semaine 49

« Julian Assange parle »

Par Théophraste ! par G. Lefèvre, le 23 décembre 2021

Des pensées et observations critiques, éclairantes, interpellantes.

On parle beaucoup de lui, et à raison, mais il parle aussi. La journaliste et écrivaine Karen Sharpe a recueilli un certain nombre de textes et pensées de l’inspirateur du WikiLeaks qui a bouleversé le monde en général, les Etats-Unis en particulier.

Et cela secoue les méninges, les préjugés, les blocages intellectuels par rapport à la formidable évolution de l’internet, merveilleuse ouverture aux échanges libres, bases d’une nouvelle démocratie mais devenu en partie un outil de manipulation mentale à grande échelle.

Voici ce qu’en dit Assange : « L’Internet est devenu le dispositif le plus important pour révéler la vérité, au moins depuis la naissance de la presse écrite. Il est devenu l’antidote numéro un à la télévision. Les démocraties sont toujours poussées à la guerre par des mensonges. « (…) Ce ne sont pas seulement des mensonges des analystes du renseignement, mais aussi ceux de la grande machine médiatique. Et qu’est-ce que la grande machine médiatique ? Eh bien, ce sont les diverses institutions qui se sentent trop à l’aise et trop proches du pouvoir, ce même pouvoir dont elles sont censées rendre compte, contrôler et consigner les faits historiques. Internet va à l’encontre de cette tendance et de courant d’organisations puissantes et corrompues qui produisent une vision déformée du monde. Pour la première fois dans l’histoire, cela a permis à une personne porteuse d’une certaine vérité à parler à toutes les personnes qui veulent entendre cette vérité. » (*)

Voilà pourquoi Julian Assange est en prison et les principaux lanceurs d’alerte vivent exilés et menacés par le pouvoir étatsunien. Par contre, ceux qui violent la loi, ceux qui participent au système politique corrompu, ceux-là vivent libres et ne sont pas inquiétés par cette même justice.

Dans le monde entier, des voix s’élèvent pour dénoncer cet emprisonnement injuste, la dureté de la privation de liberté d’un homme qui a simplement voulu révéler au monde entier les mensonges des Etats-Unis en guerre contre le droit. Voilà pourquoi le livre publié par Investig’Action s’ouvre sur l’appel de 170 personnalités pour Julian Assange. « Le droit doit aussi s’appliquer aux puissants. », disent-ils. « S’ils ont commis des crimes, nous avons le droit de le savoir et ils devront rendre des comptes. Et c’est l’honneur du journalisme de défendre les faibles contre les puissants en exposant leurs crimes. Les attaques contre Assange sont donc une guerre contre le véritable journalisme. » (*)

A l’heure où des milieux d’extrême-droite et des manipulateurs des opinions s’attaquent même physiquement aux journalistes afin de les discréditer, afin de disqualifier la pensée critique basée sur des informations vérifiées et des débats contradictoires, il est plus que jamais nécessaire de soutenir Julian Assange, les autres lanceurs d’alerte, les journalistes qui ont le courage de révéler au monde les manquements à la loi et aux droits humains, les atteintes à la démocratie commis par les puissants de ce monde. Démonter les mensonges est difficile, c’est un métier exigeant et périlleux. C’est avant tout un devoir car il s’agit de sauver notre démocratie basée sur un engagement de citoyens éclairés par le travail journalistique honnête, indépendant, courageux.

  • Karen Sharpe. “Julian Assange parle”. Ed. Investig’Action. 2021.

(*) « Fighting propaganda », sur TheWikiLeaksChannel, 15 mai 2019.

(*) https://www.investigaction.net/fr/appel-pour-julian-assange-de-nombreuses-personnalites-se-mobilisent/

 Pour une résolution au Parlement belge

Les soutiens belges regroupés pour la cause de la fin des poursuites à l’encontre de Julian Assange, essayent de sensibiliser les parlementaires belges sur ce dossier. Le comité free Assange et Belgium4assange ont envoyé aux différents groupes politiques de la Chambre un courrier urgent en leur demandant de voter une résolution pour l’arrêt des poursuites et la libération du journaliste australien, éditeur de Wikileaks.

Voici le texte:

« Madame, Monsieur

La situation de Julian Assange s’est encore plus – si cela est possible ! - dramatiquement dégradée ces dernières semaines.

La Cour d’appel de Londres, contrairement au tribunal de première instance, a déclaré extradable le journaliste australien. Le fondateur et éditeur du site WikiLeaks est enfermé dans des conditions indignes à Londres, en vue d’une extradition demandée par les Etats-Unis à la suite des publications par WikiLeaks de nombreux documents authentiques sur la conduite des guerres au Moyen-Orient et sur la diplomatie des USA. Depuis lors ces derniers n’ont de cesse de pourchasser Julian Assange, par de nombreux moyens, judiciaires ou même illégaux. Le Royaume-Uni prête son concours à ces poursuites d’un homme qui n’est ni citoyen britannique ni américain, jamais condamné pour aucun crime ou délit aux USA ou au Royaume-Uni. Les Etats-Unis se vengent clairement de ces révélations qui ont abîmé considérablement leur image

Des recours sont encore possibles et certes la défense les utilisera. Mais d’ores et déjà le processus judiciaire mené au Royaume-Uni contre Assange a montré et montre encore toute sa partialité, son formalisme trompeur derrière lequel s’abrite un processus de destruction continu d’un homme. Alors qu’il pourrait en fait attendre le résultat de la procédure à domicile, en situation « préventive » en quelque sorte, Assange est enfermé à la prison de haute sécurité de Belmarsh depuis trois ans bientôt, après avoir été confiné sept ans dans une pièce de l’ambassade d’Equateur à Londres.

Le procès pourrait encore durer un ou deux ans. L’état de santé d’Assange continue de se détériorer. Il a été victime d’un AVC (certes limité, mais qui pourrait être précurseur d’évolution plus lourde) lors des audiences fin octobre, qu’il suivait péniblement par vidéo.

Nous avons acquis la conviction, ainsi que de nombreux observateurs parmi lesquels le rapporteur de l’ONU contre la torture Nils Melzer, que le processus judiciaire, sa prolongation, et l’enfermement «   préventif et sans condamnation » d’Assange constituent en fait la peine indéfinie que ses procureurs lui infligent sans relâche – « la peine, c’est le procès ». Il pourrait en mourir ou, au minimum, en rester définitivement détruit.

Et avec lui, c’est bien sûr la liberté d’informer qui sera gravement atteinte, et tous les lanceurs d’alerte encore plus dissuadés.

Il est devenu clair qu’une pression internationale est le moyen principal pour le sauver.  Si de nombreux groupes et associations s’y activent, les parlements pourraient jouer un rôle essentiel.

Nous demandons donc instamment et que les députés de tous les groupes politiques, ensemble et par-delà toute rivalité ou division, s’accordent urgemment pour voter une résolution demandant :

- au gouvernement britannique la libération immédiate d’Assange – même si cela doit passer par une forme conditionnelle –, de sorte qu’il puisse sortir de cet enfer, être soigné et vivre auprès de sa famille

- au gouvernement britannique et à son ministre compétent d’arrêter la procédure et rejeter définitivement l’extradition.

- au gouvernement des Etats-Unis – président et DOJ (ministère de la Justice) – l’arrêt définitif des poursuites

- au gouvernement belge de s'engager à fournir à Julian Assange une protection juridique s'il venait à séjourner dans le pays.

- au gouvernement belge de transmettre cette résolution de la Chambre à qui de droit et de lui-même exprimer des souhaits semblables.

Madame, Monsieur le chef de groupe, députée ou député, peu importe qui introduira le premier, le deuxième ou le dernier un texte, du moment que cela soit fait au plus vite, et que cela contribue à sauver Julian Assange. Ne nous décevez pas.

Veuillez recevoir nos cordiales salutations. »

https://www.belgium4assange.be/

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !