semaine 49

Toots, a Belgian legend

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 10 mai 2022

Jean-Claude Salemi signe les décors de l'exposition dédiée à Toots Thielemans © JC Salemi

Toots Thielemans, s’il ne nous avait pas quitté en 2016, aurait eu 100 ans cette année. À cette occasion, la Bibliothèque royale de Belgique, dépositaire des archives de l’artiste, ainsi que le Musée des Instruments de musique de Bruxelles qui conserve ses instruments se sont mis d’accord pour composer un très bel hommage réunissant découverte et plaisir. Au départ, un casque audio vous est remis à l’accueil, accessoire des plus utiles pour s’offrir quelques morceaux en écoute individuelle  correspondants à chacune des étapes du parcours. 

Toutefois, l’ambiance générale jazzy et plus spécifiquement le « sound» Toots omniprésent, est une des belles réussites de l’exposition. De quoi clouer sur place les visiteurs - dont moi - complètement subjugués par ce magnifique habillage musical. Des musiques enveloppantes aux lignes mélodiques fortes, des compostions qui rappellent à tous que l’immense talent de ce Ketje des Marolles qui l’a conduit au pinacle des stars USA des harmonicistes et des guitaristes - sans oublier l’aspect siffleur - de jazz. 

Cette rapide ascension américaine, mais aussi européenne fut favorisée par l’émergence après-guerre des premiers grands Festivals de jazz créant des opportunités de rencontres et de collaborations. Ainsi Toots eut-il l’occasion de partager la scène avec Beni Goodman, de tutoyer des « collègues » comme Miles Davis, Charlie Parker ou Louis Amstrong. 

S’il est bon de baigner dans cet univers musical il faut aussi s’attarder à la présentation très « 33 tours » des étapes de la carrière de Toots. Une idée originale, fort à propos et magnifiquement réalisée par Jean-Claude Salemi, qui conjugue ici ses métiers d’illustrateur, de graveur  mais aussi de musicien. Trop bien !  

Ailleurs, de très classiques vitrines amènent des éléments plus biographiques de Toots. Le petit accordéon de ses débuts gamin, Plus loin, un étui de guitare complètement cabossé, rapiécé de partout, scotché d’étiquettes de bagage d’aéroport . On voit aussi deux de ses très belles guitares électriques Gibson, 1951 et 1956. Un espace est consacré à l’harmonica en général avec des modèles du plus basique ou plus sophistiqué. Puis on trouve aussi des affiches, des photographies, des partitions, dont l’immanquable « Bluesette » (1962) indémodable succès. Évocation encore de ses nombreuses musiques de film et des albums studio qui se suivent d’année en année. En fin d’expo, on peut se poser devant une vidéo où l’artiste, loin de toute sophistication d’ordre médiatique, se raconte, en toute simplicité…A voir et à entendre. 

Expo Toots 100 : KBR, Mont des Arts, 1000 Bruxelles. Jusqu’au 31 aout 2022. Infos: kbr.be

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !