semaine 48
Portrait de André Yoka Lye
Confidences du chauffeur du Ministre

Covid-19 : les concertations congolaises au secours des élections américaines

Le 13 novembre 2020

Sans courant tous ces jours-ci dans mon quartier d’en-bas-en-bas, je n’ai pas suivi les péripéties des élections en Amérique, entre Trump et Biden.  C’est mon patron le Ministre des Affaires Stratégiques et Tactiques (à prononcer avec respect…) qui nous en a donné tous les détails, en réunion de cabinet. Ces péripéties ressemblaient drôlement à du déjà-vu. D’un côté, un président sortant, républicain fantasque, candidat malheureux ; et de l’autre, un démocrate de la vieille classe, comme en convalescence avancée, mais victorieux.

Comme l’a souligné notre Ministre, dans la présumée puissante démocratie du monde, les affaires sont allées de complication en complication durant les élections. Comme quoi, les contagions importées et leur gestion compliquée ne concernent pas seulement la pandémie corona-virus chinois; elles sont aussi … afro-démon-cratiques. Comme de tradition quelque part en Afrique, le républicain a contesté d’avance toute victoire de l’autre camp. Le même Trump, passé maître dans la mise en scène politique, a simulé en pleine campagne une contamination personnelle à la Covid-19. La mise en scène du malade imaginaire a duré le temps d’un week-end, le temps d’une compassion plus qu’éplorée de ses partisans.

Chuuut !  D’après les confidences de notre patron de Ministre, l’affaire-là s’est tellement compliquée tout au long des élections que les deux camps adverses avaient adressé chacun de son côté, une note diplomatique au gouvernement congolais pour des concertations et des médiations urgentes et préventives, à l’exemple des expériences de notre pays. Des émissaires des deux partis en lice en Amérique auraient alors rencontré secrètement à Kinshasa notre Ministre « dont l’entregent et la finesse diplomatique, d’après les propres dires de Son Excellence, seraient reconnus hors frontière »

L’enjeu final des concertations était d’obtenir un code de bonne conduite, de fair-play, et d’un minimum de consensus de l’après-élection, y compris l’éventualité, comme en Afrique, d’un gouvernement de … coalition nationale.

Chuuut !  La suite de ce que je vais raconter là, m’avait été livré par le garde du corps, qui l’a su de par les confidences de la secrétaire particulière qui elle, a été mise au parfum par le Directeur de cabinet qui lui, avait assisté aux pourparlers ; d’ailleurs les négociations auraient mal tourné. Non pas vraiment à cause de la mauvaise foi des délégués des deux partis américains, mais à cause de notre estimé Ministre médiateur. Primo, la maîtrise très approximative de la langue anglaise par le Ministre a tout embrouillé ; secundo, à cause des traducteurs tout aussi approximatifs, le Ministre, à chaque étape cruciale des négociations, avait tendance à confondre la géopolitique américaine. Pour lui Trump était démocrate et Biden républicain. Ce serait de là, parait-il, que seraient partis les dernières charges guerrières et les derniers emportements colériques de Trump contre tout et rien,  jusqu’après les résultats des élections, surtout après l’annonce de sa défaite…

Image: 
L'aigle US qui plane sur l'ambassade à Kinshasa.

Mots-clés

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN