semaine 49

Poutine : la Russie avant tout

L'as-tu lu,lulu? par Nous on l'a lu, le 15 février 2018

On reconnaît là le vrai travail d’une bonne journaliste : l’homme Poutine est décrit avec précision, objectivité et retenue par Nina Bachkatov. Pendant de nombreuses années et de multiples séjours en Russie, cette journaliste belge a accumulé une grande quantité d’informations, de documents, de témoignages. Et surtout, elle parle avec la population russe, un peu partout dans cet immense territoire qu’elle a longuement sillonné. Cela lui confère un atout essentiel : elle comprend et peut nous faire partager un peu de cette « âme » russe, de la sensibilité d’un peuple qui retrouve la fierté de sa culture, de son histoire partagée entre Europe et Asie.

Soulignons aussi une écriture fluide, les mots justes et précis, un langage clair et des analyses sans concessions.

Ce livre « Poutine. L’homme que l’occident aime haïr » se lit avec intérêt et avec plaisir. Car Nina Bachkatov se livre à un passionnant travail de démontage des préjugés, des fausses informations, des propagandes propagées par les diplomates, les militaires, les médias de l’Est comme de l’Ouest.

On y découvre comment cet homme a succédé à Boris Eltsine qui avait vu clair dans ses capacités à remettre de l’ordre dans un système politique corrompu et soumis, à la fin de la « guerre froide », aux pressions fortes des Etats-Unis, suivis par l’Europe, désireux de garder l’hégémonie mondiale.

Le credo de Poutine est progressivement devenu autre : restaurer la grandeur de la Russie, étendre sa sphère d’influence sur l’Eurasie, dans un monde multipolaire où les Etats-Unis et l’Europe côtoient les BRICS et ne dictent plus leurs lois néolibérales.

Les erreurs, les échecs de Poutine sont expliqués à la lumière de l’évolution géopolitique. Ses succès aussi et notamment le fait d’avoir remis la Russie au premier plan des grandes puissances dans le cas des meurtriers conflits au Proche et Moyen-Orient. La Russie bénéficie d’une bonne connaissance de ces pays et des pouvoirs en place. Poutine sait comment discuter avec eux, sans arrière-pensée coloniale, sans agiter ces valeurs que les Occidentaux ne respectent de toute façon pas. Un réalisme politique basé aussi sur le fait qu’il fait ce qu’il dit. Les autres savent à quoi s’en tenir.

Nina Bachkatov démonte aussi les gesticulations de l’OTAN visant à recréer une nouvelle guerre froide là où de bons accords commerciaux et culturels permettraient aux Européens de vivre en parfaite égalité avec ce grand voisins aux ressources importantes et à la population très branchée, très connectée sur un mode de vie semblable au nôtre.

Sur le plan intérieur, ce portrait nous permet de comprendre comment une « démocratie autoritaire » comme celle dirigée par Poutine n’est pas rejetée par la majorité de la population qui se sent reconnue dans sa culture, son sentiment d’insécurité territoriale et qui apprécie une modernisation de l’économie et une lutte contre les plus grosses corruptions. Cependant, l’émergence des plus jeunes électeurs, désireux de connaître eux-aussi les bienfaits d’une presse libre, d’une vie culturelle débarrassée des carcans des valeurs religieuses, risque de changer la donne.

Candidat à nouveau à la présidence, Poutine devra adapter son discours et ses actes à cette évolution interne. Ce livre nous aidera à décrypter cela.  (G.L.)

  • « Poutine. L’homme que l’occident aime haïr ». Nina Bachkatov. Ed. Jourdan.  2018. 19,90 €.
  • Nina Bachkatov, journaliste et politologue. Elle a passé une trentaine d’années à sillonner l’exURSS, y compris en tant que correspondante permanente à Moscou. Elle a développé une carrière académique et enseigné la géopolitique de la Russie et de l’Eurasie, notamment à l’Université de Liège. Docteur en science politique, elle dirige aujourd’hui le site Inside Russia & Eurasia, continue à visiter la Russie régulièrement, donne des conférences et commente l’actualité russe. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages individuels ou collectifs dont, entre autres, « L’énergie diplomate ; enjeux et effets de la diplomatie énergétique de la fédération de Russie » (Bruylant), « Les Nouveaux Soviétiques » (Calmann-Levy), « La Russie, de Poutine à Medvedev » (Unicomm).

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !