semaine 06

Rio, le désert, le quad et Caracalla

Edito par Jean Rebuffat, le 05 août 2016

Image: 

Photo D.R.

Ce vendredi, à Rio de Janeiro, s'ouvrent dans une ambiance de gueule de bois les Jeux olympiques. Tous les Brésiliens n'y sont pas. J'en connais une qui traîne dans le Sahara et qui s'enthousiasme sur les réseaux sociaux de la beauté des choses et de l'intérêt du genre humain. Ah, les réseaux sociaux... Pendant le même temps s'y déchaîne un racisme ordinaire qui suscite une polémique. Ne mourez pas en quad au Maroc à 15 ans. Retour à la gueule de bois.

Et pourtant ce n'est qu'un paradoxe. Fréquentez quelqu'un, ou simplement connaissez-le, et aussitôt vous le considérerez comme un être humain, que vous apprécierez ou non, c'est un autre problème. Et viendrait-il du bout du monde ensanglanté dans votre petit village de l'autre bout du monde que vous vous battriez (pacifiquement, s'entend) pour qu'on ne l'expulse pas si la fantaisie arbitraire d'un pouvoir à bout de nerfs l'exigeait. Pour ma collègue brésilienne, un Arabe c'est un guide dans le désert, qui connaît les beautés et les pièges du lieu et dont la science la protège lors d'une tempête de sable. Pour certains twitteurs flamands, Ramzi, puisqu'arabe (encore que de nationalité belge), s'il s'est tué à quinze ans en faisant du quad au Maroc, c'est fatalement un délinquant qui s'était procuré l'engin en le volant ou en l'achetant avec l'argent de la drogue et c'est bien dommage qu'il fût seul dessus. Mais ils ne connaissent pas Ramzi et je pense qu'une majorité d'entre eux auraient honte de ce qu'ils ont écrit ou pensé s'ils l'avaient connu. Au lieu d'admettre des exceptions, les racistes comme les autres feraient pourtant mieux de se rendre compte que l'humanité tout entière n'est qu'une somme d'exceptions. Il y a des délinquants de quinze ans, des sportifs non dopés, des politiciens intelligents et des gens compétents comme il y a des gamins de quinze ans honnêtes, des tricheurs, des crétins et des incompétents et cela n'a rien à voir avec la couleur de leur peau ou le lieu de naissance de leurs arrière-grands-parents. Ah, si le débat pouvait prendre de la hauteur, si ceux qui courent derrière les peurs en disant n'importe quoi comme reprocher l'édit de Caracalla qui en 212 conféra la citoyenneté romaine aux hommes libres de l'empire qui n'en disposaient pas encore pouvaient voir du coup plus loin, on ne serait pas tenté d'aller dans le désert pour aimer ses semblables.

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2023 designed by TWINN Abonnez-vous !