Sébastien d'Ozmo.
Saint Sébastien d'Ozmo.

Mots-clés

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN