semaine 38

Carré d’as : Le Quatuor CoryFeye

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 16 décembre 2016

Le Quatuor CoryFeye en action

La musique “classique” peut parfois revêtir des dehors austères, c’est notamment le cas du quatuor à cordes. Un a priori qu’il est facile d’écarter grâce au talent et à l’imagination du Quatuor CoryFeye.

Pour rappel, le quatuor est aussi bien une forme musicale qu’un ensemble homogène d’instruments, à savoir deux violons, un violon alto et un violoncelle. De plus, comble de la confusion, le quatuor est aussi le nom générique des musiciens qui jouent du… quatuor. S’il existe de par le monde des Quatuors qui cartonnent, rien n’empêche de s’attarder à ceux qui brillent sous nos cieux.

Ancré à Bruxelles, le Quatuor CoryFeye est composé d’Alexandre Feye, Veerle Houbraken, Gergely Kota et Jean-Lou Loger. Je pourrais ici décliner les nombreuses vertus et qualités de chacun de ces musiciens. Je pourrais aussi retracer l’itinéraire de ce Quatuor qui s’est produit avec succès dans pas mal de pays et aussi citer toutes ses collaborations prestigieuses. Outre que les concerts du Quatuor Coryfeye sont autant de moments de grâce, je m’attarderai plus volontiers au type de répertoire abordé, à l’originalité de leur démarche.

Avec Haydn, Mozart et Boccherini, le quatuor à cordes fut la forme de musique de chambre la plus en vogue au 18e siècle. Par la suite, tous les grands compositeurs jusqu’à aujourd’hui se sont surpassés dans ce genre et ont donné pas mal de chefs-d’oeuvre. Alors, que proposer au public ?

Manifestement les membres du Quatuor CoryFeye ont beaucoup réfléchi à cette question et, plutôt que d’enchaîner les pièces sophistiquées destinées aux seuls initiés, ils se sont judicieusement attardés au sens des choses, à l’histoire des peuples et, partant de leur musique.  

Par exemple leur programme Danubius, lequel, musicalement parlant, descend ce fleuve mythique depuis l’Allemagne jusqu’aux confins de l’Ukraine. Ce qui permet de proposer des oeuvres du 18e au 20e siècle, puisées dans le répertoire savant ou populaire, comme le sont les chants slaves et les danses tziganes.

Un autre programme intitulé Kadenz et sous titré la Chute des Empires amène l’auditeur vers les transformations politiques et sociales, dont les perturbations ont immanquablement touché les compositeurs, par exemple, Beethoven ou Bartok. Ou encore le compositeur russe von Albrecht dont l’intégrale des quatuors a été enregistrée par le Quatuor CoryFeye sous le label Arte Sanitas. Enfin, articulé autour d’un scénario de fiction assez fun, Arca, s’ouvre plutôt à un public non averti, jeune et moins jeune, avec une approche en légèreté du répertoire pour quatuor à cordes. Un art en soi.

Un agenda bien garni est à consulter sous l’onglet ad hoc en se rendant sur le site http://www.coryfeye.com

 

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !