semaine 38

Gilbert Peyre, l’électromaniaque

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 01 février 2017

"Danseuse du ventre" de Gilbert Peyre ©jherrent

La récupération d’objets est aujourd’hui dans le vent. Cela l’était beaucoup moins il y a quarante ans, ce qui correspond à peu près aux débuts de la carrière du plasticien Gilbert Peyre. À cette époque, Gilbert Peyre fabriquait des jouets à roulettes en boîtes de conserve et les vendait aux puces Porte de Clignancourt. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts, et le bricoleur de bidules sympathiques a orienté son champ d’activité vers la sculpture animée. En fait ce sont des sortes d’automates aux formats divers et créés sur base d’objets réhabilités. Bien sûr en bougeant, ces automatiques électromécaniques ou électropneumatiques, c’est selon, font pas mal de bruit. Outre les grincements et couinements des rouages, chaînes et ferrailles diverses, le sculpteur a joint d’inquiétants effets de disques 33 (ou 48) tours.

Sous contrôle d’un préposé à l’exposition, tout cela fonctionne plus ou moins, mais n’est pas à l’abri d’une panne. Par exemple, l’Haltérophile électropneumatique n’a jamais pu achever son “jeté”, une Danseuse du ventre électromécanique n’achèvera jamais son déhanché. Des défaillances très humaines, en somme !

Outre les œuvres “solos”, il y a des “installations performances” mais sans acteurs. Qu’elles soient minuscules – tel le Rap danse - ou géantes, avec des “actions” complexes et surprenantes, toutes s’adressent directement à notre imaginaire, à moins qu’elles ne réveillent nos cauchemars d’enfant.

Visuelles et sonores, ces machines extravagantes nées d’un esprit ingénieux et poétique, créent une assez séduisante ambiance de fête foraine et entrent parfaitement en résonnance avec l’esprit de la Halle Saint Pierre qui est un centre culturel parisien dédié à l’art brut et à l’art singulier. Ce lieu abrite aussi une extraordinaire librairie spécialisée dans les écrits sur l’art et un café convenant tout à fait aux pauses déjeuner. Située en contrebas du Sacré-Cœur de Montmartre, la Halle Saint Pierre offre une tranquillité inattendue dans une zone débordante de touristes.

Gilbert Peyre : Halle Saint Pierre, Musée d’art brut, 2, rue Ronsart, 75018 Paris. Jusqu’au 23 avril 2017.

Autres informations : http://www.hallesaintpierre.org

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !