semaine 25

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

« Une campagne (présidentielle) plus drôle et plus citoyenne », Jaeraymie et Combo, avril 2017.

Le 12 avril 2017

Dans de précédents billets j’ai évoqué la remarquable campagne anti-Trump organisée et mise en œuvre par un street artist américain, Shepard Fairey. Les journalistes politiques étatsuniens considèrent que sur un mandat de 4 ans, les deux dernières années sont consacrées à la campagne suivante. La France n’est pas en reste ; la campagne dure, dure, avec ses scandales, ses révélations, ses primaires, ses débats, ses polémiques. Elle est scandée par les informations publiées par « Le canard enchaîné » le mercredi, les démissions des ministres, les ralliements attendus, ceux qu’on n’attendait pas… Chacun, à moins de deux semaines du premier tour,  comprend que rien ne sera plus comme avant ; « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi ». Le Parti Socialiste explose, les Républicains, d’après les sondages, ne seraient pas au second tour, le Front National est aux portes du pouvoir, le candidat de la France insoumise pourrait créer la surprise et être au second tour.

C’est dans ce contexte d’une extrême tension que deux street artists, Combo et Jaeraymie collent sur les panneaux électoraux de drôles d’affiches (ou des affiches drôles). Des affiches électorales : « Votez, Juste Le Blanc », « La France festive avec Marion Cotillon » par exemple. Les candidats sont Pinocchio, Schtroumpf Grognon, Duckenson , Peggy la Cochonne, la petite Sirène.

Des affiches qui reprennent les codes graphiques des candidats (ou d’anciens candidats dont les affiches sont restées fameuses comme La France tranquille de Mitterrand avec fond rural et clocher d’église signée Séguéla). Les noms des candidats de cette campagne pour rire sont des clins d’œil aux électeurs avertis : Pinocchio dont Jiminy Cricket n’a jamais été assistant parlementaire (François Fillon), la Petite Sirène « en nage » (Emmanuel Macron), Schtroumpf Grognon (Benoît Hamon), Peggy avec sa perruque blonde associée au logo de Marine Le Pen. A campagne atypique, conception originale. Combo « a demandé aux internautes de donner des idées de personnages et de slogan, et de voter pour les meilleurs. J’ai repris les idées qui avaient le plus de vote et j’en ai fait des affiches ».

A la galerie des candidats, Jaeraymie a ajouté Francis Huster  parce qu’il «  a joué Juste Le Blanc dans Le dîner de cons » et John Goodman, a good man, le candidat des gens gentils.

Une campagne alternative pour nos deux artistes pour faire rire et faire (enfin !) réfléchir en réaction à la vraie campagne parce qu’avec les « nombreux retournements, on ne parle pas du fond, on n’évoque pas les vrais sujets ». Réaction également à la langue de bois des débats, à l’omniprésence des experts de tous poils.

Une manière de donner la parole « aux vrais gens », d’utiliser le rire pour faire mieux comprendre, illustrer le ridicule d’une situation.

C’est maintenant un fait acquis, les street artists ont acquis une légitimité à parler politique. Combo a compris depuis le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo le pouvoir du rire ; on se remet d’une condamnation pour emploi fictif après une pénitence dans un pays éloigné et froid. On ne survit pas au ridicule.

Je ne sais pas vous, mais moi, je crois qu’il va y avoir des morts.

Image: 

Combo après avoir collé des affiches invitant à la coexistence des 3 grands religions monothéistes a été agressé par des militants d'extrême-droite.Une intervention radicale du street art français dans le champ politique.

Cendrillon (une référence supplémentaire aux"affaires" de F.Fillon.)

Des personnages de Disney et de la bande-dessinée, archétypiques, pour prendre de la distance par rapport aux "vrais"candidats.

Goodman pour représenter les gans gentils.

Le comédien Francis Huster pour illustrer le vote blanc.

Marion Cotillard sur fond de campagne riante en référence à l'affiche de Jacques Séguéla.

La Petite Sirène et les autres candidats.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Fresque de Yola, quai de la Loire, Festiwall, Paris, juin 2018.

,

La femme au pull rouge, une figure de la terreur.

,

Une scène dynamique.

,

Des expressions différentes de l'horreur.

,

Une figure du chaos.

,

Mur de La Chapelle

,

Détail du mur de La Chapelle

,

Les références religieuses sont, ici, évidentes.

,

Une grande scène à la Michel-Ange.

Black lines 1, rue Ordener, mai 2018.

,

Black lines 1, détail.

,

Torpe peignant sa fresque (Black lines 1.)

,

Fresque Black lines 2, rue D'aubervilliers, Paris, mai 2018.

,

Dessin de M.Péronard.

,

Dessin, paysage urbain.

,

Gravure de M.Péronard peinte à l'atelier. Le "trait" rappelle la peinture de Torpe, dans la rue.

,

Portrait de Mickaël Péronard. Photographie R.Tassart.

La liberté, rue Alibert, Paris.

,

Détail de la fresque. Bourgeois et ouvriers.

,

La figure populaire de Gavroche.

,

Détail. La Liberté traduite en noir et blanc s'oppose au bleu, blanc, rouge des trois espaces de la fresque.

,

Portrait de Martin Luther King devant le musée de l'immigration à Paris.

,

Fresque "commémorative" de Mai 68 (mai 2018)

,

Détail.

,

Détail.

,

Détail.

Le mur rue des Cascades, Ménilmontant.

,

Détail du motif central.

,

Symétrie et rythmes colorés/

,

Max Tétar devant sa fresque.

, ,

La fresque de M.Tétar qui a précédé la fresque en noir et gris.

,

Détail.

,

Traits, courbes, espaces clos.

,

Fresque de la rue des Cascades, Paris. Détail du visage masqué.

,

Fresque de la rue des Cascades.

,

Rue des Cascades. Le regard "vide", sans expression, symbole de la déshumanisation.

,

Variations sur le thème de l'atavisme.

,

Fresque reprenant les mêmes marqueurs.

,

Un visage non masqué. Mais des mains atrophiées.

,

L'arme est un "bricolage" survivaliste.

,

Portrait d'Eddie Colla.

, , , , , ,

"work in progress"

,

"Zo0om", long rouleau de plus de 10 mètres de long.

, ,

La prolifération organique envahit les murs.

,

La prolifération, partie du haut de l'escalier, poursuit son chemin.

,
entreleslignes.be ®2018 design by TWINN