semaine 38

O comme objectivité, opinion

Par Théophraste ! par G. Lefèvre, le 02 juillet 2021

La leçon donnée par Sherlock Holmes: il y a ce qu’on voit, ce qu’on ne voit pas, ce qu’on croit voir, ce que l’on imagine voir et ce que l’on donne à voir… Photo © The Complete Edition of " Sherlock Holmes - Arthur Conan Doyle ". AUDIOBOOK. Auto-Edition.

C’est avec nos yeux et nos oreilles que nous voyons et entendons, avec notre cœur et notre mémoire que nous comprenons, avec nos sentiments que nous, journalistes, écrivons, parlons, filmons. Comment diable être objectif sans devenir un robot ? En prenant le recul pédagogique, en donnant l’information la plus complète possible, en ne taisant pas les lacunes, les interrogations sur la véracité de tel ou tel fait.

Il nous faut donc prévenir le lecteur des différences entre les faits avérés et les opinions, les commentaires.

Ce lecteur doit savoir où il se trouve : s’il s’agit d’un journal d’information générale qui se veut « neutre » (mais est-il possible d’être entièrement neutre ?), d’un journal d’opinion avérée et clairement annoncée. Le public se réfère souvent au service public qu’est la RTBF et qui doit être neutre, à savoir non partisane, clairement au service de l’information afin de fournir les informations qui permettent aux auditeurs, téléspectateurs de décrypter les enjeux de la vie commune et d’agir en citoyens éclairés et responsables. (1)

Le journaliste doit savoir aussi quels mots il utilise et surtout leurs connotations politiques et idéologiques. Ainsi, un Palestinien est-il un terroriste ou un résistant ? L’objectivité serait de dire un combattant quand il a les armes à la main et qu’il attaque des militaires. Un résistant quand il dénonce l’occupation de son territoire. Un terroriste lorsqu’il attaque des victimes civiles non armées et indifférenciées. Une analyse sémantique à appliquer à l’histoire : les Nazis appelaient terroristes des résistants et l’armée israélienne qui pilonne des populations civiles à Gaza ne se rend-elle pas coupable de terrorisme ? Cette différenciation linguistique doit bien entendu s’appliquer aux tragiques situations vécues au Yémen, au Cachemire, au Tigré, au Sahara Occidental… Reste que le mot terrorisme n'est pas défini clairement au point du vue du droit. Dans notre droit belge, c'est l'objectif d'intimidation qui est l'élément fondamental.

 Cela suppose que le journaliste prend ses distances avec la phraséologie des personnalités politiques qui utilisent certains termes pour faire passer leur propagande politique. Le jeu est dangereux. Il dépasse le bon usage d’un dictionnaire. Il est au cœur même de l’information dont le principal vecteur est le langage. (Voir propagande).

Ainsi, sur la question délicate des migrations, le Conseil de déontologie journalistique a planché longuement sur la manière de décrire la réalité très complexe des migrations, des statuts des personnes d’origine étrangère arrivées sur notre sol. Une recommandation salutaire pour tous, journalistes ou non. (2)

Cela ne signifie pas que le journaliste ne puisse avoir une opinion. C’est la preuve qu’il réfléchit à sa position dans la société, à son regard sur le monde. Mais il ne peut l’imposer au public ou alors de manière très claire : dans un édito, dans un commentaire. Il annonce l’angle qui sera pris et pourquoi. C’est une manière d’entamer un dialogue avec le public.

Un organe de presse peut parfaitement afficher une opinion, une idéologie, mais encore une fois cela doit être clairement annoncé et les journalistes doivent plus que jamais séparer les faits des opinions et commentaires. Ils ne peuvent pas déformer l’information en fonction de cette idéologie ni taire des éléments essentiels à la compréhension d’un phénomène complexe de la vie en société. C’est cela l’objectivité : donner tous les arguments possibles afin que le public se fasse sa propre opinion.

1. https://www.csa.be/document/5e-contrat-de-gestion-rtbf-publie-au-moniteur-belge/

2. https://www.lecdj.be/wp-content/uploads/carnet-9-Recomm-personnes-etrangeres-avec-lexique-PQ-2.pdf

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !