semaine 14

Chez les réfugiés palestiniens du Liban

Chemins de traverse par Marcel Leroy, le 15 février 2020

Retour de Beyrouth, Didier a dessiné cette région du monde pour mieux l'approcher. Photo © Marcel Leroy

Ce dessin de Didier Sinon, exposé à Beaumont, accompagne l'extrait d'un poème de Mahmoud Darwich, La voix de l'exil... Photo © Marcel Leroy

Si vous passez par Beaumont, arrêtez-vous dans la maison de Vie-ESM/Cepag Sud-Hainaut, le temps de découvrir l'exposition réalisée par des voyageurs qui furent accueillis au Liban dans leurs camps, par des réfugiés palestiniens. Autant de  cités éphémères qui s'éternisent, qui s'enlisent, s'étiolent, en marge des villes. A l'aide de photos,  panneaux explicatifs,  citations, gravures, peintures, portraits et dessins inspirés par la rencontre des gens et des lieux, Anne-Marie, Cheyenne, Didier, Jean-Marie, Karin, Martine, Myriam, Pierre et Valérie disent la vérité des gens. Dans leur récit s'exprime la destinée d'êtres en exil depuis des décennies. "Ils restent là, près de leur terre d'origine, par peur de ne jamais retrouver leurs racines, s'ils s'en allaient trop loin..." explique Didier.

En route, Didier Sinon et Karin La Meir prenaient des photos et remplissaient leurs carnets de croquis. Le plus souvent, Didier se concentre sur l'allure des camps,  leur atmosphère, avec les silhouettes en contrepoint des décors. Quant à Karin elle s'est consacrée aux portraits. Dont celui de Jaïda, une jeune femme, guide et interprète, puis amie. Elle les aida à voir la réalité de l'exil. De retour, en dessinant une carte simple en apparence, Didier a voulu susciter l'intérêt pour un dossier qui semble sans issue. Celui des conséquences de la naissance d'un pays, Israël, pour les gens qui vivaient sur ce territoire. Ils font partie de la masse des anonymes  perdus dans l'actualité mondiale en perpétuelle mouvance.

Pour saisir le spleen de l'exil, devant le dessin de ces oiseaux dans le ciel du Liban, on peut lire les quelques lignes de ce poème..."Puis elle jeta, pêle-mêle dans son appareil photographique/Vingt jardins/Les oiseaux de Galilée/Et s'en alla, par-delà les mers, chercher/Un nouveau sens à la vérité". Mahmoud Darwich, né à Al-Birwah, en Galilée, en 1941, alors que la Palestine était sous mandat britannique, s'est éteint en 2008 à Houston, Texas, USA. Toute sa vie, le poète aura écrit contre l'indifférence. Comme les oiseaux, celui qui fut un représentant de l'OLP se sera posé partout, de Beyrouth à Moscou, du Caire à Israël et aux USA. C'est à Ramallah que repose l'ancien président des écrivains palestiniens.


- Vie-ESM/Cepag Sud-Hainaut, rue de la Déportation, 6500 Beaumont. Pour la visite, appelez le 0499/48.17.02.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN