semaine 41

R comme radio

Par Théophraste ! par G. Lefèvre, le 20 août 2021

Le poste radio d'où est parti le message annonçant au monde la prise de pouvoir de Lénine et l'avènement du communisme en Russie. | CRÉDIT PHOTO : OUEST-France

Notre « abécédaire du journalisme » s’attache aujourd’hui à une formidable révolution dans nos sociétés : l’émergence de la radio.

Cette invention de Marconi en 1899 allait permettre à la radiodiffusion de bousculer les grands journaux et d’élargir l’univers des médias vers son héritière et grande concurrente : la télévision.

C’est en Russie que se passe cette révolution, lorsque « le 6 novembre 1917, du croiseur Aurore, la radio diffuse à tous les districts de la capitale russe un message aux termes duquel le soviet de Petrograd prend la tête de la résistance aux « conspirateurs » du gouvernement légal. » (Francis Balle, Information et « désinformation ») Ce gouvernement Kerenski avait détruit les imprimeries de deux journaux bolchéviques, indispensables à la propagande de la révolution. Trotski s’empressa d’ailleurs de reprendre leurs ateliers. La radio est donc entrée en scène lors de la plus importante révolution du siècle passé, comme moyen d’information collective au moment même où se déroule l’événement. Une première et une évolution radicale de l’information qui se fait en temps réel et de manière permanente.

Les Etats-Unis utilisent ce média en 1921 lors de la campagne présidentielle opposant le républicain Warren G. Harding au démocrate James M. Cox. En novembre 1922, de la Tour Eiffel est diffusé le premier journal radiophonique français. La BBC se lance une semaine plus tard dans cette grande aventure journalistique qui fera plus tard sa gloire.

La radio devra dès sa création naviguer entre information et propagande. Plus rapidement que la presse écrite, elle devient un enjeu de pouvoir à cause précisément de son immédiateté et de la grande facilité de diffusion dans le public le plus large d’un pays. En 1927, les Etats-Unis promulguent la loi fédérale sur la radiodiffusion, et en Grande-Bretagne, la BBC devient une corporation publique. En France, elle dépendait du ministère des P.T.T.

L’essor de la télévision étant freiné par la deuxième guerre mondiale, la radio devient un instrument de résistance fondamental, tandis que pour les Nazis, elle représente un élément de propagande essentiel.

La radio a ceci de particulier qu’elle est, en Belgique du moins, l’exemple le plus évident du service public. Ses journalistes sont, en cas d’urgence, de crise, de catastrophe, la référence du public et ils doivent répercuter au plus vite les messages de crise de l’Etat de droit afin d’organiser la population, la protéger en cas de catastrophe notamment. Rapidité, souplesse, rigueur sont difficiles à associer. Et la radio souffre trop souvent de la dictature de l’urgence qui empêche la vérification élémentaire de certains faits.

D’autre part, dans les pays en voie de développement, la radio est devenue le seul accès à l’information crédible car la presse « papier » est trop coûteuse et impossible à diffuser dans des populations trop largement analphabètes. Elle est aussi devenue un instrument d’éducation permanente en diffusant des programmes de santé, d’éducation et d’apprentissages divers. Elle permet aussi de recueillir le patrimoine culturel oral d’une société ce qui en fait l’instrument indispensable d’un échange culturel au niveau mondial.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !