semaine 50

« On parlait d’amour »

L'as-tu lu,lulu? par Nous on l'a lu, le 12 novembre 2019

Couverture sobre pour des histoires douces amères;

Quelques petites nouvelles comme autant d’éclats d’humanité simple, pudique, un peu mélancolique voire triste parfois. Benjamin Deman distille titre par titre des moments de solitude, d’incompréhension dans un couple, de lassitude face au brouhaha de la vie familiale, de querelles de bureaux et d’injustices au travail. Et l’on se surprend à penser qu’on a peut-être vécu, ressenti la même chose, cette sensation d’être à côté de la plaque, à côté de soi-même, dans une étrangeté brumeuse de la conscience.

Parfois cela force le sourire. Parfois cela oblige à revoir ce que l’on croyait tellement évident qu’on ne le regardait plus.

L’auteur connaît la matière : il a été avocat, il travaille pour une organisation syndicale. Il connaît nos fragilités et nos espoirs. Il sait aussi que la camaraderie, l’entraide, l’amitié et l’amour, tout cela nous sauve des dérapages psychologiques causés par les aspérités de la vie.

Un style à entendre aussi : une lecture publique par la comédienne Bach-Lan Lê-Bà Thi aura lieu le 30 novembre prochain à 19h, à la libraire Par chemins (Forest). (G.L.)

  • Benjamin Deman. « On parlait d’amour ». 201. Ed. L’Harmattan. 138 p. 15 €.

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN