semaine 49

20 janvier 2017, les USA ont leur manager de crise.

Humeurs d'un alterpubliciste par Patrick Willemarck, le 20 janvier 2017

Le point commun du capitalisme et du socialisme : la ruine
Deux grandes idéologies ont servi la gouvernance du monde : le capitalisme et le socialisme. Les deux ont connu leurs vitalités et leurs extrêmes. Le capitalisme nous livrant actuellement sa version la plus extrême avec 1% qui capte la valeur et 99% qui triment pour la livrer. Les deux idéologies arrivent au même résultat : des pays où on ne croit plus aux institutions, des leaders qui n’inspirent plus, des économies qui stagnent et de grandes fractures sociales. Les deux conduisent à la ruine. Trump, Poutine et Erdogan en sont les symptômes les plus saillants.

Le progrès fabuleux
Il n’aura pas fallu attendre ce 20 janvier pour que les USA déclinent. Mais, on vous l’aurait dit il y a vingt ans, personne ne l’aurait cru. Les USA n’ont pas un seul problème qui s’appellerait Trump. Les États-Unis illustrent la grande fable capitaliste du progrès qui n’arrêtera jamais de progresser pour profiter à tout le monde. Les nations ne pouvaient pas régresser, pensait-on. On ne pouvait pas revenir en arrière. Toujours aller de l’avant, toujours viser plus haut.  On y a cru et on a oublié que c’était une fable. Avouons qu’à force d’y croire, nous sommes tombés bien bas.  Nous avons  aujourd’hui un CEO avec 6 faillites à son actif à la tête des États-Unis.

Le manager de crise 
Quels sont les problèmes des USA ? Des institutions défaillantes en santé et éducation, un système électoral obsolète, une économie qui stagne, des inégalités criantes, une classe moyenne en burn-out et même une durée de vie qui baisse. Un seul de ces problèmes est une menace pour la société. Que faire quand il y en a autant en même temps ? Voter Trump. Un manager de crise. Il a su rebondir après 6 faillites et est plein aux as. Il est le rêve américain comme Poutine incarne le rêve de la grande Russie et Erdogan, le rêve ottoman. Et en période de crise le public vote pour  les promesses les plus fabuleuses.  Parce qu’il le vaut bien, dirait la pub.

Qui a vu venir cette chute ? Personne
Elle est sans précédent. Aurait-on pu l’éviter ? Non. Une nation en déclin avec une pauvreté galopante devient une société injuste et dans les sociétés injustes, les gens ne cherchent plus le bien et le juste. Ils deviennnent la proie des démagogues qui en profitent comme chaque fois dans l’histoire. C’est un cercle vicieux, pas vertueux.

Et ce qui arrive aux USA arrive en Turquie et en Russie
Ces trois pays sont des nations faillies dirigées par des démagogues qui vont se liguer contre le reste du monde avec les nations qui n’ont jamais connu le progrès. Que feront ceux qui croient au progrès social, ceux qui cherchent une troisième voie ?  L’Europe se réveillera-t-elle ?  Et l'Européen qui vote de plus en plus contre l'Europe, sait-il qu’une hospitalisation aux USA coûte non pas des dizaine de milliers de dollars mais des centaines de milliers. Demandez à Touring qui assure vos voyages dans ces pays. Invraisemblable ? Non. Ce qui est invraisemblable c’est que Trump veut renoncer à l’Obamacare. Trump va faire ce qui est bon pour les USA comme si les USA étaient une personne morale (ce qui est rarement  une personne éthique). Il ne se préoccupera pas de ce qui est juste. 

Pour ma part, je  préfère définitivement accorder la priorité au juste plutôt qu’au bien. Et vous ?

Patrick

 

 

 

 

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !