semaine 21

Rechercher entre|les|lignes

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

« Une campagne (présidentielle) plus drôle et plus citoyenne », Jaeraymie et Combo, avril 2017.

Le 12 avril 2017

Dans de précédents billets j’ai évoqué la remarquable campagne anti-Trump organisée et mise en œuvre par un street artist américain, Shepard Fairey. Les journalistes politiques étatsuniens considèrent que sur un mandat de 4 ans, les deux dernières années sont consacrées à la campagne suivante. La France n’est pas en reste ; la campagne dure, dure, avec ses scandales, ses révélations, ses primaires, ses débats, ses polémiques. Elle est scandée par les informations publiées par « Le canard enchaîné » le mercredi, les démissions des ministres, les ralliements attendus, ceux qu’on n’attendait pas… Chacun, à moins de deux semaines du premier tour,  comprend que rien ne sera plus comme avant ; « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi ». Le Parti Socialiste explose, les Républicains, d’après les sondages, ne seraient pas au second tour, le Front National est aux portes du pouvoir, le candidat de la France insoumise pourrait créer la surprise et être au second tour.

C’est dans ce contexte d’une extrême tension que deux street artists, Combo et Jaeraymie collent sur les panneaux électoraux de drôles d’affiches (ou des affiches drôles). Des affiches électorales : « Votez, Juste Le Blanc », « La France festive avec Marion Cotillon » par exemple. Les candidats sont Pinocchio, Schtroumpf Grognon, Duckenson , Peggy la Cochonne, la petite Sirène.

Des affiches qui reprennent les codes graphiques des candidats (ou d’anciens candidats dont les affiches sont restées fameuses comme La France tranquille de Mitterrand avec fond rural et clocher d’église signée Séguéla). Les noms des candidats de cette campagne pour rire sont des clins d’œil aux électeurs avertis : Pinocchio dont Jiminy Cricket n’a jamais été assistant parlementaire (François Fillon), la Petite Sirène « en nage » (Emmanuel Macron), Schtroumpf Grognon (Benoît Hamon), Peggy avec sa perruque blonde associée au logo de Marine Le Pen. A campagne atypique, conception originale. Combo « a demandé aux internautes de donner des idées de personnages et de slogan, et de voter pour les meilleurs. J’ai repris les idées qui avaient le plus de vote et j’en ai fait des affiches ».

A la galerie des candidats, Jaeraymie a ajouté Francis Huster  parce qu’il «  a joué Juste Le Blanc dans Le dîner de cons » et John Goodman, a good man, le candidat des gens gentils.

Une campagne alternative pour nos deux artistes pour faire rire et faire (enfin !) réfléchir en réaction à la vraie campagne parce qu’avec les « nombreux retournements, on ne parle pas du fond, on n’évoque pas les vrais sujets ». Réaction également à la langue de bois des débats, à l’omniprésence des experts de tous poils.

Une manière de donner la parole « aux vrais gens », d’utiliser le rire pour faire mieux comprendre, illustrer le ridicule d’une situation.

C’est maintenant un fait acquis, les street artists ont acquis une légitimité à parler politique. Combo a compris depuis le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo le pouvoir du rire ; on se remet d’une condamnation pour emploi fictif après une pénitence dans un pays éloigné et froid. On ne survit pas au ridicule.

Je ne sais pas vous, mais moi, je crois qu’il va y avoir des morts.

Image: 

Combo après avoir collé des affiches invitant à la coexistence des 3 grands religions monothéistes a été agressé par des militants d'extrême-droite.Une intervention radicale du street art français dans le champ politique.

Cendrillon (une référence supplémentaire aux"affaires" de F.Fillon.)

Des personnages de Disney et de la bande-dessinée, archétypiques, pour prendre de la distance par rapport aux "vrais"candidats.

Goodman pour représenter les gans gentils.

Le comédien Francis Huster pour illustrer le vote blanc.

Marion Cotillard sur fond de campagne riante en référence à l'affiche de Jacques Séguéla.

La Petite Sirène et les autres candidats.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Une scène de guerre, genre Apocalypse now. Une vision héritée des films hollywoodiens.

,

Graphismes de "transition" entre la scène de guerre et le personnage central. Une imbrication de signes hétéroclites de mort.

,

Le "je" cache le miroir du spectateur qui regarde la fresque. Le message est d'une grande violence (toi qui regardes tu es un mouton, tu obéis comme un chien, une carotte te suffit)

,

Une allégorie du "suivisme".

,

Les anarchistes brandissent le drapeau noir.

,

"La prise de l'Assemblée nationale", symbole du renversement du régime parlementaire.

,

"La lutte finale".

,

Trois enfants peints de dos, tranquilles, semblent se désintéresser de la lutte de leurs aînés.

Le trompe l'oeil combine des formes irrégulières entre elles. La densité des signes et la couleur des plans rendent comptent de la "profondeur perçue".

,

La diversité des points de fuite sont de véritables défis plastiques.

,

Les plans découpent des espaces qui ouvrent sur d'autres espaces plus réduits, comme une poupée russe.

,

L’abîme est circulaire, comme un maelström ou un trou noir.

, ,

Une porte au fond du trou mène à l'inconnu.

, , ,

Détail.

,

Élégance du tableau accroché aux cimaises de la galerie.

La fresque haute comme un immeuble d'habitation de six étages, donnant sur les quais du canal Saint-Martin.

,

Le slogan,ironique pour les "happy few".

,

Blaze de l'artiste et nom de la marque, mise volontairement en second plan.

,

Un des deux tanks (élément central puisqu'il donne son nom à la campagne, "secondarisé" également.

,

Il convient de faire "oublier" qu'il s'agit d'une publicité et d'entretenir une relative ambiguïté.

,

Fusion des êtres dans un seul cœur, "so romantic".

,

Détail de la partie basse de la fresque.

,

"Totems", figures récurrentes dans le travail de Da Cruz.

Combo après avoir collé des affiches invitant à la coexistence des 3 grands religions monothéistes a été agressé par des militants d'extrême-droite.Une intervention radicale du street art français dans le champ politique.

,

Cendrillon (une référence supplémentaire aux"affaires" de F.Fillon.)

,

Des personnages de Disney et de la bande-dessinée, archétypiques, pour prendre de la distance par rapport aux "vrais"candidats.

,

Goodman pour représenter les gans gentils.

,

Le comédien Francis Huster pour illustrer le vote blanc.

,

Marion Cotillard sur fond de campagne riante en référence à l'affiche de Jacques Séguéla.

,

La Petite Sirène et les autres candidats.

Fresque (Barcelone)

,

Fresque (Shoreditch)

,

Jisbar (à la manière d'Andy Warhol)

,

Ramstecko (Mexico)

,

Collectif Bushwick (Miami)

,

Nek ( Captain America)

,

Utilisation des codes de la bande-dessinée américaine (DC Comics, Marvel...)

,

Les couleurs de l'affiche de Shepard Fairey, parallélisme de la composition, de la cervelle malade s'élève le champignon caractéristique de la bombe atomique.

,

Karen Fiorito (Phoenix). Les symboles du Président fusionnent le signe du dollar et évoquent (par l'opposition de couleurs -noir et rouge) les bannières qui encadraient Hitler lors des cérémonies nazies.

,

Une quasi fusion entre les traits de Trump et ceux d'Hitler.

,

Pegasus (Royaume-Uni)

La "figure"du roi. Introduction de l'arc et des 3 flèches (le défi)

,

La sorcière (figure traditionnellement négative, dans le conte actant bénéfique qui s'oppose au magicien, symbole du Mal)

,

Le coffre, but de la quête (une quête rendue illusoire par la fuite du lapin)

,

La "figure" de la sorcière".

,

La Princesse-grenouille.La splendeur de ses bijoux et de ses vêtements(une confluence d'influences)

,

La "figure" de la Princesse-grenouille.Une certaine idée de la beauté absolue.

,

Les 3 frères/ les 3 flèches.

,

Le village qui a des pattes de poules.

,

L'ourse,les oursons, la louve du récit (adjuvants)

,

La poursuite par l'aigle du lapin ( résolution d'un obstacle)

,

L'envol du canard (opposant)

,

La fuite du canard qui contrarie la réussite de la quête.

,

Les poissons (adjuvants)

,

La grenouille présentée sur un plateau à la cour du roi (traduction fidèle du conte)

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN