semaine 24

Oui à la paix !

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 11 juin 2021

Et on se bouge pour la paix!

Image bucolique : j’étais penchée sur des roses tout juste écloses, environnée d’abeilles et de bourdons ayant vaillamment échappé aux pesticides et herbicides de tout genre, ces ingrédients porteurs de têtes de mort d’une agriculture dévastatrice pour l’équilibre naturel… Et voici qu’un bruit sourd écrase le chant des oiseaux : un B-52 américain en manœuvre otanienne survole la Loire au centre de la France, petit paradis encore plus ou moins naturel ouvert aux cyclistes et aux promeneurs.

La brutale réalité d’une politique agressive aux antipodes de nos rêves d’un « monde d’après », d’un « plus jamais cela », d’un « sauver le climat », d’un « la santé d’abord » (et surtout celle de la planète) s’impose à nous. Sans débat citoyen. Sans consultation populaire. Sans même de débats parlementaires. Le président américain Joe Biden vient dans nos pays pour nous inciter très fermement à participer à « sa » guerre contre la Chine devenue trop importante et menaçant les intérêts économiques, financiers et de suprématie mondiale des Etats-Unis. Sans oublier les habituelles accusations contre la Russie sans cesse provoquée sur ses frontières par les manœuvres otaniennes et que l’on cloue au pilori chaque fois que ce pays réagit. 

Et tout cela coûte terriblement cher. Le Mouvement de la Paix français analyse les comptes :

« Le budget de l’OTAN a représenté, en 2020, 1088 Md$ (Milliards de US Dollars), pour un budget mondial d’armement de 1981 Md$. Les dépenses militaires des USA de 767 Md$ représentent 70,5% des dépenses militaires de l’ensemble des pays de l’OTAN, ce qui confirme leur très grande dépendance à son égard. La France et l’Allemagne dépensent la même somme de 51,6 Md$, le Royaume-Uni 58,5 Md$. Le budget militaire russe, 66,8Md$, est 11,5 fois inférieur au budget militaire étatsunien, celui de la Chine est estimé à 245 Md$. »

 Joe Biden sera donc à Londres les 12 et 13 juin 2021, au G7 sur les questions économiques et le 14 juin à Bruxelles sur les questions politiques et militaires. Question économique, le message est simple :  l’Amérique veut « dominer le monde à nouveau, en position de force », dit-il sans fard. Force économique, en effet, vu le rebond de croissance des Etats-Unis et les nouvelles mesures de lutte contre la crise climatique ; mais surtout, il s’agit de s’opposer « aux activités répréhensibles des gouvernements de la Chine et de la Russie ». Bref, avec les vraies démocraties, on va tailler en pièce les deux autres puissances mondiales au profit des USA aidés par l’Europe. C’est du moins ce qu’espère le président américain.

Et le secrétaire général de l’OTAN, Jan Stoltenberg, d’attiser cette flamme guerrière: "Moscou et Pékin coordonnent de plus en plus souvent leurs positions respectives dans les décisions prises au sein des organisations multilatérales comme l'ONU. En outre, elles réalisent des exercices militaires conjoints, expérimentent ensemble des vols de longue distance avec des avions de combat et [conduisent] des opérations maritimes, mais elles procèdent aussi à un intense échange d'expériences sur les systèmes d'armement et le contrôle d'internet", dit-il (AFP 8 juin 2021)

C’est bien au sein des Nations Unies et en toute clarté que les positions des Etats sont énoncées. Chine et Russie ne font que calquer leur fonctionnement sur celui des Etats-Unis. Le vrai problème est que les Nations Unies n’ont pas été créées pour ces batailles de Titans. L’objectif est de faire régner la paix dans le monde et l’entente entre les peuples. Il s’agit d’une tribune où les Etats peuvent s’expliquer clairement, à la face du monde. Or, ces dernières années, ce sont des G7 ou G20 ou autres rassemblements de chefs d’Etats qui font et défont l’ordre du monde. En dehors de tout débat démocratique. Face à cela, nombre de citoyens et de pays rappellent les idéaux de paix et de développement solidaire et soutenable. Ils le font savoir au travers de la coalition internationale « No to War, no to Nato ». Celle-ci organise un contre-sommet, le dimanche 13 et le lundi 14 juin, en présentiel à Bruxelles et en vidéoconférence (www.no-to-nato.org/wp-content/uploads/2021/06/Programme-Counter-Actions-NATO-summit-14-June-2021.pdf )

Rassemblement à Bruxelles

« Nous appelons le gouvernement belge à revoir son positionnement vis-à-vis de l’OTAN, à s’engager volontairement contre la course aux armements et à investir dans des secteurs et des politiques qui participent réellement et concrètement à notre sécurité et celle de la planète. Nous appelons à un rassemblement ce dimanche 13 juin de 13h à 14h sur la place de l’Albertine. Au programme : action théâtrale, envol de cerfs-volants, discours et musique. », explique la Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD)

Les voix des citoyens seront-elles écoutées, enfin, par ceux qui jouent à cette dangereuse escalade militariste ?

Pour lire l’appel complet et les revendications concrètes : http://www.cnapd.be/appel-a-protester-contre-le-prochain-sommet-de-lotan-du-14-juin/

Plus d’informations sur l’action et sur la liste des organisations signataires : https://www.facebook.com/events/4415337358496589

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !