semaine 03

Tout est sous contrôle !

Mots clés décroisés par Roger Avau, le 01 décembre 2016

Photo © Diane Keys

Demain m’est-il, peut-il vraiment m’être et être vraiment demain ? (Stéphane Julien)

Sans doute faut-il beaucoup de maîtrise et d’abandon pour oser la simplicité. (Eric-Emmanuel Schmitt)

Prévenir la trahison, débusquer le faux ami, le jaloux parent, le traître avant qu’il inocule son venin est une opération aussi complexe que de nettoyer l’anus d’une hyène. (Ahmadou Kourouma)

La météorologie, c’est l’art de prévoir ce qui change tout le temps.

Nuit d’attente, de déroute, de pente et de doute. (À travers les mots & Entre les mots)

Je suis sûre qu’un politique qui utiliserait le silence comme l’écrivain Patrick Modiano aurait beaucoup de succès. (Mariette Darrigrand)

je crie et je crache sur tout ce qui supporte le poids des mots parjures (Louis Savary)

Vieillir, c’est parler du passé au présent. (Gérard Duboisdenghien)

Zoo : endroit conçu pour que les animaux puissent observer et étudier les mœurs humaines.

Mourir en laisse plus d’un froid. (Pierre Autin-Grenier)

Les études, de nos jours, c’est très important. Ou bien il faut en faire, ou bien il faut être patron pour employer des collaborateurs qui en ont fait.

La vie est une lumière devant le vent. (Proverbe persan)

Les jours sont peut-être égaux pour une horloge, mais pas pour un homme.

Elle était maladroite, comme à gauche d’ailleurs. (Alain Deppe)

Pas plus que l’argent, il ne faut jeter les mots par les fenêtres. Même et surtout les noms d’oiseaux… (Bernard Pivot)

Se cultiver, c’est devenir ce qu’on est.

Les matches de football devraient toujours commencer par les tirs au but, on gagnerait du temps !

Un jour, j’ai frôlé la vie (Monsieur Le Détraqué)

La liberté est un avantage pour ceux qui savent où ils vont.

Échapper à sa propre chronologie est une joie que donnent les rêves. (Maurice Béjart)

On voit toujours où l’on échoue. Jamais où l’on a réussi. (Rolande Cielny)

Les grammairiens se passionnent pour la structure de la langue, son ossature. Alors forcément, chez eux, le squelette est plus visible. Je sais, je sais, il y a des grammairiens gros. Mais la grammaire n’est-elle pas le royaume des exceptions ? (Erik Orsenna)

Il est grand temps de s’aimer. On n’a pas de temps à perdre ! (Boubacar Traoré)

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN