semaine 41

Jouer au foot sans voir le ballon

Les indignés par GL, le 21 août 2021

Entrée sur le terrain d’une équipe de Cécifoot, avec Nicole Bardaxoglou en finale. Photo © Cécifoot.

Il y a des exploits qui restent trop discrets. Dans l’univers hyper médiatisé du sport devenu grand spectacle on parle trop peu des magnifiques performances de personnes dites « handicapées ». Monique Vrins nous raconte l’aventure du Cécifoot bruxellois qui célèbre, en cette fin de mois d’août, ses 20 ans d’existence.  

Les visiteurs extraordinaires ne manquent pas à La Fleur en Papier Doré.
 Ceux que nous interviewions ce jour-là ressemblent peu aux écrivains, artistes et musiciens habituels.  Quoique… Voici deux parcours de vie peu communs.

◄ Nicole Bardaxoglou, est administratrice de notre asbl culturelle La Petite Fleur. Bien Bruxelloise ce que ne laisse pas supposer son nom hérité d’un grand-père venant de Grèce. Elle est docteure en éducation physique. Et dans la vie de tous les jours, cette petite dame est drôle et pleine de vie, sans une once de prétention.
◄ Alexandre Wespes est bien le fils de la précédente. Une pointure aussi. 32 ans et avocat spécialisé en droit du travail. Particularité :  il plaide au Palais de Justice en compagnie de son chien. Ensemble ils font la route en tram. Alex joue au football.  C’était son rêve d’enfant sauf que sa cécité progressive et complète maintenant, l’en empêchait.  
https://www.facebook.com/VewsRTBF/videos/780490405960626

Ces deux-là font des choses fantastiques dont ils parlent comme si c’était normal.

Il y a 20 ans, Nicole avait réussi à créer un club de Cécifoot à Bruxelles. Et Alexandre shoote dans le ballon depuis lors. Impliquée dans une série d’organisations liées à l’enseignement et à diverses structures humanitaires, Nicole passe au Brésil en 1999 et découvre des clubs de footballeurs mal- ou non-voyants. Comme rien ne l’effraie et même si ça ne se fait pas en deux coups de cuillère à pot, le "Brussels 5-a-side " prend vie. 

5-a-side, parce qu’il y a 5 joueurs dans chaque camp dont seul le keeper est bien voyant. Le tout sur un petit terrain de 20 sur 40 m bordé de barrières pour éviter les évasions de ballon. Le match est sonore car les joueurs crient leurs déplacements pour éviter les collisions. En plus, des coaches donnent des indications depuis les bords de terrain. Un match de Cécifoot, c’est très bruyant !  Comme le club n’a pas de terrain fixe, les 3,6 tonnes de barrières sont installées à chaque match ! 

Tous les joueurs portent un bandeau afin d’assurer l’égalité entre eux.
Il y a bien entendu des masses de problèmes à résoudre : transport de joueurs, finances à gérer avec précision et nombre réduit d’adversaires possibles pour les matches. On dénombre seulement trois clubs en Belgique.  Ce qui n’empêche pas 5-by-side de participer à des compétitions à l’étranger, en France et jusqu’en Tchéquie.

Un jour, nos cecifootballeurs ont joué contre les vétérans du club d’Anderlecht, les yeux également bandés. Devinez qui a gagné ?  Pas les Anderlechtois, ben non !  Mais ceux de 5-a-side, rigolards et fiers !  

Monique Vrins   

       .- Texte paru dans le magazine de La Fleur en Papier Doré, n° 165 de juillet 2021, le célèbre estaminet bruxellois que nous vous recommandons pour renouer avec l’histoire des surréalistes bruxellois et dont l’esprit règne toujours en ces lieux. 53 rue des Alexiens, 1000 Bruxelles. Ouvert dès le 1er septembre. www.goudblommekeinpapier.be

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !