semaine 41

Les ténèbres

Une édition originale par Thierry Robberecht, le 26 septembre 2021

© Serge Goldwicht

Un nouveau-né dans une famille secoue violemment l’arbre généalogique. C’est un tremblement de terre et une révolution, chacun tentant de garder sa place sur les branches de l’arbre. Ma mère a gagné sa place de haute lutte en nous élevant seule du mieux qu’elle pût avec un salaire de misère, ma sœur et moi. En travaillant dur et en économisant franc par franc. Une vie de dur labeur et de souffrance. Elle est incontournable. Nos grands-parents maternels également en nous chérissant de tout leur cœur : « Tu as encore faim manneke ? Bobonne a quelque chose pour toi. ». Ce n’est pas le cas de notre père qui, après avoir abandonné sa famille n’a jamais daigné prendre contact avec nous. Moi, je peux le comprendre puisque je suis un imbécile qui n’a  pas fait son service militaire si important à ses yeux mais ma sœur, ma talentueuse sœur, pourquoi ? Un homme qui abandonne sa famille en ne donnant aucune nouvelle tombe dans l’oubli aux pieds de l’arbre généalogique et disparaît presque immédiatement, dévoré par les insectes et les oiseaux du temps. Il ne reste quasiment plus rien de ce salaud mais ses descendants, trois petits- enfants et un arrière petit enfant dans ce cas-ci veulent légitimement savoir d’où ils viennent et creusent aux pieds de l’arbre généalogique. Ils sont jeunes et vigoureux. En quelques pelletées énergiques , ils tombent sur un cadavre en putréfaction qui me ressemble vaguement. Très vaguement, je l’espère.

Les petits-enfants et l’arrière petit- fils ne craignent pas les morts mais le cadavre a peur de ses descendants et de la lumière. Paniqué, il se retourne et comme un animal apeuré creuse rapidement la terre avec ses doigts maigres pour fuir encore une fois. En quelques secondes, il disparait dans les profondeurs des ténèbres de la terre. A jamais.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !