semaine 08

La manipulation globale ne cesse pas

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 14 janvier 2020

Il a fait exploser le secret autour de la surveillance globale exercée par les services secrets US.

Des lanceurs d'alerte qui protègent nos droits et la démocratie.

« Il y a maintenant des centaines de Cambridge Analytica dans le monde entier », prévient l’Américaine Brittany Kaiser, ancienne salariée de cette entreprise de communication politique, à présent repentie et lanceuse d’alerte. « Les démocraties du monde entier sont vendues aux enchères au plus offrant. Nous publions les documents qui expliquent comment. », lance-t-elle sur Twitter. Il est en effet urgent que nos démocraties affrontent enfin cette menace très grave. L’alerte est ainsi lancée à la veille des élections aux Etats-Unis. Dans un article publié par Médiapart, Brittany Kaiser explique en détail comment s’est produite la manipulation des électeurs dans un livre « Targeted » (« Ciblée », publié chez HarperCollins, octobre 2019). Les données personnelles de la population des électeurs de trois Etats américains ont été récoltées par le biais des réseaux sociaux et notamment Facebook. Les influenceurs de Cambridge Analytica ont catalogué ces personnes en 5 groupes selon leurs caractéristiques psychologiques :  les consciencieux, les névrotiques, les extravertis, etc. Chaque groupe a reçu un spot publicitaire électoral rédigé en fonction de ses caractéristiques propres, afin d’obtenir l’adhésion des électeurs au programme de Trump. Et cela a marché.

La propagande politique est de plus en plus subtile, elle utilise les meilleures ficelles de la publicité consumériste et s’alimente aux gigantesques bases de données alimentées par les consommateurs eux-mêmes qui confient toute leur vie privée aux technologies d’information et de communications numériques : smartphones, mails, téléphonie, réseaux sociaux…

Ce qui était un formidable instrument de liberté est devenu un outil de surveillance et de contrôle à l’échelle mondiale.

Le cas Edward Snowden

L’histoire de cette mutation dramatique est racontée en détail et avec un grand souci d’explications claires et compréhensibles pour un grand public par Edward Snowden. Cet agent de renseignements américain a risqué sa vie et est à présent exilé depuis six ans à Moscou pour avoir révélé le système global de surveillance de tous les Américains et même de toute personne connectée au numérique n’importe où dans le monde, par les services secrets du gouvernement américain. Et cela dans l’opacité politique la plus complète, au mépris de la Constitution américaine et des lois protégeant les citoyens. Son livre « Mémoire vives » est poignant et effrayant à la fois. A travers la vie et le travail d’un petit garçon passionné de cette informatique naissante et qui en fait son métier, devenu un génie de l’internet dans les services secrets américains, on découvre la formidable évolution technologique de ce moyen de communication aux possibilités infinies. On comprend aussi que l’internet, qui était un symbole de liberté d’expression, de communication au niveau mondial est devenu un outil privatisé et mis au service des politiques les plus autoritaristes des Etats-Unis d’abord, des Chinois et des Russes ensuite.

Edward Snowden dénonce la surveillance globale mise en place après les attentats du 11 septembre 2001 sous prétexte de lutter contre le terrorisme d’Al Quaida. La vie privée des Américains (et des autres d’ailleurs) n’existait plus. Bien plus, l’administration américaine privatisait des pans entiers des services de recherche et de développement numériques de ses propres services secrets. Des agents secrets étaient engagés par des sociétés privées pour poursuivre leurs recherches et leurs formations de pointe dans le secteur de la technologie numérique. C’est ainsi que « le trio impérial » (Google, Facebook et Amazon) ouvrait aux services de l’Etat des accès à ses réseaux « via des ordres directs cachés au public ou en se livrant à des manœuvres clandestines ignorées de ces sociétés elles-mêmes. Les données des utilisateurs généraient d’énormes profits pour les entreprises et étaient pillées sans complexe par le gouvernement. Je ne pense pas m’être jamais senti si impuissant. », écrit Edward Snowdon.

Ce livre est passionnant car il décrit longuement cette dérive sécuritaire et cette atteinte aux droits les plus fondamentaux des citoyens. On suit la lente prise de conscience de celui qui est devenu un des plus célèbres lanceurs d’alerte au niveau mondial, avec Julian Assange, Chelsea Manning, notamment. Condamnés à l’exil ou à la prison pour avoir voulu restaurer le sens des valeurs d’honnêteté, de justice, de droits humains, ces lanceurs d’alerte sont de plus en plus nombreux. 

Stéphanie Gibaud, elle-même lanceuse d’alerte française à propos de la fraude fiscale par UBS France, a consacré un livre à ces nouveaux héros de notre temps : « La traque des lanceurs d’alerte », avec préface de Julian Assange. A lire aussi pour nous inciter à mieux aider ces nouvelles sentinelles de la justice et des droits humains.

https://www.mediapart.fr/journal/international/100120/brittany-kaiser-reveille-le-scandale-cambridge-analytica

Edward Snowden. Mémoires vives. 2019. Paris. Seuil. 380 p. www.seuil.com.

Stéphanie Gibaud. La traque des lanceurs d’alerte. 217. Paris. Ed. Max Milo. www.maxmilo.com

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN