semaine 51

Tours de maîtres

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 06 décembre 2018

Thomas Meuwissen dans son atelier ©Rudi Van Beek

Marc Sabbah amène le répertoire du violon alto auprès du grand public

Je n’ai pas voulu manquer l’opportunité que m’offrait le musicien Marc Sabbah de m’introduire dans un atelier de lutherie. Il s‘agissait de celui de Thomas Meuwissen, luthier installé en hauteur avec vue plongeante sur le coeur de Bruxelles. Un atelier où sont sagement alignés les gouges, les ciseaux à bois et les racloirs et où cet artisan d’art s’est ancré pour se  consacrer à la création de violons, de violons alto et de violoncelles, tous instruments à archet. 

Alors que bien d’autres luthiers se destinent plutôt à la restauration ou réalisent des copies d’autres instruments, Thomas Meuwissen crée à la demande ses propres modèles dont les caractères sonores attirent les solistes les plus en vue et dont des exemplaires figurent dans de prestigieuses collections. Outre la qualité de ce qui est au final une sculpture sonore, les instruments signés par des maîtres anciens atteignent des prix astronomiques. Aussi la demande en instruments modernes de haute qualité est donc bien réelle. 

Il est possible que des lecteurs un peu tournés vers l’organologie aient eu l’occasion de croiser Thomas Meuwissen lors d’une visite du Musée des Instruments de musique. C’est là que, sous les yeux des visiteurs, il a construit deux violons, un alto et un violoncelle, soit un quatuor commandé par la Chapelle Musicale Reine Élisabeth.

Hôte du jour, Thomas Meuwissen accueillait donc les invités de Marc Sabbah lequel voulait - dans le cadre de cet atelier où ne traîne pas le moindre copeau - dévoiler son CD au public. Un CD qui porte le titre A Private Life, works for viola, viola étant l’autre nom du violon alto. Même parmi les mélomanes qui fréquentent régulièrement les concerts, peu d’entre eux ont eu l’occasion d’assister à un récital de violon alto. Le répertoire en est peu connu et les altistes (ceux qui jouent de l’alto), restant souvent confinés dans les orchestres n’ont pas l’habitude de, se produire en récital. C’est donc le défi relevé par Marc Sabbah de faire découvrir son instrument. 

Entreprise téméraire s’il en est, ce CD pour violon alto en solo, aligne la Suite en sol majeur de J.S. Bach, une Fantaisie de Georg Phiipp Telemann, ainsi que le Capriccio  signé Henri Vieuxtemps, écrit en hommage à Paganini. C’est aussi un Hommage composé par Marc Sabbah, oeuvre dédiée à ceux qui l’ont précédé en art -  que s’ouvre ce CD. L’ensemble est mené avec clarté et l’élégant phrasé est conduit d’un archet habile. Si l’on préfère le live au CD - l’un n’excluant pourtant pas l’autre - les mélomanes peuvent assister au concert que Marc Sabbah donnera bientôt accompagné par la pianiste Éliane Reyes. Ces deux brillants solistes forment un duo de choc qui interprétera en ouverture l’Allegro Appassionato op 79 de Joseph Jongen, ensuite la Suite Hébraïque d’Ernest Bloch et enfin la fameuse Sonate de César Franck, qui est l’oeuvre la plus connue de ce compositeur. 

Eliane Reyes et Marc Sabbah : 15 décembre  à 20 h, Atelier Marcel Hastir, rue du Commerce, 51, 1000. Réservations : danielle.meert@skynet.be

CD : A Private Life, works for viola solo, voir : https://www.marcsabbah.com

Luthier Thomas Meuwissen,  voir : www.thomasmeuwissen.com

 

 

Mots-clés

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN