semaine 30

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

« Une campagne (présidentielle) plus drôle et plus citoyenne », Jaeraymie et Combo, avril 2017.

Le 12 avril 2017

Dans de précédents billets j’ai évoqué la remarquable campagne anti-Trump organisée et mise en œuvre par un street artist américain, Shepard Fairey. Les journalistes politiques étatsuniens considèrent que sur un mandat de 4 ans, les deux dernières années sont consacrées à la campagne suivante. La France n’est pas en reste ; la campagne dure, dure, avec ses scandales, ses révélations, ses primaires, ses débats, ses polémiques. Elle est scandée par les informations publiées par « Le canard enchaîné » le mercredi, les démissions des ministres, les ralliements attendus, ceux qu’on n’attendait pas… Chacun, à moins de deux semaines du premier tour,  comprend que rien ne sera plus comme avant ; « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi ». Le Parti Socialiste explose, les Républicains, d’après les sondages, ne seraient pas au second tour, le Front National est aux portes du pouvoir, le candidat de la France insoumise pourrait créer la surprise et être au second tour.

C’est dans ce contexte d’une extrême tension que deux street artists, Combo et Jaeraymie collent sur les panneaux électoraux de drôles d’affiches (ou des affiches drôles). Des affiches électorales : « Votez, Juste Le Blanc », « La France festive avec Marion Cotillon » par exemple. Les candidats sont Pinocchio, Schtroumpf Grognon, Duckenson , Peggy la Cochonne, la petite Sirène.

Des affiches qui reprennent les codes graphiques des candidats (ou d’anciens candidats dont les affiches sont restées fameuses comme La France tranquille de Mitterrand avec fond rural et clocher d’église signée Séguéla). Les noms des candidats de cette campagne pour rire sont des clins d’œil aux électeurs avertis : Pinocchio dont Jiminy Cricket n’a jamais été assistant parlementaire (François Fillon), la Petite Sirène « en nage » (Emmanuel Macron), Schtroumpf Grognon (Benoît Hamon), Peggy avec sa perruque blonde associée au logo de Marine Le Pen. A campagne atypique, conception originale. Combo « a demandé aux internautes de donner des idées de personnages et de slogan, et de voter pour les meilleurs. J’ai repris les idées qui avaient le plus de vote et j’en ai fait des affiches ».

A la galerie des candidats, Jaeraymie a ajouté Francis Huster  parce qu’il «  a joué Juste Le Blanc dans Le dîner de cons » et John Goodman, a good man, le candidat des gens gentils.

Une campagne alternative pour nos deux artistes pour faire rire et faire (enfin !) réfléchir en réaction à la vraie campagne parce qu’avec les « nombreux retournements, on ne parle pas du fond, on n’évoque pas les vrais sujets ». Réaction également à la langue de bois des débats, à l’omniprésence des experts de tous poils.

Une manière de donner la parole « aux vrais gens », d’utiliser le rire pour faire mieux comprendre, illustrer le ridicule d’une situation.

C’est maintenant un fait acquis, les street artists ont acquis une légitimité à parler politique. Combo a compris depuis le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo le pouvoir du rire ; on se remet d’une condamnation pour emploi fictif après une pénitence dans un pays éloigné et froid. On ne survit pas au ridicule.

Je ne sais pas vous, mais moi, je crois qu’il va y avoir des morts.

Image: 

Combo après avoir collé des affiches invitant à la coexistence des 3 grands religions monothéistes a été agressé par des militants d'extrême-droite.Une intervention radicale du street art français dans le champ politique.

Cendrillon (une référence supplémentaire aux"affaires" de F.Fillon.)

Des personnages de Disney et de la bande-dessinée, archétypiques, pour prendre de la distance par rapport aux "vrais"candidats.

Goodman pour représenter les gans gentils.

Le comédien Francis Huster pour illustrer le vote blanc.

Marion Cotillard sur fond de campagne riante en référence à l'affiche de Jacques Séguéla.

La Petite Sirène et les autres candidats.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Une fresque de plus de 300 m2 représentant Jana, JS et leur chat.

,

JS cache son visage derrière celui de Jana et cache les yeux de sa compagne photographe de formation.

,

Le visage traduit un sentiment de confiance et de bonheur partagé.

,

Les personnages sont sereins, même le chat, compagnon du couple, traduit par sa posture la confiance et le plaisir d'un moment d'amour et de partage.

,

Une oeuvre signée par un couple, acteur et sujet de leur art.

Fresque peinte dans la rue dans le quartier de Ménilmontant. Nous retrouvons les Gugusses et des objets récurrents dans l'oeuvre d'Hérard, des bouées (pour nous sauver?), des chaises (pour voir plus loin?). Photographie Richard Tassart.

,

Tableau De P.Hérard. Un personnage, à peine esquissé. A côté de sa tête (où dedans?) un autre personnage (à moins que cela soit le même?), dans une position fœtale.

,

Une fontaine désaffectée dans le hall de la gare St. Lazare. De part et d'autre, 4 hommes partagés en 2 camps, s'affrontent ; les bleus contre les rouges. Collage de Levalet (photographie R.Tassart)

,

"Les chemins de traverse". Une oeuvre allégorique du drame de la migration. Un camion chargé d'un côté de pauvres gens et de l'autre de leurs pauvres bagages. Un camion sans chauffeur, à l'arrêt. Le fond est une carte du monde. Toile de Levalet.

,

Toile de Marko93. Une peinture d'une grande force (la puissance contenue du fauve). Un "compromis" entre réalisme et abstraction.
Photographie R.Tassart.

,

Tableau de Marko93. Les "calligraphes" en colonnes "s'émancipent" de la calligraphie. Les variations d'épaisseur du trait confèrent dynamisme et énergie au geste de l'artiste. Photographie R.Tassart.

Une oeuvre de Levalet exposée récemment dans une galerie parisienne.

,

Un hôtel fermé depuis des lustres, une invite au plaisir tarifé.

,

Une tête de boeuf, une école publique, une curieuse métamorphose en scribe assis directement issu d'un imaginaire de l'Egypte antique.

,

Une banale armoire électrique, une porte s'ouvre, une cohorte de cols blancs à la triste mine en sort.

,

Tous les mêmes, interchangeables : pantalon noir, chemise blanche, cravate rouge.

,

Un édicule de voirie en face d'écoles.

,

La construction devient un atelier d'art brut et une galerie. Le galeriste "appuie" sa compétence sur un traité. derrière lui, les œuvres.

,

L'atelier. Un élève en sarrau, la bouche ouverte tant la concentration est grande peint...un rond, pas vraiment circulaire.

,

La gestation de l'art brut.

,

L'imagerie début du XXème siècle est "brisée" par un anachronique écriteau.

Work in progress. Les points noirs peints au pochoirs sont "remplacés" par des cercles de couleurs.

,

Le plan moyen de l'oeuvre dessine une image abstraite qui ne permet pas au spectateur d'anticiper la "future" image.

,

En s'éloignant, des formes apparaissent suffisamment significatives pour comprendre qu'il s'agit d'un portrait.

,

L'éloignement ou la photographie "révèle" l'image.

,

La scène apparaît, dans toute sa complexité. Elle n'existera que dans l'esprit de celui à qui elle a été révélée.

,

Un portrait de Kan, devant ses portraits "rêvés".

Le rez de chaussée, sur pilotis, est réservé aux espaces collectifs.

,

Un palier "ordinaire" d'un HDB.

,

Les vastes espaces couverts sont utilisés pour dispenser des cours de danse collectifs et les habitants peuvent en demander l'usage pour un événement (un enterrement par exemple, les fêtes religieuses etc.)

,

Rien en sous-sol, tout est construit en altitude (y compris les parkings)

,

Des installations collectives situées dans les parties communes sont fréquemment utilisées par les habitants.

Une scène de guerre, genre Apocalypse now. Une vision héritée des films hollywoodiens.

,

Graphismes de "transition" entre la scène de guerre et le personnage central. Une imbrication de signes hétéroclites de mort.

,

Le "je" cache le miroir du spectateur qui regarde la fresque. Le message est d'une grande violence (toi qui regardes tu es un mouton, tu obéis comme un chien, une carotte te suffit)

,

Une allégorie du "suivisme".

,

Les anarchistes brandissent le drapeau noir.

,

"La prise de l'Assemblée nationale", symbole du renversement du régime parlementaire.

,

"La lutte finale".

,

Trois enfants peints de dos, tranquilles, semblent se désintéresser de la lutte de leurs aînés.

Le trompe l'oeil combine des formes irrégulières entre elles. La densité des signes et la couleur des plans rendent comptent de la "profondeur perçue".

,

La diversité des points de fuite sont de véritables défis plastiques.

,

Les plans découpent des espaces qui ouvrent sur d'autres espaces plus réduits, comme une poupée russe.

,

L’abîme est circulaire, comme un maelström ou un trou noir.

, ,

Une porte au fond du trou mène à l'inconnu.

, , ,

Détail.

,

Élégance du tableau accroché aux cimaises de la galerie.

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN