semaine 49

La voix étouffée de Semira Adamu

Libres propos par Aline Dhavré, le 14 septembre 2016

« Désormais, ce mot Révolution sera le nom de la civilisation, jusqu'à ce qu'il soit remplacé par le mot harmonie ». Victor Hugo - La valse (Bronze) de Camille Claudel

Le 22 septembre 1998, nous étions cent ou plus devant les grilles de l'hôpital Saint-Luc. Horrifiés, indignés, nous attendions la communication des médecins. Semira Adamu était, disait-on, dans le coma, entre la vie et la mort. On comprit plus-tard, que la jeune Nigériane de 20 ans, était déjà morte dans l'avion qui devait la rapatrier vers Lomé, au Togo, étouffée par la position réglementaire : pliée en deux, les mains menottées dans le dos et la tête enfouie dans un coussin, entre deux gendarmes qui pesaient de toute leur force sur son dos tout en plaisantant à son propos.

Atroce, abominable assassinat. C'est ce qui ressort du procès verbal des faits, à partir de la vidéo filmée par un gendarme accompagnateur dans le but de prouver que ses collègues avaient agi dans les règles.

Le scandale provoqué amena le Ministre de la Justice LouisTobback à démissionner. Les gendarmes coupables Danny Cornelis, Johny Pipeleers et Danny Colemonts furent condamnés à un an de prison avec sursis pour coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Avant de perdre le souffle et la vie, Semira chantait, comme un dernier acte de résistance au sort qui lui était fait par un système administratif impitoyable au service d'une politique d'accueil des demandeurs d'asile étroite et répressive.

Semira chantait, parce que devenir chanteuse était son rêve. L'objet de sa demande d'asile était lié à ce projet. Elle fuyait un mariage forcé qui lui aurait enlevé la liberté de poursuivre le but essentiel de sa vie.

La Belgique ne peut pas accueillir tous les rêves du monde n'est-ce pas !

Ni les désirs légitimes de liberté, du droit élémentaire de disposer de soi-même et de sa vie. La Belgique condamne le mariage forcé, mais la demande de Semira Adamu n'a pas fait le poids dans les grilles de lecture de l'Office des étrangers, elle fut donc conduite au Centre fermé 127bis, puis expulsée. Ni sa Marraine de coeur, Lise Thiry (éminente scientifique), ni les comités de soutien, ni les avocats, ni La Ligue des Droits de l'Homme, n'ont pu obtenir gain de cause pour elle.

En ta mémoire, Semira, beaucoup continuent à se battre pour une politique d'asile humaine et solidaire.

En ta mémoire et celle de millions d'autres femmes, il nous faut faire advenir un monde délivré de l'emprise des patriarcats qui sévissent partout sous des formes visibles ou insidieuses dans toutes les sociétés du monde, toutes les cultures et toutes les religions.

Notre colère ne peut s'éteindre tant qu'une femme sera forcée à quoique ce soit, enfermée dans des systèmes inégalitaires par essence ou, là où des droits ont été conquis, par les mentalités archaïques dont il résulte que l'égalité de fait tarde à venir, en politique, au travail, dans la vie sociale et dans la vie privée. Notre colère ne peut s'éteindre tant qu'une femme sera empêchée de vivre sa vie et de la choisir.

Que plus jamais une femme ne soit jugée pour sa tenue vestimentaire, bikini, burkini, jupe trop longue ou trop courte, voile, casquette ou chapeau, attitudes ou regards, sourire ou sale gueule, paroles ou silences. Foutez-leur la paix !

La Révolution de l'égalité ne se fera pas toute seule, pas sans nous tous qui prônons des principes sans les appliquer, qui prétendons combattre le machisme en stigmatisant les femmes, au prétexte de les libérer !

J'emprunte à Victor Hugo ces quelques phrases toujours actuelles : « Désormais, ce mot Révolution sera le nom de la civilisation, jusqu'à ce qu'il soit remplacé par le mot harmonie ».

Et aussi :  « Oui pour combattre les iniquités (…) transformer les frontières en soudures, les limites en ouvertures (…)


(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Semira_Adamu

(2) Marche en Mémoire de Semira Adamu, jeudi 22 septembre 2016 12h-17h https://www.facebook.com/events/985129838279883/

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !