semaine 04
Portrait de Thierry Robberecht
Allo, allo, quelle nouvelle

Le premier mars 2026

Le 06 janvier 2019

Le premier mars 2026 est une date historique. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, des extraterrestres prennent contact avec des humains. Ils apparaissent sur tous les écrans, smartphones, télévisions, tablettes et ordinateurs des terriens. Ils sont bleus et semblent ne posséder ni corps, ni enveloppe physique. Ils ne ressemblent à rien de connu sauf à de la fumée. Dans un anglais impeccable, ils annoncent qu’ils existent, qu'ils viennent d’une planète qui se trouve à l’extérieur du système solaire, qu'ils observent les terriens depuis plusieurs milliers d’années et qu’ils vont débarquer pacifiquement et simultanément en plusieurs endroits du globe, en Europe, en Afrique, en Chine et aux Etats-Unis, le 4 avril 2026. Dans un peu plus d’un mois.

Après cette communication, la fièvre s’empare de la terre. Mille questions se posent : ils affirment débarquer pacifiquement. Est-ce vrai ? Ne faudrait-il pas mettre sur pied une armée terrestre pour les accueillir et se défendre ? Sous quelle autorité ? Les Chinois, les Russes et les Américains ne parviennent pas à se mettre d’accord.

Que veulent ces créatures ? D’où viennent-elles ? Quelle personnalité politique pour représenter les terriens ? Les politiciens de toute origine se bousculent pour obtenir cette fonction.

- Moi, non moi, Moi ! Mais enfin, moi !

Quelqu’un propose : « Et si on choisissait un représentant de la société civile : un plasticien ? Un scientifique ?  Un poète ?

- Très bien mais qui ? Les artistes et les scientifiques se bousculent aussi. Certains en viennent aux mains. Tout le monde se calme quand l’idée se répand que la rencontre avec les extraterrestres pourrait être dangereuse. Même s’ils n’ont encore tué personne, l’idée que les nouveaux arrivants sont violents et cruels fait rapidement son chemin. Une partie de la population terrienne se réfugie dans des grottes comme les terriens de la préhistoire en hurlant : « Au secours ! ils n’ont rien d’humain ! Help ! Pitié ! C’est la fin de l’humanité !

Le 4 avril, les extraterrestres débarquent sur la planète aux endroits prévus. Des armées de citoyens se sont mobilisées avec ce qu’ils ont sous la main : Kalachnikov, fusils de chasse et armes de poing. On ignorait qu’il y avait tant d’armes sur la terre.

Les terriens tirent les premiers mais les extraterrestres ne possédant pas de corps, les balles les traversent sans leur faire de mal. Ils progressent sur la surface du globe. Où vont-ils ?

Un général propose de leur balancer une bombe nucléaire. On le traite de dingue et on l’enferme. Un catcheur veut se battre à mains nues. On l’enferme avec le général.
Les nouveaux venus progressent toujours sans faire usage de leurs armes mais peut-être qu’ils n’en ont pas.
On ignore quel est leur but mais ils avancent.

- Ils veulent atteindre Pékin affirment les Chinois,

- Washington, disent les Américains.

- Mon compte en banque ! s’inquiète un financier.

- Ma vertu ! s’exclame une religieuse.

- Encore des migrants, çà n’arrête plus ! s’inquiètent les fachos.

Les extraterrestres avancent vers les grandes villes d’Europe. Ils ne marchent pas, ils planent.
Les terriens se terrent dans le métro et dans les caves où ils inventent des nouveaux dieux pour se protéger car les anciens sont trop anciens pour les défendre contre les extraterrestres. En ville, des citoyens armés sont prêts à défendre les stations de métro et les carrefours stratégiques. Les extraterrestres pénètrent dans les grandes villes d’Europe : Paris, Londres, Rome et Bruxelles. A présent, ils ne sont qu’à quelques mètres des terriens armés. Personne ne tire puisque c’est inutile. Ils poursuivent leur route en silence, droit devant. Ils dépassent les terriens armés et se dirigent vers les aéroports.

- Ils vont tuer tout le monde ! hurle un homme

- Ils n’ont rien d’humain ! sanglote une femme

Les créatures bleues s’avancent vers les prisons situées près des aéroports. Ils traversent sans peine les barbelés. Ils ouvrent les lourdes portes. Inquiets, des enfants de migrants sortent, les yeux éblouis par la lumière du jour. Les créatures font signe aux enfants de s’en aller. Les parents sortent aussi. Ils sont maigres et en haillons.

- Allez, fuyez semblent dire les créatures en faisant des signes. Tout le monde s’échappe et disparait.

Le soir, aux informations, on apprend que les terriens ont résisté vaillamment aux envahisseurs. Personne ne songe aux migrants sauf ceux qui pensent : Les salauds ! Ils en ont profité, On ne les retrouvera jamais.

- Pourquoi ne sont-ils pas venus mille ans plus tôt ? regrettent certains terriens sans oser le dire.

Image: 

© Serge Goldwicht

Commentaires

Portrait de Jacqueline
J'espère qu'il ne faudra pas attendre 2026 pour libérer les réfugiés . Mais plus le temps passe, plus je pense que je ne verrai pas cette libération . Malgré tout bonne année 2019 à tous, et nous ferons chacun ce que nous pouvons .

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN