semaine 48
Portrait de André Fromont
Haïculs bénis/André Fromont

Un corps à corps

Le 23 juillet 2020

&

Image: 

Moi

Le moineau silencieux

Sculpté dans un bois léger

Libre de devoir

Relier les points lumineux

Qui créent l'image

Que je croyais comprendre

Tu ne ris pas

Quand le muet parle

Soudain

D'une vie privée

De ce qu'il aurait fait

Le jour décline

Déjà

La nuit invente

Un rêve

Un choc, un rêve

Plus un mot

Une larme légère

Une question d'argent

Pour qui ne compte pas

Zorro est sur un piédestal

Dos tourné

Et chaque autre est pour soi

En dehors du cadre

Tracé par l'épée

La vie d'avant

Si quotidienne

Ramassée par terre

J'allonge le regard

Encore un instant

Dehors

Mais hors de quoi

J'y perçois un sommeil

Mort de peur

Pendant que l'ogre me mange

No future

D'une cage à l'autre

Inculpé et témoin

En moi, une forte explosion

Tue l'apnée chérie

Le répit du souffle

Ça se passe comme ça

Dans l'ignorance des regards

Un corps à corps

Sur un plan élevé

J'étais partout

Au-dessus de tout

Sans rien apprendre

Figé dans le bois

De mon corps de moineau

Silencieux

Le vent tombe

D'une peau qui accueille

Mon œil enflammé

La larme est réponse

Définitive

Adaptation/survie

Et pouf

Une pensée tordue

Me projette en l'air

Dans la vie d'avant

Trop quotidienne

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN