semaine 49

Qui défend les droits de l’Homme ?

Edito par Gabrielle Lefèvre, le 08 décembre 2016

Image: 

Une jeune femme au Nord Darfour (Soudan) participe à un événement intitulé « Ensemble protégeons les femmes de la violence » en 2012, au camp de Zam Zam. © UN Photo/Albert González Farran

En cette journée internationale des droits de l’Homme, 300.000 personnes sont mortes en Syrie et notamment à Alep. 3.800 migrants sont morts en Méditerranée au cours de la seule année 2016. Triste « record » constaté par l’ONU : ils étaient 3770 en 2015 et l’on ne compte que la seule Méditerranée. Combien meurent encore dans les camps de réfugiés ou sur les routes de l’exil ? Pour l’heure, 400.000 migrants seraient bloqués en Libye.

Donald Trump est devenu président élu des Etats-Unis : la première puissance mondiale s’est dotée d’une caricature du rêve américain : le self made man arrivé tout seul au faîte de la gloire et de la richesse ; une richesse basée sur l’exploitation du travail et des ressources naturelles à l’encontre de toute idée de solidarité entre les habitants de la planète, de combat des peuples pour leur dignité, de préservation de notre « capital » commun qu’est la terre.

L’extrême-droite progresse un peu partout avec le sentiment de peur de populations soumises aux mensonges et propagandes vantant le néolibéralisme, véhiculés par les médias de masse et les outils culturels aux mains des plus riches.

Les partis politiques s’empêtrent dans le manque de transparence de leur fonctionnement propre et celui des institutions étatiques, dans les corruptions, dans leur méconnaissance des aspirations nouvelles des citoyens.

Et les Nations Unies, dont le socle de valeurs est la Déclaration universelle des droits de l’Homme, adoptée en 1948, sont bloquées sans cesse par les grandes puissances qui ont mis le monde à feu et à sang ces dernières années et qui, championnes des ventes d’armes, mettent leur véto systématiquement sur les possibles actions en faveur de la paix et de la réconciliation. Ces Nations Unies ont lancé le slogan 2016 de la Journée des droits de l'Homme : « Défendez les droits de quelqu'un aujourd'hui ! ». Oui, chacun d’entre nous « partout et à tout moment, doit pouvoir jouir de l'ensemble des droits de l'homme, et qu'il est de la responsabilité de tous de s'en assurer. »

Mon vœu est donc : Nations Unies, mettez-fin à la pratique criminelle du droit de véto au Conseil de sécurité afin que tous les peuples de la terre puissent faire entendre leur voix et tenter d’arriver à une gouvernance démocratique de la planète pour le bien de tous les peuples. Nous, citoyens, nous faisons ce que nous pouvons pour conserver le socle de valeurs universelles de la DUDH, mais il est sapé par la cupidité et l’autoritarisme de trop d’Etats.

Rendez-vous belge 

20 ans du Prix Régine Orfinger-Karlin de la Ligue des droits de l'Homme

Samedi 10 décembre 2016 à Etterbeek : journée consacrée à la lutte contre les préjugés et les stéréotypes.

15h Débat : Lutte pour les droits humains: les clichés face aux réalités
Françoise Tulkens, ancienne vice-présidente de la Cour européenne des droits de l'Homme;
Dan van Raemdonck, secrétaire général de la FIDH (Fédération Internationale des droits de l'Homme);
Dominique Guibert, Président de l'AEDH (Association européenne pour la défense des droits de l'Homme);
Alexis Deswaef, Président de la LDH (Ligue des droits de l'Homme);
Un-e représentant-e de la Liga voor Mensenrechten
16h30 Spectacle: "L'âme des cafards" par David Murgia et Philippe Orivel (accordéoniste)
17h Remise du Prix Régine Orfinger-Karlin 2016
L'Exposition : ''Les émigrants belges d'hier, un miroir pour aujourd'hui...'' sera accessible durant toute la durée des activités
Infos : Activité gratuite. Nombre de places limité. Réservation obligatoire. Réservations : 02 209 62 80. Samedi 10 décembre 2016 - 15h >18h, à la Bibliothèque Solvay, Parc Léopold, Rue Belliard 137,1040 Bruxelles.

Plus d'infos : www.liguedh.be/72430/component/content/article/31-programme/276-20-ans-du-prix-regine-orfin ...

 

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !