semaine 42

Emma

Une édition originale par Thierry Robberecht, le 01 mai 2021

© Serge Goldwicht

Il n’a aucun succès auprès des femmes. Il se console en lisant énormément et en tombant éperdument amoureux de Madame Bovary, de Madame de Rênal et d’Anna Karénine. Sa vie est un tel échec qu’il s’enfuit et s’enfouit dans les livres où la vie est mille fois plus belle. Pas toujours. Il s’inquiète pour les femmes dont il est tombé amoureux. Découvrir Emma Bovary dépenser tant d’argent et surtout tomber amoureuse d’un homme qui ne l’aime pas le met à la torture. Il voit bien qu’elle va droit à la catastrophe. Il le voit bien et s’inquiète tellement pour elle qu’il voudrait la prévenir, l’alerter, la sauver.

Sa lecture est si intense qu’il se retrouve réellement dans le livre. C’est parfait puisqu’il est amoureux d’Emma et qu’il aimerait lui offrir une vie plus intense que celle qu’elle mène entre un mari mièvre et un amant méprisant. Elle est si belle. Il se retrouve à Yonville au bon moment. Ni trop tôt, ni trop tard. Débouler dans le roman après la mort d’Emma serait stupide. Il connait si bien le roman qu’il n’a aucune peine à trouver son chemin dans ce bourg minuscule en passant devant la boutique de Homais, le pharmacien imbécile. Pendant quelques secondes il est tenté d’aller voir à quoi ressemble l’apothicaire mais il se reprend. C’est Emma qu’il veut voir et sauver. Il frappe à la porte des Bovary.

  • Le docteur Bovary est absent ce matin, lui annonce une domestique. Il est parti en consultation dans le bourg voisin.
  • C’est Madame Bovary que je viens voir.

La domestique le conduit jusqu’au salon où Emma, assise dans un canapé, lit un livre dont il ne parvient pas à déchiffrer le titre alors qu’il donnerait sa vie pour le savoir.

- Bonjour Monsieur, lui dit Emma souriante. Que puis-je pour vous, Monsieur que je n’ai pas l’honneur de connaître ? Désolée de vous recevoir dans cette robe. A Yonville, les couturiers ne savent rien de ce qui se porte aujourd’hui. Vous venez de Paris ? demande-t-elle, les yeux pleins d’espoir.

C’est vrai qu’elle est belle même si elle parait terriblement fragile. Ses yeux sont des pierres précieuses.

- Non, Madame Bovary, bégaie le visiteur, je suis venu vous mettre en garde.

- En garde ? Monsieur. En garde contre quoi ?

  • J’ai bien peur que la vie que vous menez vous conduise droit à la catastrophe. Je suis persuadé vous seriez plus heureuse avec moi.
  • Emma est étonnée, à la limite de la colère. Monsieur, je ne vous comprends pas. Que savez-vous de ma vie ? Auriez-vous prêté trop d’attention aux commères du bourg ?
  • Je connais, votre vie Madame Bovary, car vous êtes l’héroïne d’un livre. La plus grande partie de votre existence se trouve dans un livre.
  • Mais, mon bon Monsieur, la vie de chacun se trouve dans un livre ! C’est une évidence et une banalité. Le plus important est de savoir qui dirige notre existence et qui en est l’auteur. J’ose croire que c’est moi qui mène ma vie à mon gré même si, comme vous le dites, je cours à la catastrophe.

. La catastrophe, c’est moi qui la choisis même si je sais que mon auteur est beaucoup plus illustre que le vôtre.

Emma sonne la domestique qui apparaît après quelques secondes.

  • Je vous prie de reconduire cet individu qui s’est trompé d’adresse, lui dit Emma.
  • La domestique reconduit notre héros jusqu’à la sortie du livre dont la couverture se referme bruyamment derrière lui

A la porte du livre, notre héros se sent perdu mais il a retenu la leçon. Dès à présent, il sera l’auteur de sa vie. Voilà pourquoi, il quitta cette page vers la droite et personne n’entendit plus parler de lui.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !