semaine 48

Espoir au Rouge-Cloître

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 22 octobre 2021

Dûment ripolinée, la Maison du Prieur du Rouge-Cloître, côté face ©L.VdW

Cela fait 20 ans que la Maison du Prieur du Rouge - Cloître à Auderghem, commune de Bruxelles, attendait de renaître. 20 ans ? Il semble que pour les Auderghemois, à savoir ceux qui ont vu la Maison du Prieur pourrir sur place, c’est plus qu’une éternité. Du reste, on peut lire quelque part que les autorités, utilisant la  langue diplomatique,  parlent « d’importantes dégradations ». Le miracle est que la charpente datant du 15e siècle fut remarquablement conservée. Du vrai bon bois, venant probablement de la Forêt de Soignes, qui fut par ailleurs terrain de chasse de Charles-Quint. 

Située sur le site Rouge-Cloître, lieu de promenade fort prisé par les Bruxellois et aussi par les pêcheurs de carpes, la Maison du Prieur est un des plus anciens vestiges de l’ancienne abbaye construite entre les 14e et 15e siècles et laquelle a connu des transformations aux 17e et 18e siècles. La Maison du Prieur - qui fut aussi salle du chapitre - était accolée à l’église dont on trouve facilement les traces au sol. Notons que le peintre gantois Hugo Van der Goes (1440-1483) s’y retira pour y mourir. 

En 1786, les religieux quittèrent le site et Rouge-Cloître devint bien national. Il a fallu attendre 1965 pour que l’ensemble des bâtiments qui ont échappé à la destruction, dont la fameuse aile du Prieur, soit classé. Il y a quelques années les murs d’enceinte furent restaurés, un verger et un jardin potager y sont bien entretenus. Les premiers projets de rénovation concernant la Maison du Prieur furent initiés par le Service Public Régional de Bruxelles qui a commandité les travaux au bureau d’architecture Origin et LD2 (à par égale entre acteurs néerlandophones et francophones) avec son « Group monuments » spécialisé en rénovation de patrimoine, qui a été chargé de la restauration. Le chantier aura duré 2 ans. 

Près des étangs, la petite Maison du Meunier, régulièrement sous bâche, semble attendre sa rénovation, mais, à ma connaissance, personne n’en parle. Par ailleurs, dans ce superbe domaine architectural, forestier et artistique, personne n’a encore songé à installer des toilettes publiques… Sans doute faudra-t-il attendre une autre éternité ! 

Actuellement, à la Maison du Prieur, tout est  blanc. Dehors et dedans, c‘est blanc. Immaculé, jusqu’à présent. D’un côté du bâtiment, il y a la façade néo-classique et de l’autre côté, les baies en ogives délimitent l’ancienne galerie du cloître. Un espace servira pour de l’horeca qui attend un candidat restaurateur. D’autres locaux, notamment à l’étage, seraient destinés à des activités socio-culturelles. Rien de précis jusqu’à présent. À ceux qui veulent soumettre un projet, c’est le moment ! 

Espérons que les décideurs seront clairvoyants quant à l’attribution de ces espaces où tout un chacun peut trouver de l’intérêt, sans oublier de répondre à des propositions novatrices. Attendre et voir. À titre d’Auderghemoise, je guette cela avec la plus extrême attention et même avec impatience. 

D’autres lieux ont pourtant déjà été réanimés. Si la Taverne des moines qui était si bien tenue, s’est malheureusement délayée dans le Covid 19, elle conserve sous le label « Jardin des moines asbl », ses activités de sensibilisation à la nature.  

À 100 mètres de là, le Centre d’Art dédié aux expositions BD et Illustrations reprend du poil de la bête en étendant enfin ses jours d’ouverture. Par ailleurs le Théâtre de la Parole (ex-Maison du  Conte) semble à nouveau offrir une programmation destinée à des publics dédiés. L’asbl Cheval et Forêt quant à elle, dispose de bureaux à côté de l’écurie des puissants chevaux de trait et débardage, habitués aux groupes d’enfants et aux personnes handicapées qui viennent parfois les soigner. Des ateliers d’artistes, dont on regrette qu’ils ne soient pas ouverts en dehors des week-ends, susciteraient davantage d’interêt avec de vraies propositions destinées au public. Enfin, une affichette signalant « Jaune - Bleu », annonce un atelier partagé  avec des possibilités de formations, de coworking et d’expos. Là aussi, on attend la suite. Patience, cela bouge ! 

Rouge-Cloître, 1160 Bruxelles. Toutes les informations sont disponibles :  www.rouge-cloitre.be

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !