semaine 14

A Bruxelles, face à la précarité

Chemins de traverse par Marcel Leroy, le 09 mars 2020

Comme en 2019, avec "Ecritures migrantes", la Foire du Livre de Bruxelles a publié pour son édition 2020 un recueil de témoignages. Axé sur sur la précarité, édité par Ker, soutenu notamment par Amnesty International et Médecins du Monde, ce document met en lumière ces êtres que l'on qualifie d'invisibles, dans un monde individualiste. Ph.ML

Titre, "Des rencontres et des mots". Sous-titre, "Ecritures conjuguées". Publié aux éditions Ker, ce recueil de quinze témoignages résulte de la détermination de la Foire du Livre de Bruxelles, d'Amnesty International et de Médecins du Monde. Quinze rédactrices et rédacteurs, en duo avec autant de témoins, s'efforcent de parler au nom du peuple des invisibles, pour rappeler leur existence, manifester leur présence. "Le Soir" vient de publier un dossier sur un fait qui choque sans vraiment déranger, à la longue. Dans la capitale de l'Europe, une personne sur trois vit sous le seuil de pauvreté. En Wallonie, la situation n'est pas meilleure. Malgré l'action de CPAS sous-financés et d'associations qui se décarcassent avec des bouts de ficelle. Telle est la réalité que l'on ne perçoit, dans les rues, qu'à condition d'ouvrir tout grand les yeux et d'écouter les gens. Pas si facile.

Didier Daeninckx, dans sa préface, cite un court extrait d'un des textes: "L'année de mes dix-sept ans, je ne me suis pas lavé une seule fois". Il réagit avec ces mots..."Il y a des phrases comme ça, que l'on entend au milieu d'un flot de paroles et qui transpercent d'un coup le mur des indifférences. Celle-ci a été prononcée par un jeune Croate obligé de fuir son pays où la guerre avait bouleversé tous les arrimages historiques, politiques ou familiaux". A la page suivante, Gregory Laurent et Christine Defoin, de la FDL, manifestent la volonté d'être au plus près des personnes pour qui lire est plus compliqué que pour d'autres. Déjà, pour lire paisiblement, il faut avoir un endroit décent où se poser. Avoir l'esprit libre de ces tourments qui plombent le quotidien, quand on n'a plus de quoi faire des projets.  

Lors de la présentation de ce document de lutte, des comédiennes et comédiens des Universités Populaires du Théâtre ont prêté leurs voix à des extraits des textes, appuyés par deux musiciens. Quand Denis Uvier, ancien SDF devenu éducateur de rue à Charleroi, entendit Virginie dire son poème dédié à la mémoire d'une jeune femme emportée par la rue et ses maux, il était bouleversé, en pensée avec  ces compagnons qu'il défend avec cette énergie qui voudrait n'être pas du désespoir. Contre vents et marées,  il lutte, c'est le sens de cet ouvrage, de tous ces textes, dans leur diversité de tons, de thèmes, de formes.  .

Ecoutez donc  "Trop Tôt Tu T'es Tue", carolo blues à la Denis Uvier, balancé sur facebook, d'instinct, ainsi un message confié à la mer numérique, récupéré pour ce bouquin... 

"Les yeux mouillés

Le coeur noyé

Main tendue vers quoi

La peur de vivre ta vie

Elle a dit, tremblante

Une petite pièce s'il vous plaît

Je ne bois pas, ne fume pas

Te demande juste

De quoi manger

Elle a baissé la tête

Sous le regard de l'autre

Qui ressent son humanité

Suis parti avec elle

Manger chez l'ami Pippo

Comme d'hab, il a souri

Un paquet de frites, un cervelas

Une fricadelle, un orangina

Modeste repas, tu diras

Elle, folle de joie

Trop vite mangera

Elle dit merci, sourit

S'en alla je ne sais où

Jamais plus

Je ne la croiserai

Puis, triste, triste

J'ai appris, déchiré/

Qu'elle se droguait

Vendait son corps

A Bruxelles et Verviers

Dans des squats perdus

Elle a fini sa route, vaincue/

Par la poudre qui tue

J'me rappelle plus vraiment

La couleur de ses yeux

Ni même de ses cheveux

Mais j'me souviens fort

De ce sourire si frêle

C'était au snack de Pippo

Chez qui on reçoit

Les super frites de Charleroi

Salut à toi là-haut

Quel était ton nom?

SDF, étrange inconnue

Trop tôt tu t'es tue

Trop tôt tu t'es tue".  

-Les auteurs sont: Henri Belyn, Véronique Bergen, Laurent Demoulin, Geneviève Damas, François Filleul, Kenan Görgün, Gioia Kayaga, Françoise Lalande, Marcel Leroy, Lisette Lombé, Maïté Lonne, Patrice Moncomble, Pedro Romero, Fatiha Saidi, Nathalie Skowronek, Kim Thûy, Denis Uvier. Illustration de la couverture: Kelechi Johnbosco. 

  

  

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN