semaine 08

Une virtuosité folle 

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 14 novembre 2019

La pochette du disque

Généralement, on connaît peu le répertoire du violoncelle et le grand public belge a redécouvert cet instrument grâce à la session du CRE qui lui est désormais consacrée tous les quatre ans. A cette occasion, de jeunes instrumentistes font assaut de talent et de virtuosité avec les oeuvres à la fois les plus difficiles et les plus fréquentées.  À côté de cet événement ponctuel, de talentueux violoncellistes d’ici s’emploient au quotidien à nous faire découvrir l’instrument et sa musique. 

C’est le cas d’Olsi Leka qui en compagnie du pianiste Piet Kuijken, nous propose l’enregistrement sur CD d’une série de pièces dont le point commun est la virtuosité. Le plat de résistance de ce Cello In Madness  est constitué de compositions d’Éric Feldbusch (1922-2017), violoncelliste belge de grande carrure. Il fut aussi résistant antinazi emprisonné à la Citadelle de Liège et condamné, mais il échappa de justesse à son exécution. Tout cela a bien a été retenu par Olsi Leka toujours féru d’histoire, car, inévitablement, la vie comme la musique de Felbusch furent marquées par cette guerre.  

Les oeuvres du CD sont rapprochées dans le temps, mais sont de styles différents.  Mosaïque, qui est une suite de trois pièces pour violoncelle seul - laquelle a complètement emporté ma faveur - a été inspirée par le roman  Le Dernier des Justes d’André Schwartz-Bart et consiste en trois mélodies venues de traditions juives de différents pays. Ponctuée par quelques accords, cette  Mosaïque est jouée avec tant de souplesse, de fluidité qu’on en perd de vue le ressort tragique. En revanche, la gravité est fort présente dans les Trois mouvements pour piano op 19, à l’écriture plus sérielle et où l’on suit Piet Kuijken dans la zone la plus sombre des oeuvres de ce CD. Quant à Cadence et Allegro, elle nous renvoie à la découverte de la musique russe par Éric Feldbusch. 

L’auditeur pourra encore découvrir Vieux Quai op 9 , de Georges Lonques (1900-1967), musicien actif à Gand qui s’est inspiré du poème Vieux Quais, au pluriel cette fois, du poète Georges Rodenbach. Une pièce que je rangerais dans la catégorie élégie. 

Enfin, et c’est l’oeuvre que l’on trouve en entrée, vient une Sonata da camera op 6 de Pietro Locatelli (1695-1764) écrite pour le violon, mais que Alfredo Piatti (1822-1901), violoncelliste virtuose italien, n’a pas manqué d’arranger en pièce de bravoure pour son instrument. Bien entendu la référence baroque demeure et le côté brillant est complètement maitrisé par Olsi Leka et Piet Kuijken qui signent ensemble ce CD intéressant à beaucoup d’égards et réussi de bout en bout. 

The Cello In Madness :  Olsi Leka , violoncelle ; Piet Kuijken - piano.  Phaedra Music

Extraits  : https://www.olsileka.com/produit/the-cello-in-madness/`

 

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN